2018 Maastricht à Reims

En septembre 2019, je suis parti de Maastricht à Reims en deux semaines. Ci-dessous le rapport.
Vous pouvez simplement lire tout le voyage en succession, mais aussi cliquer sur le menu ci-dessous.


Préparation
Juillet 2018

Je suis occupé par les préparatifs pour la prochaine étape. Je suis maintenant sur le banc au milieu de cartes des Pays-Bas, de la Belgique et du nord de la France, d’une brochure sur les Ardennes, d’un carnet de route de la route internationale de la Meuse et d’une brochure sur la Via Campaniensis. et par conséquent mon ordinateur portable où Google Maps est ouvert avec la planification d’itinéraire.
Mon plan approximatif est de suivre la Meuse de Maastricht à travers les Ardennes Belge et Française. La bonne chose à propos de cet itinéraire est qu’il est relativement plat car je roule toujours le long de la Meuse.
Je suis la Meuse de Maastricht à la ville de Revin en France. De là, je quitte la route et me dirige vers Rocroi où commence la Via Campaniensis. Et puis je ne pourrai pas éviter les collines. J’ai l’espoir de finir à Reims et de rentrer chez moi. c’est plus de 300 km, donc la plus longue distance jusqu’à présent.

À côté de cela, je suis en train de concevoir la route et de chercher des endroits où dormir, je cherche aussi un nouveau sac à dos, un sac complètement étanche pour que mes vêtements, mais surtout mes piles de rechange, restent au sec. Dès que je les aurai trouvées, j’écrirai à leur sujet dans les revues (de toute façon, je les ai mises à jour avec de nouveaux produits). De plus, ma roue avant était très usée (plusieurs vis / trous de vis présentaient des problèmes de fil C’est pourquoi, depuis quelques mois, nous demandons une nouvelle roue avant via l’OMM (municipalité) et la roue avant est désormais une installation sportive! Il est déjà à l’intérieur et j’en suis très heureux. Il est très stable et a plus d’options que la précédente. y compris l’éclairage, un ordinateur de vélo complet et un porte-bagages, ainsi je peux reprendre la route!
J’ai déjà fait de gros tests et pour septembre, il y en aura plus et je suis prêt pour les Ardennes!

Je vous tiendrai au courant quand je partirai et je vous souhaite un bel été! et si vous n’êtes pas encore inscrit à la newsletter, faites-le sur la page d’accueil.

Jour 1. Maastricht – Eijsden

 

Jour 1 vendredi 7 septembre.

Ce matin vers 9 heures, je suis parti en train pour Maastricht. J’avais rendez-vous avec le doyen John Dautzenberg à 13 heures. Je l’avais vu l’année dernière à la fin de mon voyage et je recommence maintenant. J’ai reçu un timbre de lui et la bénédiction du pèlerin et je suis allé à la basilique Saint-Servaas dans la salle des trésors.

 

 

Pèlerin en fauteuil roulant pour la cathédrale Servaas à Maastricht.

 

Servaas

Puis je suis allé sur la route. C’était juste un casse-tête où je devais sortir de la ville pour accéder à la route maillée et à la fin, je suis devenu un peu différent de la route officielle, mais avant même de quitter Maastricht, j’avais toujours la bonne route.

J’ai roulé sur le côté ouest de la Meuse sur différents types de routes, très fréquentées, lentes, pavées et non pavées. Mais tout était facile à faire. Il y avait beaucoup à voir. Beaucoup de belle nature et de belles maisons. J’ai aussi passé devant le château d’André Rieu.

 

 

le château d’André Rieu

J’ai également roulé un morceau sur un chemin de digue non pavée, afin que je puisse avoir une très belle apparence sur le maillage. Très spécial, j’ai trouvé les parois rocheuses avec toutes les grottes et même une vieille maison troglodyte aujourd’hui à moitié partie..

 

 

 chemin de digues le long de la Meuse

 

des grottes
habitation souterraine

À Ternaaien / Lanaye, j’ai franchi le canal Albert à l’écluse, la différence de hauteur est de 14 mètres. J’avais un ami qui est une péniche et j’y allais parfois, puis nous avons traversé cette écluse et c’était amusant de voir l’écluse de l’autre côté.
À Ternaye, je voulais prendre le ferry pour Eijsden, mais j’ai eu de la malchance car le ferry reposait tranquillement de l’autre côté et on m’a dit qu’il ne naviguerait pas aujourd’hui. Et c’est pourquoi j’ai dû parcourir 4 km via des chemins de Ravel (le réseau cyclable en Belgique, souvent des pistes cyclables sur d’anciennes lignes de chemin de fer ou à travers des réserves naturelles) jusqu’au prochain pont.

Et j’ai aussi dû rouler environ 8 km de plus. Bien que cela me donne également une belle balade où je peux encore observer de nombreux oiseaux. Les oisons étaient particulièrement nombreux (de grands Canadiens) et un autre chemin le traversait. J’ai aussi mangé une demi-pomme de faucon. Plus tôt dans la journée, j’avais également trouvé quelques mûres, c’est pourquoi j’ai mangé de nouveaux fruits délicieux. Il y avait aussi beaucoup de noix (noix et noisettes) mais c’est un peu plus difficile à manger, donc je l’ai laissé.

Finalement arrivé à l’adresse de Friends sur le vélo. J’ai préparé mon couscous et maintenant j’écris cette pièce au lit et prépare l’itinéraire pour demain.

Ensuite, je pars vraiment à l’étranger, car j’irai ensuite à Liège.

Jour 2, Eijsden à Liège

  

Après une bonne nuit de sommeil avec mes amis Linda et Patrick sur mon vélo, après un bon petit-déjeuner, je suis parti pour Eightden à 9h30.


J’ai d’abord roulé un morceau de ce que j’avais roulé hier à cause de ce ferry qui ne fonctionnait pas. J’ai passé beaucoup de champs de betteraves à sucre et du maïs. Bientôt je suis arrivé à la frontière. Juste après la frontière, il y avait un étrange pont étroit avec, sur l’un des côtés, une pente en gravier courte (2 à 3 mètres) mais très raide avec du gravier. Hier, j’y suis allé en voiture, puis j’ai pensé que c’était bien que la pente soit descendue et que la pente soit asphaltée. Malheureusement … maintenant je suis revenu et je suis du mauvais côté. J’ai beaucoup essayé mais il n’y avait pas de départ. Chaque centimètre que j’ai roulé, j’ai glissé sur le gravier. Finalement, je suis sorti de mon fauteuil roulant (heureusement, mais je peux le faire) et j’ai poussé mon fauteuil roulant dans la pente. Et pour que je puisse continuer.

 

 

Pont avec l’allée escarpée
marqueur de limite

Bientôt je suis retourné à la Meuse. Pour la première fois, l’itinéraire était balisé avec le vrai Santiagologo et je l’ai suivi jusqu’à Visé (ou Wezet, 2 noms 1 lieu, qui est affecté par de nombreux noms belges).

À Visé, nous avons visité l’église, d’un côté du treillis puis de l’autre, mais malheureusement, ils n’avaient pas de tampon pour mon passeport de pèlerin. Finalement, ils ont décidé d’écrire une signature et une date à l’endroit où le timbre appartient. C’est mieux que rien Heureusement, j’avais déjà reçu hier un timbre à Maastricht et à Eijsden. À Eisden, l’église était fermée mais l’adresse du prêtre était suspendue dans le vestibule et j’avais roulé là-bas. Lorsque je suis arrivé, il a franchi la porte pour se rendre à une messe ailleurs, mais heureusement, il avait encore le temps de se faire tamponner.

Mais je parlais de Visé. Après Visé, je me suis retrouvé sur une piste cyclable Ravel qui se trouvait vraiment sur la Meuse et qui allait à Liège. Voici des traces de la route internationale que je suis. Sur le chemin il y avait beaucoup d’industrie. De grandes usines et des entreprises avec d’énormes tas de pierres, de sable, de troncs d’arbres, de déchets compressés, etc. J’ai aussi roulé sur un tronçon où de nombreux bateaux (du sloop aux petites péniches) étaient sur la terre ferme, certains ressemblaient encore ou bien ils pouvaient naviguer, mais la grande majorité d’entre eux étaient des épaves rouillées, des trous dans le fond, des sommets manquants ou pourris, etc. Sur le quai plongé dans l’eau, il y avait parfois des navires qui semblaient être abandonnés depuis des années. Une sensation étrange.

 

Gloire fanée

 

 

Quand je suis arrivé à Liège, je suis allé dans 3 églises, dont le Jacobuskerk. À 2 heures, j’ai reçu un tampon, la troisième église avait perdu sa marque. Donc, aujourd’hui, j’ai reçu 2 timbres et une signature qui m’a été donnée sur mon passeport. J’ai commencé à rouler sur la dernière page après 3 ans. Heureusement, le prochain passeport est déjà dans mon sac.
Maintenant je suis avec les soeurs bénédictines. Un très beau monastère. Vraiment comme vous imaginez un monastère. Cloître autour d’un beau jardin. Une belle mais simple église de monastère. il y a aussi une grande salle à manger (réfectoire) où nous avons mangé un repas en sandwich ce soir (il y a un autre invité). Et j’ai une chambre sobre avec pas plus qu’un lit simple, un bureau et un robinet avec un lavabo. Exactement ce dont une personne a besoin. Environ 20 soeurs de tous âges vivent ici. Il y a un certain nombre de très vieilles soeurs mais aussi encore assez jeunes n’ont pas encore fait de vœu.

 

Jardin du monastère

Et maintenant il est temps de dormir. Demain, une longue journée en direction de Huy / huy.
Il n’y a pas d’internet ici, donc les images d’aujourd’hui arrivent plus tard (post-scriptum: comme vous pouvez le constater, je suis en mesure de les poster maintenant, deux jours plus tard, alors que je disposais de nouveau du Wi-Fi).

Jour 3 Liège à Huy

  
 

Ce matin à 7 h 30, une sœur est venue m’aider à apporter mon sac à dos au fauteuil roulant. Ensuite, j’ai pris mon petit déjeuner et je suis allé à la prière du matin. Malheureusement, je ne pouvais pas rester à la messe sinon il était trop tard pour partir.
Deux sœurs néerlandophones (qui parlent actuellement le flamand) m’ont fait signe de sortir puis je suis repartie sur la route.

 

 

Benedictines
Marche monastique

C’était un peu fouiller avant que je ne revienne sur la route et quand j’y suis allée, j’ai également eu de la malchance car elle était brisée et qu’il a fallu un moment avant que je puisse retourner à un autre endroit. Mais ça a réussi.
Je suis passé devant une industrie laide presque toute la journée. C’était souvent si moche que le temps avait quelque chose de beau. Anciens bâtiments d’usine inutilisés, centrales électriques, écluses, voies ferrées qui semblaient n’avoir jamais été conduites, etc.
Et pas seulement ce que j’ai vu était moche, les odeurs aussi. De nombreuses odeurs de diesel et autres produits chimiques que je ne pouvais pas ramener à la maison sont entrées par mon nez.
Entre cette industrie se trouvaient également des pièces avec des maisons très luxueuses, comme chaque année il y a 100 ans. Maintenant, ces belles maisons seigneuriales avec tourelles étaient des fenêtres délabrées, cassées, des toits qui fuyaient, des gouttières suspendues et souvent très envahies par toutes sortes de plantes grimpantes. Le mot appauvrissement a été inventé ici.

   
À la fin de la journée, l’atmosphère a changé, l’industrie est devenue moins nombreuse et il ya encore eu des chemins que je n’ai pas rencontrés après un seul cycliste. Il y avait encore des mûres et j’ai aussi trouvé un pommier qui m’avait jeté quelques belles pommes.

Après environ 28 km de roulement, mes piles étaient presque vides et j’ai décidé de les remplacer à l’église pour un nouvel ensemble qui était dans mon sac à dos. L’église elle-même était malheureusement fermée. Mais alors que j’étais occupé à remplacer, j’ai soudainement vu qu’ils avaient un lourdesgrot à l’église (pour les lecteurs du cœur vert, il était un peu plus petit qu’à Zevenhoven, mais quand même assez gros). Malheureusement, donc, pas un timbre de l’église, mais peut prendre une photo.

Juste avant Huy, je suis passé devant une énorme centrale nucléaire.

Et puis j’ai continué les 3 derniers kilomètres avant de venir me coucher. Ces 3 kilomètres m’ont coûté presque une heure et demie au lieu d’une demi-heure. C’était parce que c’était une colline très raide. Mais ça l’a fait!
Quand je suis arrivé au sommet, je me sentais comme au Tibet. Épuisé par la « montagne », j’ai vu un temple tibétain. Voici le monastère où je vais dormir ce soir. Un monastère tibétain. J’ai mangé un repas ici. Il s’est avéré qu’il y avait beaucoup d’autres invités, dont plus de la moitié étaient néerlandais ou flamands.

     

Après le dîner, je suis allé dans ma chambre, je me suis douché et lavé à la main (j’espère que demain sera sec) et maintenant je suis au lit en train d’écrire ceci (mais je ne peux le mettre en ligne que plus tard car Internet ne fonctionne pas ici, non wifi et internet mobile n’a pas de portée). Et puis il est temps de dormir.
Demain est une autre longue journée. Aujourd’hui, près de 44 km ont roulé.

Jour 4 Huy à Namur

  

Ce matin, levé et encore emballé pour le départ. Premier petit déjeuner, il y avait un buffet avec du pain, du yaourt, du muesli, des œufs et des fruits. Donc, je pourrais me débrouiller après le petit déjeuner. Pendant le déjeuner, j’ai eu une conversation agréable avec un homme assis à la table avec moi. J’avais déjà parlé hier. Hik visite régulièrement le monastère. Il m’a donné un livre qu’il a trouvé très bon. Quand je l’ai reçu, j’ai été émerveillé. Je m’attendais à un livre sur le bouddhisme (dont il est assez fanatique) mais j’ai reçu un livret d’Anselm Grun, un moine catholique. Je vais juste lire ça.

Après le petit-déjeuner, j’ai jeté un coup d’œil furtif au complexe du monastère, payé puis parti.


À Hoei, j’ai trouvé une coquille de métal sur le sol lorsque je me rendais à l’église. J’ai trouvé l’église mais malheureusement la porte était fermée. Cependant, il y avait un point d’information touristique en face de l’église et j’ai demandé s’ils savaient à quelle heure l’église allait ouvrir le zpu. Malheureusement, elle a dit qu’elle serait fermée toute la journée parce que c’était lundi, mais ils ont eu de bonnes nouvelles car ils avaient 2 timbres pour les pèlerins eux-mêmes.

Puis est allé au supermarché de l’autre côté de l’eau. Il y a quelques petits messages, un peu de fruit sur le chemin et demandé des toilettes. Parce que cela reste ma plus grande préoccupation pendant une telle promenade. Ensuite, j’étais prêt à continuer ma promenade.
L’itinéraire aujourd’hui était très facile et très bien balisé.

Il suffit de suivre la Meuse jusqu’à la destination.
Heureusement, le paysage était beaucoup plus beau qu’hier quand il était beau de la laideur. J’ai roulé étroitement le long de l’eau presque tout le temps. Il y avait des usines occasionnelles, en particulier beaucoup d’industries qui traitent de la pierre. Creuser, couper et transporter. De temps en temps, il y avait aussi un énorme coup qui résonnait entre les collines, de la dynamite avec laquelle ils fabriquent un petit rocher. Autour d’une telle usine, vous avez également constaté la disparition de morceaux de montagne. Un peu de temps et c’est tout aussi plat ici qu’aux Pays-Bas.

   

Depuis Visé, j’ai toujours vu des noix pelées sur mon parcours. Au milieu du chemin, parfois au bord du quai mais dans tous les cas où vous marchez. Toutes les demi-heures, je trouve une ou deux de ces notes et parfois même plus. Quand ils sont là, chaque fois qu’un morceau de peau est recouvert tous les quelques mètres. Il y a probablement un pèlerin mangeur de noix pour moi.

Et j’ai parlé de notes, que j’ai aussi trouvées (mais pas à proximité des notes trouvées, il n’y avait pas d’arbre de noix à découvrir dans ces endroits). J’ai encore trouvé quelques pommes et mûres. C’est encore de la bonne nourriture!

  

  

Une autre chose amusante que j’ai rencontrée dans la Meuse (bien que cela puisse être pathétique) est 2 tortues. Ils profitaient tranquillement du soleil au bord du filet.

 

 

les tortues

 

Au début de Namur, j’ai visité une église. J’avais déjà vu en ligne qu’ils organisaient une fête, donc je savais que les gens seraient là. Et c’est vrai, c’est ce qui m’a permis d’entretenir une bonne conversation avec un certain nombre de paroissiens qui étaient très désolés pour mon voyage et mon fauteuil roulant spécial. Et j’ai reçu un timbre du prêtre.
Puis je suis allé à l’auberge de jeunesse où j’avais réservé.
J’ai une chambre pour 4 personnes pour moi-même et maintenant, couche-toi sur mon lit pour écrire ceci. Il y a une bonne connexion Wi-Fi ici, donc à partir de 2 jours, j’ai également mis à jour avec des photos.
Voulez-vous rester informé et recevoir un email lorsque je poste quelque chose de nouveau? Alors inscrivez-vous sur la page d’accueil de la newsletter (et n’oubliez pas de confirmer l’email, regardez dans votre courrier indésirable si nécessaire).

 

Jour 5 Namur à Dinant

  
 

Ce matin, levé à 6h45, tout habillé et emballé avant de rouler dans la salle de petit-déjeuner. Je n’ai pas équipé l’ascenseur pour fauteuil roulant avec tous mes bagages, mais après quelques ajustements et mesures, je pouvais quand même monter.
Nous avons eu un petit-déjeuner bio. J’avais du pain, des fruits et du yogourt pour pouvoir en hériter.
J’ai reçu un tampon à l’auberge de jeunesse puis je suis parti.

Même aujourd’hui, je suis revenu régulièrement manger des noix, cette personne court toujours pour moi.

Après un tour, j’ai été accueilli par un homme qui discutait. Il m’a demandé si je suis un pèlerin et j’ai répondu par l’affirmative. Nous parlons de mon itinéraire puis je reviens à nouveau.
Une demi-heure plus tard, un cycliste m’a doublé, ce même homme l’a été. Il avait quelques questions car il souhaitait devenir lui-même une adresse invitée des pèlerins. Nous avons discuté de cela pendant un moment, puis nous nous sommes tous égarés.
La route était à nouveau bien signée aujourd’hui. Partout des panneaux avec une route sinueuse et aussi un stigger régulier avec la coquille de Santiago.
Le paysage était très beau. Belles parois rocheuses avec des arbres à côté de l’eau et des châteaux.

   

À Profondeville, je suis allé à l’église, quelqu’un nettoie ici. Elle me connaissait à moitié français avec le néerlandais et l’anglais pour dire que le prêtre habitait trois maisons plus loin dans une grande maison avec un jardin où se trouvait un crucifix. Je l’avais trouvé rapidement et il se tenait dans son jardin. Et là, j’ai eu mon deuxième timbre du jour.

Un peu plus tard, j’ai vu un endroit agréable pour prendre une photo. Il y avait un bateau sous pavillon néerlandais à attaquer et je l’ai immédiatement mis sur l’image. Au moment où je l’ai fait, l’homme à bord de ce bateau a également pris une photo de moi. Je pensais que c’était dommage que je ne puisse pas voir cette photo.

Mais c’était différent. Une heure plus tard, j’ai passé un verrou. Et exactement ce bateau était dans la serrure. J’ai parlé aux gens et nous avons eu une bonne conversation. Ils ont pris quelques photos de plus pendant que je roulais et elle est sortie et a promis d’envoyer ces photos par courrier électronique. Donc c’est très amusant. (En attendant, si vous lisez ceci, merci pour les photos!)

 

 
J’ai aussi vu les premiers vignobles aujourd’hui. Je m’attends à en voir plus sur mon itinéraire lorsque je serai au sud.

J’ai aussi rencontré quelques lézards qui se croisaient. Et elle voulait être belle sur la photo.
En termes de nourriture, je n’avais que quelques mûres aujourd’hui. Pas tant que ça. Tout était sec ou inaccessible.

 

Juste avant Dinant, j’ai traversé le monastère de Leffe. Malheureusement, ils ont été abattus (je le savais déjà) et ne m’ont pas donné de cachet.

 

 

Puis à Dinant. Ici j’ai visité l’église. Malheureusement, ils n’avaient aucune connaissance d’éventuels pèlerinages et l’auberge de jeunesse n’étant pas disponible par téléphone, je suis maintenant sur un site de camping (avec Internet, je peux donc le poster avec joie).

sur le chemin du camping, j’ai de nouveau rencontré l’homme du bateau et nous avons parlé de leur voyage.
ma tente est proche du maillage, donc je pourrai reprendre rapidement mon itinéraire demain.
2 garçons ont aidé à s’installer et demain matin, ils viennent aider à rompre, alors c’est l’idéal!



Et pour l’instant je vais dormir.
a demain!

Article dans le Algemeen Dagblad (journal néerlandais).

  

Quand j’étais à Dinant, l’Algemeen Dagblad m’a appelé. Et ci-dessous est le résultat.

2 articles sont légèrement différents, 1 court dans le journal et un article complet en ligne.

Malheureusement, il y a quelques points qui ne sont pas tout à fait corrects, notamment le nombre de kilomètres parcourus. il ya 242 kilomètres, mais c’est la voie à suivre si vous empruntez les sentiers les plus courts (GR) (à travers forêts, chemins non pavés avec des pentes abruptes), je n’ai pas pris le chemin le plus court mais le plus beau et le plus « plat ». J’ai roulé 400 kilomètres avant d’arriver à Reims parce que j’ai suivi les méandres de la Meuse et roulé à travers de beaux et anciens endroits.

 

 

Et l’article sur le site du journal:

 

Arrivée à Saint-Jacques-de-Compostelle: Laura (34 ans) est un « pèlerin en fauteuil roulant »

En pèlerinage à Saint-Jacques-de-Compostelle: c’est déjà une tâche en soi. Laissez seul faire ce voyage vous-même en fauteuil roulant. Laura Feenstra (34 ans) d’Alphen relève le défi.

 

La combinaison de son amour de la foi et du «roulement» de longues distances l’a encouragée à partir en pèlerinage. « Adolescente, quand je pouvais marcher, cela m’intéressait déjà. Mais quand j’ai commencé à me détériorer à l’âge de vingt ans, j’ai pensé que ce n’était plus le cas. « On a diagnostiqué chez Feenstra un syndrome d’Ehlers-Danlos (EDS). Il s’agit d’un trouble du tissu conjonctif dans lequel les membres sortent toujours du bol.

 

« Mais pendant environ cinq ans, j’ai commencé à parcourir de plus longues distances pour le plaisir. De quatre kilomètres, je suis allé à huit, puis à quinze et bientôt, j’ai touché les vingt kilomètres. Alors j’ai pensé: si je peux faire cela, alors un pèlerinage n’est pas impossible non plus. Être assis derrière les géraniums n’est rien pour moi. « 

Improviser

Parfois, elle doit improviser en cours de route. Certains chemins de pèlerin «boueux» ne sont pas faits pour son fauteuil roulant. « Ou alors tu dois traverser des prés par des clôtures, ce sera difficile pour moi », rigole-t-elle. ,, Et récemment, un ferry était hors service. Eh bien, alors je devais conduire plus de 8 kilomètres. « 

S’asseoir derrière les géraniums n’est rien pour moi

Laura Feenstra

Mais ce n’est pas l’effort physique qui constitue son plus grand défi; c’est trouver des toilettes. « Parfois, les toilettes que je rencontre ne sont pas accessibles en fauteuil roulant. Ou vous ne voyez rien d’autre que des champs ouverts. « Que faites-vous avec une vessie pleine? « J’espère très fort que vous en rencontrez un », rit-elle. ,, Mais en réalité ça marche toujours bien. Si j’ai besoin de quelque chose, je le rencontre toujours. Au milieu de nulle part, j’ai finalement rencontré une ferme en cas de forte urgence, où une voiture adaptée aux fauteuils roulants se tenait dans l’allée. Là-bas, je pouvais non seulement aller aux toilettes, mais aussi à des toilettes adaptées aux fauteuils roulants. Spécial. « 

 

,, Et si vous ne le rencontrez pas, alors vous devez demander. De cette façon, vous rencontrerez à nouveau des personnes très sympathiques. « Feenstra décrit son voyage et ces rencontres sur son blog, rolstoelpelgrim.nl.

Peu à peu

«J’ai un fils de 14 ans qui n’aime pas quand je reste absent pendant des mois. » Donc, Feenstra fait un « morceau » chaque année. En 2016, elle est passée de Haarlem à Den Bosch et en 2017 de Den Bosch à Maastricht. Cette année, elle quitte pour la première fois le paysage hollandais pour les collines de France. Elle va dans deux semaines le long de la Meuse de Maastricht à Reims, ce qui représente environ 242 kilomètres.

Le «pèlerin en fauteuil roulant» parcourt environ 30 à 35 kilomètres par jour. « Mais parce que je dois parfois faire des détours ou simplement aller au supermarché pour acheter de la nourriture, dans la pratique, il y a bientôt 10 kilomètres. »

Elle dort parfois dans des campings et dans des auberges de jeunesse, mais elle préfère rester dans des monastères pour y passer la nuit. «L’atmosphère y est toujours spéciale. » Dans diverses églises, elle reçoit un cachet pour son passeport de pèlerin. « Tout comme l’Elfstedentocht. » (Voyage de patinage longue distance néerlandais)

 
 

Le passeport de pèlerin de Laura. © Photo privée

Jour 6 Dinant (Be) à Givet (Fr)

   

Ce matin vers 5 heures, je me suis réveillé frissonnant, il faisait encore très froid et dans mon sommeil, à moitié sorti du sac de couchage de ma mère. Je ne voulais plus dormir, alors vers 6 heures, je vais m’habiller et aller faire mes bagages. Quand tout a été emballé, je suis parti.

Je suis rentré à Dinant et sur le chemin, je suis tombé sur un énorme train de marchandises rempli de wagons (ces types de trains de marchandises ont également dérivé toute la nuit sur le camping, seule la Maas se situant entre les deux).

Je pense avoir vu les noix manger des pèlerins. Quand je suis arrivé pour la première fois à Dinant, j’ai pris 2 personnes emballées et après cela, je n’ai plus vu de noix.
Après Dinant, j’ai conduit presque tout le temps dans une très belle région. De grandes parois rocheuses escarpées proches de l’eau ou de la route et de nombreux châteaux et forteresses.

En plus des forts, il y avait aussi de très beaux bâtiments anciens, j’ai lu quelque part qu’il s’agissait d’anciens hôtels de luxe construits à l’époque des tours et des trains à vapeur. Dintant et ses environs étaient alors un lieu où de nombreux riches partaient en vacances. Après avoir changé les moyens de transport, les gens sont allés en vacances ailleurs et ces hôtels ont disparu et se sont délabrés. J’ai entendu dire qu’ils sont maintenant souvent utilisés comme stockage.

J’avais beaucoup de types de routes, des routes avec des voitures, mais surtout beaucoup de pistes cyclables où presque personne ne conduisait. bon nombre de ces pistes cyclables sont construites sur ou à proximité d’anciennes lignes de chemin de fer abandonnées, ce qui présente l’avantage que l’itinéraire est relativement plat. certains d’entre eux viennent de quitter les rails et ceux-ci sont complètement envahis par la végétation.

 

À un moment donné, mon eau était presque vide et il y avait peu d’endroits pour demander ou remplir. Finalement, j’ai vu un homme debout dans un jardin et je lui ai demandé, dans mon meilleur français, de remplir un peu d’eau et au lieu de remplir ma bouteille d’eau du robinet, j’ai eu une bouteille d’un litre d’eau de source. C’était donc bien parce que l’eau ici n’est pas très savoureuse (elle a un goût et une odeur d’eau de piscine bien qu’elle soit moins mauvaise ici que dans d’autres régions de France).

Je devais passer un verrou plusieurs fois, cela changeait plusieurs fois maintenant de quel côté je roulais. Les serrures sont difficiles à passer. Parce que la passerelle ou le pont pour cyclistes est attaché à la porte de l’écluse et peut s’ouvrir pour s’ouvrir, le pont est plus haut que la surface de la route. Parfois 25cm. Je dois sortir de mon fauteuil roulant, puis je soulève cette chaise sur le pont et je m’assieds à nouveau. Ou je le pousse de l’autre côté. C’est toujours un gros travail. Aujourd’hui, c’était grave parce que j’ai toujours eu de l’aide. 1 fois d’un couple hollandais que j’ai vu plusieurs fois auparavant. Ils font aussi la route en treillis mais ensuite toujours de haut en bas pour retourner à leur voiture. Et le lendemain, ils montent et descendent un autre morceau.

J’ai également passé la frontière aujourd’hui, il y avait 3 drapeaux à la frontière. Le drapeau belge, français et européen. Maintenant, je vais vraiment devoir me sauver en français. Et c’est assez difficile parce que je n’ai jamais eu le français à l’école. Seulement un cours de français pour voyager. Et maintenant tout le temps de pratiquer!

Maintenant, je suis dans un camping à Givet, il y a encore 5 stands de tracteurs à côté de ma tente. C’est un simple camping français. Pas de lunettes de toilette, pas de lumière dans les toilettes, mais je vais bien ici. Et pour cela 6 euros je ne peux pas me plaindre. Les roues de mon fauteuil roulant se chargent dans la salle de lavage et le reste de mon fauteuil se trouve dans la tente (qui s’adapte parfaitement à mon auvent, je vais d’abord dans la tente et tire le fauteuil derrière moi, puis je me serre le long du fauteuil). fermer la tente).
 

Demain matin, je veux encore conduire tôt. Ensuite, je vais à Haybes ou à Fumay. En fonction de ce que je ressens et de l’état de la route. Le Ravel s’est arrêté et je vais maintenant passer par la Voie Verte Trans Ardenne. Je pense que c’est assez semblable, seulement une version belge et une version française.

 

A demain

 

Et pour ceux qui ne sont pas encore inscrits à la newsletter, allez à la page principale et inscrivez-vous. N’oubliez pas de regarder dans votre courrier électronique par la suite car il y a un courrier électronique que vous devez confirmer. Pas d’email? Regardez dans votre courrier indésirable ou envoyez-moi un message

Jour 7. Givet à Fumay

 en pèlerin en fauteuil roulant
 

Aujourd’hui, je suis de nouveau sur la route pendant une semaine.
La nuit dernière, tout a commencé avec un peu de pluie. Je l’entendis couler sur ma tente alors que je voulais dormir.
Heureusement, ce n’était pas très grave et quand j’étais au matin, ma tente était très sèche. au camping, j’ai trouvé un pommier avec toutes sortes de pommes de mars, j’en ai emporté un certain nombre sur la route, délicieux.
Quand tout fut à nouveau attaché à mon fauteuil roulant, je partis.

 

Le premier arrêt était à Chooz. J’ai visité la mairie pour un timbre.
Les signes des Voies Vertes sont faciles à suivre, même si je dois m’y habituer.

 
La journée a commencé très brumeuse, les collines / montagnes étaient parfois presque invisibles. De temps en temps quelques éclaboussures sont tombées mais heureusement le géant n’était pas trop mauvais. la brume la rendait très belle, encore une fois très différente de celle d’un ciel bleu comme je l’ai eu jusqu’à présent.

 

trouver le poisson, celui qui a l’air bien peut le trouver

   

La route d’aujourd’hui était très belle. Seulement la rivière, les arbres, le vent et le silence. Je ne connais pas un tel silence aux Pays-Bas. Seulement au loin, parfois une voiture (et même pas toutes les 5 minutes environ, mais quelques fois par heure) et un seul cycliste ou randonneur qui me dépasse ou qui passe devant moi. Je vois aussi un pêcheur de l’autre côté, généralement des pêcheurs avec tout ce qu’il faut, une tente, une chaise longue et 3 cannes, mais parfois aussi le contraire et les pêcheurs ont l’impression de pêcher à la pause déjeuner avec des vêtements ordinaires et seulement une petite canne à pêche et rien d’autre.

De plus, j’ai entendu un sanglier (je ne l’ai pas vu, mais cela ressemblait à un cochon, alors je suppose que c’est un sanglier.) De temps en temps, j’entends une scie à chaîne de l’autre côté de l’eau (si une route peut être vue, car parfois il n’y avait que la forêt de l’autre côté), parfois conduire un camion avec des arbres.

       

Dans certaines parties, la Meuse est presque une rivière au débit rapide, très peu profonde. C’est aussi assez clair. Je peux voir les poissons nager. Certaines sont assez grandes (40 à 50 cm?). Plus tard, j’ai lu sur une assiette que le saumon est ici.
De plus, j’ai vu une petite chute d’eau aujourd’hui.

 
 
 
De plus, comme je vois régulièrement beaucoup de houblon, parfois une petite plante, mais parfois, le houblon envahit les arbres et les arbustes.
 

Partout le long de la route dans les jardins, il y avait des pommiers qui laissaient tomber leurs pommes sans être récoltés. Je pense que c’est une honte de toutes ces pommes savoureuses. Quand je le vois, j’ai déjà envie de faire de la compote de pommes, de stocker et de donner un approvisionnement d’un an. Mais malheureusement, je ne peux pas prendre ces pommes avec moi maintenant et je les laisse pour ce que c’est. Ce matin, j’ai mangé une pomme de l’arbre à côté de ma tente.

 

J’ai longé la Meuse pendant la majeure partie de la journée, mais je n’ai presque pas vu de bateaux. 1 petit bateau de plaisance. Cependant, il y avait toujours des serrures.


À Haybes, j’ai reçu un tampon avec les informations touristiques. Je suis aussi allé à la boulangerie pour du pain pour mon dîner.

Juste avant Fumay, la Meuse est très calme et lisse, vous pouvez voir les montagnes se refléter dans l’eau.
À Fumay, j’avais un tampon dans l’église; c’était spécial parce que normalement cette église serait fermée mais il y avait une situation spéciale. Il y avait une fenêtre cassée et il y avait des pigeons dans l’église et ils avaient tout dessous. Il y avait maintenant un certain nombre de femmes avec des masques sur le pinceau pour se débarrasser de toute la saleté parce que c’était vraiment partout.L’une de ces femmes m’a emmenée dans un bâtiment voisin où l’administration de l’église a été faite. C’était le timbre. et cela a été mis dans mon passeport.

  

Après l’église, je suis allé au camping. Ici, on m’a assigné une place à côté de 4 Néerlandais avec 3 chiens. Je peux charger mon fauteuil roulant dans l’auvent de l’un d’eux et j’ai été invité à venir prendre un verre. Cela a abouti à une soirée très agréable.

L’un d’entre eux avait un thermos qui ne fonctionnait pas (comme ils l’ont dit, il faisait plus chaud de l’extérieur que de l’intérieur) et on lui a proposé de l’utiliser comme pichet la nuit dernière. Je suis maintenant bien au chaud dans mon sac de couchage avec une carafe. J’espère rester un peu au chaud ce soir.

 

Puisqu’il n’y a pas de Wi-Fi ici au camping, vous devrez attendre de nouvelles photos (en attendant, vous voyez qu’il a été mis à jour).
Je quitterai la Meuse à la moitié de la journée, puis marcherai de Revin (sur la Meuse) à Rocroi (départ de la Via Campaniensis).
A demain!

Jour 8. De Fumay à Rocroi

 en pèlerin en fauteuil roulant

Aujourd’hui, il ne restait que quelques kilomètres, le planning était de 22 km, je crois, et il est devenu un petit 25 km. Mais cela ne dit rien sur la lourdeur.
Ce matin, je n’étais finalement pas gelé après une bonne nuit avec la bouteille thermos du voisin (voir l’histoire hier) et ma propre bouteille chaude en combinaison avec mon sac de couchage estival, un sac-poubelle et une couverture de protection (un objet brillant, par exemple).
Mon fauteuil roulant était à nouveau complètement chargé et après avoir quitté la tente, je suis parti.
Je suis d’abord allé au supermarché pour faire mes courses quotidiennes, puis de nouveau rapidement. Il est passé à nouveau dans une très belle région. J’ai vu beaucoup de cormorans aux ailes déployées. Je trouve toujours un beau visage.


Au bout d’un moment, un homme célèbre en vélo m’a doublé. C’est l’une des personnes que je connaissais du camping et où je pouvais recharger mon fauteuil roulant. Nous avons fait signe et il est passé à nouveau.

J’ai aussi longé la voie ferrée. Les trains ici sont très courts et joliment colorés mais n’ont pas de lignes aériennes.
Bientôt je suis arrivé à Revin. J’étais au courant de cela parce que j’avais dormi l’été dernier comme étape sur le chemin de Taizé (pour ceux qui l’ignorent, il s’agit d’un monastère au cœur de la France où je vais chaque année).

Revin a été pour moi la fin de la voie internationale que je suis depuis Maastricht. La route des méandres continue mais je m’éloigne vers Rocroi, mais à 11 kilomètres de Revin. À Rocroi, je peux alors commencer par la Via Campaniensis. Un chemin de pèlerinage officiel à Santiagio.

11 kilomètres est normalement très bon à faire et je roule en 2 heures. Mais pas ces kilomètres. Sur ces 11 kilomètres, j’ai eu une augmentation moyenne de 5% et mon augmentation maximale était de 20% (je devais faire en arrière parce que je reviendrais en arrière)
La première moitié de la route après Revin I a été conduite sur une route D où des camions et des voitures passaient à 80 km / heure. Cependant, je dois dire que je pense que ces automobilistes tiennent compte des cyclistes, des marcheurs et, dans mon cas, des fauteuils roulants sur la route. Aux Pays-Bas, je passe régulièrement à 30 cm, mais ici, ils se tiennent à au moins 1 1/2 mètre. Très sympa En chemin, je me suis également arrêté devant un point de vue pour reprendre mon souffle. Deux cyclistes sont arrivés, père et fille d’Angleterre. J’ai eu une bonne conversation avec eux, puis nous avons continué tous les deux.

     

La seconde moitié de la route traversait une forêt sur une petite route secondaire où venait parfois une voiture. Une autre femme s’est arrêtée pour demander si les choses se passaient bien. Je ne pense pas que les fauteuils roulants roulent souvent ici. Sur cette route, je n’ai vu que des arbres et une énorme pente

au bout de cette route se trouvait aussi le nom de la route, c’est-à-dire Vallée de Misère, et je pensais que c’était un nom approprié. Ce fut une journée vraiment difficile.

 
À Rocroi je suis allé à l’information touristique. Ils ont une mairie ici. Et après avoir eu un tampon dans mon passeport, nous sommes allés à l’auberge. Je ne fais que dormir ici maintenant et j’ai pu faire tout ce que les derniers jours sur le camping n’ont pas fait. Une douche abondante, des plats chauds, le séchage de la tente et le lavage du linge. Ce dernier est très agréable car il y a une centrifugeuse, donc après le lavage à la main, les vêtements après la centrifugeuse sont à nouveau presque secs.

 

Je vais maintenant voir mon itinéraire pour demain et puis aller dormir. Je suis très fatigué et prêt pour une bonne nuit de sommeil.
A demain!

Jour 9 Rocroi à Aubigny-les-Potes

en pèlerin en fauteuil roulant
 

J’ai passé une bonne nuit dans mon auberge privée à Rocroi (j’ai découvert aujourd’hui qu’elle est parfois écrite sous le nom de Rocroi et parfois sous celle de Rocroy).

J’ai pu remonter ma tente à nouveau ce matin. J’aurais pu le faire sécher dans la salle de bain de l’auberge.

Le bâtiment de l’auberge était déjà assez vieux. 1829 était là. Les murs avaient presque un mètre d’épaisseur et je n’avais presque pas de téléphone à l’intérieur. Pour le message d’hier soir, j’ai d’abord dû marcher dehors.

Ce matin, j’ai commencé la Via Campeniensis. Cela m’a d’abord conduit aux murs de la ville. Ils sont encore presque complets et en forme d’étoile, ils sont également accessibles et vous pouvez passer par les couloirs mais je ne l’ai pas encore fait. Je suis passé à travers, la route est clairement indiquée avec des coquillages et des rayures jaunes bauwe.


Aujourd’hui, j’avais beaucoup de forêts mais aussi beaucoup de paysages ouverts. Surtout les pâturages avec de belles vaches françaises.

J’ai encore eu quelques pentes raides, mais heureusement, j’ai eu plus de pistes.
Sur le chemin, je rencontrais régulièrement des croix et des chapelles. Oa de St Rémi. Il me reste à découvrir qui je suis, car beaucoup de choses lui ont été mentionnées dans cette région. Je vois beaucoup de noms de rues et donc avec ce saint. Et a parlé des noms de rue sainte. J’ai aussi passé une autre rue spéciale (voir photo)

J’ai aussi vu beaucoup de papillons et d’autres insectes en chemin. Plus tard, j’ai aussi rencontré une grande sauterelle française. J’avais entendu cela auparavant mais je ne l’avais pas vu.
Au sommet d’une colline, deux veaux de taureaux ont marché sur la route, ils m’ont trouvé effrayant parce qu’ils se sont enfuis rapidement lorsque je suis arrivé en roulant. Donc, je n’ai pas eu à tenir une corrida pour rouler.

À un moment donné, la route empruntant un chemin mal goudronné s’est rapidement dégradée et a abouti à un chemin avec des traces de pneus profondes (peut-être 20 cm de profondeur) et une partie centrale herbeuse. Tout cela est allé en descente … C’était tout aussi excitant, mais je m’en suis bien tiré. Et à la fin j’ai été récompensé par un poirier avec des poires savoureuses. Et puis tout est rentré sur une route goudronnée ordinaire.

Après cela, il ne me fallut plus que quelques kilomètres d’Aubigny-les-Potes et j’ai alors pensé que c’était beau pour aujourd’hui et j’ai trouvé un endroit pour dormir. Et maintenant je suis dans un dortoir avec 2 autres pèlerins qui suivent le même itinéraire. Néerlandais aussi.
Nous venons de prendre un repas copieux et copieux (4 plats) et maintenant je me couche sur le lit en écrivant ceci et je vais me coucher.

A demain!

Jour 10 Aubigny-les-Potées à Lalobbe

 en pèlerin en fauteuil roulant
 

Ce matin, je me suis levé et j’ai déjeuné avec mes compagnons pèlerins.
C’était un délicieux petit déjeuner avec du jus, du thé, des sandwichs et des confitures maison. C’était également très agréable de partager toutes les histoires de pèlerins.
J’ai roulé à nouveau vers 9h00.


Aujourd’hui, c’était un itinéraire simple, car j’avais décidé de dévier de la Via Campeniensis aujourd’hui, car il suivrait un mauvais état des routes. C’est pourquoi je suis allé au prochain endroit par la voie habituelle. D’abord à Signy-l’Abbaye, puis à Lalobbe, où j’ai également passé la nuit.

Sur le chemin, j’ai traversé de nombreux pâturages avec des vaches et des bœufs sur les collines. J’ai pris beaucoup de photos. Ce sont principalement des vaches de boucherie et tous les veaux sont juste avec leur mère. Un très beau visage. En outre, beaucoup de bovins ont les cornes sur la tête.

Aujourd’hui, j’ai rencontré une sorte de pèlerin. Une femme qui marchait avec une sorte de chariot sur lequel reposaient ses bagages. Elle était en fait un pèlerin à temps plein. Elle ne marchait ni à Santiago ni à Rome, mais voyageait de monastère à couvent et continuait dans toute la France.
Plus tard, je l’ai retrouvée quand je suis allée faire des courses au supermarché.

Je suis maintenant arrivé à Lalobbe. Je reste ici dans la maison avec un couple hollandais qui vit en France depuis des années. C’est un bel endroit. J’ai passé un bon moment dans le magnifique grand jardin cet après-midi et j’ai fait beaucoup de photos des fleurs et des pommes. Il y a aussi un pré avec un certain nombre de moutons à côté de leur jardin. Je leur ai donné des pommes. Ils sont assez dociles parce qu’ils mangent hors de contrôle.

Ce soir, nous avons beaucoup parlé après le dîner. Beaucoup d’histoires et d’expériences échangées. Était très gentil mais je dois vraiment aller au lit maintenant.

Demain probablement à Château-Porcien.

Jour 11. Lalobbe à Château-Porcien.

 en pèlerin en fauteuil roulant

Quand je me suis réveillé vers 7 heures, mon réveil n’était pas encore parti. J’ai dormi merveilleusement sous une belle couverture chaude. Les journées sont assez chaudes mais les nuits sont souvent froides et une bonne couverture est très agréable.

Après avoir fait mon sac, je suis allé au salon où mon bon petit déjeuner était prêt. Pain toutes sortes de garnitures, y compris des choses hollandaises telles que du beurre de cacahuète et des saupoudres, du yogourt et un œuf. Nous avons très bien parlé et le moment était venu de prendre mon fauteuil roulant. Nous étions garés hier dans l’église, entre la statue de Jésus et la statue de Marie, car il y avait une prise de courant. Les personnes où j’ai dormi sont également les gérants de l’église, alors c’était facile.

 
Puis je suis reparti sur la route. J’ai d’abord eu quelques pentes raides que j’ai dû défier, mais je suis monté et j’ai toujours 2 récompenses. La première est une très belle vue et la seconde est la perspective de redescendre et de faire peu.

J’ai aussi parfois rencontré des signes indiquant que je suis sur la bonne route, parfois des coquillages de Santiago, mais aussi les marques jaunes-bleues y sont régulièrement.

J’ai traversé le village de Wasigny, qui est une halle de marché du 15ème siècle qui a été utilisée jusqu’en 1900. J’ai entendu dire qu’il venait juste d’être restauré, donc un marché pourrait en principe être organisé.

quand je viens de voir le marché et de prendre une photo, un homme de la maison voisine de l’endroit où je me tenais a ouvert une fenêtre et m’a demandé si j’étais néerlandais et si je voulais prendre un café. Je leur ai dit que je ne bois pas de café mais préfère une tasse de thé. Et donc j’étais assis avec un Hollandais en France pour boire une tasse de thé. Après le thé, je suis reparti et j’ai jeté un regard plus étendu sur la halle du marché et l’a mis sur la photo. Et puis il était temps de continuer.

    

Aujourd’hui, j’ai encore principalement roulé sur la route, mais il y avait peu de voitures. J’ai principalement vu des vaches dans les pâturages et parfois un cheval et des moutons. Il y avait aussi beaucoup de champs de blé tondus et quelques champs de tonte où les agriculteurs faisaient souvent la récolte. Il y avait aussi des cheminées avec, entre autres, de la betterave à sucre sur le bord de la route. Et parfois, des camions pleins de récolte passaient.

J’ai aussi vu des oiseaux de proie voler régulièrement, malheureusement je ne les reconnais pas très bien.

        

J’ai aussi rencontré un cycliste aujourd’hui. Complètement emballé et laissé tomber. Il est originaire du Kirghizistan et a maintenant fait le trajet de Berlin à Nantes. Plus tard je l’ai rencontré à nouveau. Il avait pris une pause et je l’avais rattrapé entre-temps.

 

Quand je suis arrivé à Château-Porcien, je suis passé devant le lieu de pèlerinage pour récupérer le code de la maison. C’était un café où environ 5 hommes étaient assis au bar et le barman m’a donné le code et un tampon sur le passeport de mon pèlerin.

Ensuite, deux habitués m’ont accompagné au chalet pour voir si je pouvais ouvrir la porte parce qu’il était coincé, mais cela s’est bien passé. J’ai choisi un lit, je suis allé me reposer et j’ai donné du pouvoir à mon fauteuil roulant. Au bout d’une heure, je suis allé chercher de la nourriture au supermarché et un cachet à la mairie.

  

Et maintenant je suis de retour et de nouveau dans le lit. Préparez donc un peu de nourriture et dormez tôt.

c’est aussi une très belle maison. Je pense que c’est assez vieux mais complètement rénové. Il y a 2 salles de bains soignées et une bonne cuisine. Il y a aussi la salle de la laitue avec 8 places. Tous les murs sont peints en bleu et avec les fenêtres rondes, cela ressemble un peu à un navire (hublots).

Aujourd’hui, je ne télécharge malheureusement aucune photo (comme vous pouvez le constater, elles ont été placées), car je ne dispose que d’Internet mobile, sinon je suis trop rapide dans mon forfait. Peut-être demain.

A demain!

Jour 12, de Château-Porcien à Bazancourt

  en pèlerin en fauteuil roulant

Quand je me suis réveillé ce matin et que je suis rentré, j’ai repris la route.
Je suis d’abord allé à l’église dans l’espoir de trouver quelqu’un qui pourrait donner un timbre, mais malheureusement, ce n’était pas le cas. Aussi dans la maison de la paroisse en plus n’a pas été ouvert et je suis donc seulement roulé plus loin.

J’ai commencé la journée par une longue montée et, après cette montée, il me restait encore des petits morceaux mais pas très longs et raides, et elle a souvent chuté. J’ai traversé un paysage vallonné avec des champs de betteraves à sucre, d’oignons, de luzerne (trèfle française) et de grains fauchés. Très occasionnellement, quelques arbres dans le champ, mais ils sont en réalité négligeables. Alors ça a marché pendant des kilomètres, je voyais souvent dans les villages rien que ce genre de champs. Ce qui est assez gênant si vous avez vraiment besoin d’un arbre à un moment donné pour vous cacher.

      
J’ai également suivi la route normale aujourd’hui. Une route D Cela ressemble à une route sérieuse, mais cela ne montre pas grand chose. En moyenne, peut-être toutes les quinze minutes, une voiture passait et parfois un tracteur avec une remorque pleine de récolte. Mais sinon c’était très calme. Il n’y avait presque pas de cyclistes. Cependant, une bicyclette spéciale est arrivée, une sorte de tandem et la personne qui se trouvait devant était comme si elle roulait en position allongée et la personne qui se tenait à l’arrière était tout simplement assise bien droite et ils étaient lourdement chargés. Je pense qu’ils doivent également parcourir une bonne distance. à Santiago ou à Rome ou quelque chose.

    

À peu près au camion avec la récolte, en chemin, je rencontrais des cultures régulièrement tombées, des tas de maïs, de la paille, de la betterave à sucre et de l’oignon. Cela m’a donné un certain nombre d’oignons. Bientôt, je mangerai de la soupe à l’oignon (ou quelqu’un me rendra heureux avec des oignons en chemin pour avoir de la place dans mon sac).

 

Il faisait assez chaud aujourd’hui. 28 degrés donnaient le thermomètre de mon ordinateur de vélo. Et pourtant cela donne aussi un peu de pluie. Mais c’était heureux avec ça. Les nuages étaient très beaux.


J’ai traversé les villes d’Avançon et de Saint-Loup-en-Champagne et, dans ces endroits, j’ai reçu un cachet à la mairie. Et j’ai aussi visité l’église, je pense que l’église de Saint-Loup-en-Champagne était en fait fermée, mais une porte latérale était ouverte avec un hor pour ça, que j’ai écarté et que je suis donc dans l’église glissé.

  

à Saint-Loup-en-Champagne, il y avait aussi un très beau chat qui marchait, et il était spécial pour s’asseoir afin que je puisse prendre une photo. c’était juste un modèle photo.

Quand je suis arrivé à Bazancourt, j’ai reçu la clé du lieu de pèlerinage de la mairie, à côté du timbre.

 

C’est assez différent d’hier. Très sobre. il y a malheureusement 2 marches dès que j’ouvre la porte mais heureusement je peux lever mon siège si je jette mon poids dans le combat. Et il est juste assez proche d’une prise pour pouvoir être chargé lorsque j’utilise ma rallonge. Parce que je n’ai pas le dortoir là-bas. C’est un 5 étapes supplémentaires. Mais heureusement, il est aussi bien dans le couloir.


Le dortoir est une pièce où se trouvent un certain nombre de lits pliants et quelques matelas (pour les pèlerins qui lisent et vont arriver ici, il n’ya pas de draps jetables, prenez-les à votre place précédente, à Château-Porcien avait heureusement pris mon set avec moi au lieu d’être jeté à la poubelle). Il y a aussi un micro-ondes qui fait aussi toute la cuisine. La plomberie consiste en une toilette (pas très propre) sans lunettes et une douche. Mais malgré le fait que ce ne soit pas idéal, vous ne m’entendez pas me plaindre car je n’ai rien payé et tout va bien ici.
 
(Quelques minutes après avoir écrit ceci, j’ai découvert ce qu’est réellement cette pièce.) Un espace derrière une grande scène dans une sorte de théâtre, j’ai ouvert une porte latérale et je me suis tenu sur une grande scène, avec des rideaux rouges. Alors qui sait quels Français célèbres ont changé de coulisses dans cette salle!)

Je viens de rouler à travers la ville. Puisque je ne paye pas ma place pour dormir, je vais soutenir l’économie locale en mangeant quelque chose ici.
le supermarché est ici (je pense enfin) fermé mais il y a quelques petites boutiques telles qu’une boulangerie, une boucherie et un restaurant ou 4 restaurants. et il y a un beau parc avec une épouse.

       

En attendant, j’ai mangé et je suis de retour dans le dortoir où je suis à nouveau seul. Je vais dormir si tôt.

Demain à Reims!

Jour 13. De Bazancourt à Reims

  en pèlerin en fauteuil roulant

La nuit dernière, je me suis endormi tôt et ce matin je me suis réveillé vers 7h30. J’ai tout emballé à nouveau et à 8h45, je me suis rendu à la mairie pour mettre la clé dans la boîte aux lettres comme convenu.
Puis je suis reparti sur la route.

Bientôt, j’ai découvert où vivent tous les habitants de Bazancourt, sucre! Non, ce n’est pas qu’ils mangent du sucre mais ils travaillent dans l’industrie du sucre. Je suis passé devant une énorme usine de sucre. Il y avait d’immenses silos 1 dont le volume était de 45 000 m3 et qui était rempli de sirop de sucre. Il en restait un morceau de 10. Le plus grand pot de paille que j’ai jamais vu! Les camions sont allés et venus. Les camions intérieurs dotés de grands bacs de chargement remplis de betteraves à sucre conduisaient et partaient comme des camions et des camions-citernes ordinaires, je pense avec du minerai de sucre.

    

Quand j’ai repassé cette industrie, les champs ont commencé avec la betterave à sucre. Comme hier, ils étaient sans fin, à l’horizon.
De plus en plus de champs étaient maintenant nus, il y avait les betteraves à sucre qui sont déjà dans l’usine. J’ai pu suivre tout le chemin de la betterave à sucre.

Et donc je suis passé devant les champs. les cieux étaient particulièrement beaux.

 

Je suis tombé sur 2 petits villages. Et à Pomacle, j’ai reçu un timbre d’une bonne anglophone de la mairie. J’ai aussi marché le long de l’église. contrairement aux nombreuses églises médiévales de France, c’était une église des années 1920, de nombreuses églises détruites dans la première guerre mondiale dans la région de Reims et, dans les années vingt du siècle dernier, de nouvelles «modernes» églises construites.

Après tous les champs, je suis rentré dans les bâtiments, au début de Reims. J’ai roulé à la cathédrale où j’ai eu un timbre. J’ai aussi visité la cathédrale.
Elle a également arrangé mon lieu de sommeil ici. Je dors dans le monastère de Clares et j’y reste deux nuits avant de rentrer aux Pays-Bas.
Les Clarisses sont un ordre monastique qui vit sur les traces de Sainte Clara qui vivait comme Fransiscus à Assise en Italie. En réalité, il s’agit d’une sorte de branche féminine des franciscains.
Après que le lieu de couchage dans le monastère ait été aménagé par les habitants de la cathédrale, je suis allé en ville pendant un moment. Au début, je prévoyais encore de visiter la ville plusieurs fois mais je me suis vite rendu compte que ma tête n’était pas à la hauteur. après tant de jours de silence, de prairies et de forêts, l’agitation de la ville était accablante. C’est pourquoi j’ai décidé d’utiliser le Wi-Fi dans le centre-ville pour organiser mon voyage de retour en bus, puis je me suis rendu au monastère, situé à 6 km au sud de la cathédrale.

   

J’ai encore une belle chambre. Et quand je suis arrivé, la messe venait de commencer où je suis allée tout de suite. C’est la prière du soir, puis il est temps de se coucher.

 

Mon pèlerinage est de retour pour cette année. L’année prochaine encore, une nouvelle pièce de Reims. Mais maintenant, un autre monastère de 2 nuits.

A demain!

Jour 14. Jour du monastère

  en pèlerin en fauteuil roulant

Aujourd’hui un jour de monastère. Prenez une pause de roulement.

Puisque je pense qu’un grand nombre de personnes qui ont lu ceci n’ont jamais séjourné dans un monastère, j’ai pensé qu’il serait intéressant d’écrire quelque chose à ce sujet. Je viens moi-même dans les monastères depuis plusieurs années. Je l’aime beaucoup.

J’ai une belle chambre ici. Dans un monastère, cela s’appelle généralement une cellule. Dans la plupart des monastères, ici aussi, cette pièce n’est pas trop grande avec un lit simple, un bureau, une armoire et un évier avec robinet. Sobre mais en réalité tout ce qui est nécessaire. Douche et toilettes dans le couloir. Bien sûr, il y a une croix dans ma chambre contre le mur. Dans ce cas, la croix de San Damiano. Je suis ici avec les soeurs Clarissen qui viennent d’Assise en Italie et cette croix vient d’Assise de l’église de San Damiano où st. Clara (à droite, la fondatrice des Clarisses) a vécu.

 

Voici à quoi ressemble une journée dans un monastère.
le matin à 6h30, le service de lecture commence. Ici, les conférences du jour sont lues et souvent, quelque chose est chanté. quand je suis entré dans l’église, il faisait encore noir (à l’exception d’une petite lumière), mais bientôt une sœur est venue tout préparer pour la prière. Après quelques minutes, le reste des sœurs a également suivi et le service de lecture a commencé.

  

Ensuite, il est temps d’avoir quelque chose à manger dans la salle à manger pour les invités. Dans ce cas, nous avons pu prendre du pain et des garnitures nous-mêmes et prendre du thé, du café ou du chocolat.

À 8 heures le Lauden, la prière du matin. Pendant les heures de prière, les chants sont principalement chantés, à l’aide d’un groupe spécial, le même dans le monde entier, qui est prié et chanté dans un psautier, un livre d’heures ou un bréviaire. L’avantage est que je peux suivre ce qui a été dit avec mon français très limité, car avec une application (prière de la marée) au téléphone, je peux lire toutes les traductions. Les conférences suivent également un horaire fixe et j’ai pu lire en néerlandais.
À 11h30, une célébration eucharistique a eu lieu. Ensuite, il y a un prêtre qui lit les conférences et fait l’Eucharistie. Entre les deux, il y a des chants fixes et changeants.
Après l’Eucharistie, c’est l’heure du déjeuner.
Il y a ensuite du temps libre pour les invités, mais les sœurs elles-mêmes travaillent entre les temps de prière. Dans le monastère ici, ils font des hostions et je pense que les objets en poterie sont fabriqués. Dans d’autres monastères, d’autres activités sont en cours: brasser de la bière, relier, peindre des icônes et parfois travailler à l’extérieur comme infirmière ou dans une école, mais cela devient de moins en moins courant.
J’ai dormi un peu aujourd’hui pendant cette période.
A 17h30 il y a les vêpres. La prière du soir. Puis plus de psaumes sont chantés et des prières sont faites.
Puis c’est l’heure du dîner à nouveau.
Et puis à 20h15 la journée se termine avec la fin. La fermeture du jour. Et puis il est temps de se coucher à nouveau.

 

Demain matin, je suis toujours là et je me dirige vers la gare où je prends un bus pour les Pays-Bas. Plus à ce sujet plus tard.

Jusqu’à la prochaine fois!

Fin de ce pèlerinage.

  en pèlerin en fauteuil roulant

 

Hier soir (21 septembre), je suis rentré chez moi.

Vendredi matin, je suis d’abord allé à la conférence et à la prière du matin au monastère. Et puis j’ai pris le petit déjeuner avec les autres invités. Les autres clients ne parlent ni le néerlandais ni l’anglais et comme je n’ai qu’un minimum de français, nous communiquons via Google Translate. Ça marche plutôt bien. J’ai même été invité à venir rester avec mes amis sur mon itinéraire l’année prochaine et à Troyes (où mon itinéraire va). Donc, ce lieu de nuit a déjà été arrangé.
Après le petit-déjeuner, j’ai fait les derniers bagages et à 11 heures, je me suis installée et j’ai reçu un tampon sur mon passeport de pèlerin. Puis c’était l’heure du départ. Sur le chemin de la gare, j’ai acheté de la nourriture et des boissons sur la route, puis je suis allé à la gare où je suis arrivé une heure plus tôt..

 

C’est la première fois que je prends une ligne de bus internationale avec mon fauteuil roulant. J’ai appelé avec flixbus il y a 3 jours et on m’a dit que ce n’était pas un problème de prendre mon fauteuil roulant avec moi.
Mais cela s’est avéré différent, je le craignais en fait car j’ai déjà eu un problème avec les transporteurs. Après tout, je n’ai pas un très petit fauteuil roulant, mais si c’est nécessaire, je peux le réduire en le démantelant pour qu’il ne soit pas beaucoup plus grand qu’une chaise pliante normale.
Au début, le chauffeur m’a refusé, mais après avoir dit dans mon meilleur français que j’avais appelé à ce sujet, il est rentré dans le bus. Et un peu plus tard, il m’a montré où je pouvais charger mon fauteuil roulant. Et il n’avait même pas besoin d’être démonté, mais il était complètement dedans avec des sacs et tout.
En bus, je suis allé de Reims à Paris puis de Paris à La Haye. Malheureusement, il n’y avait pas de ligne directe vers les Pays-Bas, mais heureusement, je suis aussi venu.

Sur le chemin, j’ai beaucoup dormi et je parlais de temps en temps avec mon voisin kurde de l’autre côté du sentier, dans un anglais brisé. Il était pour la première fois en France, en Belgique et aux Pays-Bas et a toujours voulu savoir d’où nous venons et s’il s’agissait d’une ville ou d’un village et il prenait des photos à chaque arrêt pour prouver qu’il était dans ce pays. Il était sur le chemin de la famille. J’ai également parlé à une femme du Vietnam qui avait étudié à Gand (et se rendait à sa cérémonie de remise des diplômes) et qui étudiait maintenant à Paris.

Sur le chemin, nous nous sommes arrêtés à Gand et à Rotterdam, puis nous nous sommes rendus à La Haye. C’était la gare d’arrivée où je suis descendu à minuit. Là, mes parents et mon fils m’ont repris.
C’est étrange d’être de retour chez soi juste après un tel voyage et de ne plus avoir à planifier et à rouler. Les prochains jours, je vais simplement me reposer. Mes bras ont roulé 400 km en 13 jours.
Les prochains jours, je posterai également des photos les jours où je n’avais pas de connexion Wi-Fi et ne pouvais donc pas publier de photos en raison du manque de données.
Ensuite, vous pouvez enfin voir toutes les photos qui appartiennent aux aventures.
Dès que cela se produit, j’envoie une newsletter. Si vous n’êtes pas encore inscrit à la newsletter, faites-le ici (page d’accueil).

Et pour conclure, j’ai un certain nombre de chiffres sur les 13 derniers jours.

Distance du jour le plus long: 48 km (Huy – Namur)
Pente la plus raide: 20%
Chute la plus forte: 22%
point culminant: 388 m
température la plus chaude: 30 degrés

Maastricht – Eijsden: 22,86 km
Eijsden – Liège: 28,65 km
Liège – Huy: 43,63 km
Huy – Namur: 48,00 km
Namur – Dinant: 32,97 km
Dinant – Givet: 33,05 km
Givet – Fumay: 31,90 km
Fumay – Rocroi: 24,59 km
Rocroi – Aubigny-les-Potes: 23,03 km
Aubigny-les-Potes – Lalobbe: 18,33 km
Lalobbe – Château-Porcien: 25.36m
Château-Porcien – Bazancourt: 28,05 km
Bazancourt – Reims: 33,74 km
Monastère de Reims à la gare: 6 km

L’année prochaine encore. alors je recommence à Reims.

D’autres nouvelles peuvent également être lues sur le blog (malheureusement maintenant uniquement en néerlandais) et s’inscrire sur la page d’accueil de la newsletter, vous serez ensuite informé de mes prochains pèlerinages.

Facebook
Facebook
Instagram
RSS