2021 Taizé a Le Puy-en-Velay

Voici le blog du pèlerin en fauteuil roulant pour 2021.
J’espère pouvoir conduire de Taizé au Puy en Velay.
Je posterai également les préparatifs ici.

1er août 2021
7 juin 2021
15 août 2021
17 aout 2021
18 aout 2021
19 aout 2021

Après cette date, je n’ai plus assuré la traduction en français, veuillez consulter le blog néerlandais avec le transducteur de votre propre navigateur. https://rolstoelpelgrim.nl/blog/

Blog


Lundi 7 juin 2021


Deux mois se sont écoulés depuis mon dernier article sur mon interview dans le magazine Eva, il est donc temps d’ouvrir un nouveau blog.
Lentement mais sûrement, j’ai commencé à planifier un peu plus maintenant. J’espère partir à la fin du mois d’août si les règles de la Corona le permettent. Mais pour l’instant, il semble que tout sera fait d’ici là, alors j’essaie de garder l’espoir que tout se passe bien.

Lentement mais sûrement, j’ai commencé à planifier un peu plus. J’espère partir à la fin du mois d’août si les règles de Corona le permettent. Mais pour l’instant, il semble que ce sera fait d’ici là, alors j’essaie de garder espoir.

J’ai des doutes quant à deux itinéraires possibles. Je peux suivre l’itinéraire officiel (un Jacobsweg via Cluny depuis l’Allemagne) ou un itinéraire entièrement planifié par moi-même via Lyon où je roulerai le long de la Saône la première partie et ensuite à travers un parc national. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients tels que des collines raides et / ou des morceaux avec des distances plus longues entre les campings. Jusqu’à l’année dernière, choisir un itinéraire avec suffisamment d’endroits pour dormir était ma priorité, mais entre-temps, j’ai appris que, surtout dans les endroits plus difficiles, je trouve des endroits merveilleux et souvent originaux pour dormir où je fais des rencontres très spéciales, et je remarque de plus en plus que ce sont ces rencontres qui rendent ce voyage si spécial. Et il en va de même pour la qualité de la route, les parties faciles je ne m’en souviens pas ou je m’en souviens comme étant ennuyeuses, alors que les kilomètres difficiles sur des routes non goudronnées ou où je pouvais à peine monter avec mon fauteuil roulant sont restés en moi et au sommet de la montagne m’ont donné un sentiment de victoire et où j’ai pu profiter de la vue.

Pour l’instant, je planifie partiellement les deux options d’itinéraire et je déciderai probablement de la voie à suivre juste avant mon départ. Je vous en dirai plus à ce sujet dans l’un des prochains blogs des mois à venir.

Bientôt, je veux aussi jeter un bon coup d’œil à mes bagages. Je veux vérifier s’il y a des choses que j’ai manquées l’année dernière et que je dois prendre avec moi maintenant (ces dernières seront minimes, je n’ai pas manqué grand-chose). Je préférerais voyager avec un minimum de bagages, mais à cause de mon fauteuil roulant, je dois toujours en emporter plus que les pèlerins à pied.

On me demande régulièrement où je mets tous mes bagages sur mon fauteuil roulant. Ci-dessous une photo et une description de mes bagages.

  1. Sac à dos, dans lequel j’ai mon matelas pneumatique, mon sac de couchage, des vêtements et une batterie de rechange.
  2. Sur mon guidon j’ai plusieurs choses. un ordinateur de vélo, un sac dans lequel j’ai une powerbank et très important une sonnette.
  3. C’est mon panneau solaire, 30w, avec lequel je charge mes powerbanks et mon téléphone.
  4. Sac où je garde mon panier repas (souvent offert) ou mes courses, ici il est très rempli car je venais de faire des courses et je savais que je ne trouverais pas de supermarché le lendemain mais souvent il n’y a pas beaucoup plus qu’un morceau de baguette et du fromage.
  5. Grand sac étanche. Il contient ma tente, le marteau et le chargeur de mon fauteuil roulant.
  6. Mon sac à main et le porte-carte transparent. Beaucoup appellent mon sac à main un coffre, j’aime les grands sacs qui sont confortables et stables sur mes genoux et dans lesquels tout ce dont j’ai besoin pour la route peut être rangé. Un sac étroit et haut pour marcher ne convient pas pour s’asseoir dans un fauteuil roulant et avoir un sac sur mes genoux, alors un sac doit être large et bas, difficile à trouver. Dans mon sac, il y a bien sûr mon portefeuille et mon passeport, mais aussi des médicaments pour la route, une petite trousse de premiers secours, des gants de rechange et, très important, mes passeports de pèlerin (credentials), qui deviennent de plus en plus nombreux, j’en suis maintenant à mon troisième et j’en ai toujours un vide avec moi au cas où le passeport de pèlerin que j’utilise actuellement serait plein.
    La couverture des cartes est idéale, elle est transparente et possède une ficelle que je peux accrocher à mon cou ou attacher à mon sac. J’utilise toujours des cartes en vrac qui proviennent en fait d’un livre de cartes Michelin, ce qui me permet d’obtenir de belles cartes détaillées, mais il me faut parfois 6 cartes ou plus pour deux semaines de voyage. Dans cette couverture transparente, je peux conserver toutes les cartes, puis mettre celle dont j’ai besoin à l’avant et la plier pour être prêt le jour même et pouvoir suivre l’itinéraire. Je mets aussi souvent mon téléphone portable dans cette housse lorsque je vais dans des endroits où la carte est insuffisante pour naviguer, j’utilise alors google maps et grâce à cette housse tout reste bien rangé sur mes genoux.
  7. Sous le siège de mon fauteuil roulant, j’ai un sac avec 2 batteries de rechange et je garde aussi mes autres câbles d’alimentation dedans.
  8. Gourde en métal, la journée pour boire et la nuit souvent utilisée comme pichet.
  9. Trousse à outils sur le châssis de mon fauteuil roulant. Elle contient tout ce qu’il faut pour résoudre les problèmes sur la route, du ruban adhésif, des bandes adhésives, des clés Allen, des vis, des pinces, un kit de réparation de pneus, un pneu de rechange, un tournevis et bien d’autres choses encore.

Je suis donc assez chargé, mais heureusement, je peux encore tout mettre sur mon fauteuil roulant. Malgré le fait que je sois si chargé, je ne peux malheureusement pas réduire beaucoup les bagages, surtout en ce qui concerne l’équipement du fauteuil roulant (comme les outils, les batteries et les chargeurs et les câbles) et le matériel de camping (tente, lit gonflable, sac de couchage), surtout que ces choses sont lourdes et/ou grandes.

Si vous voulez en savoir plus sur mes bagages ou si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les poser. Vous pouvez également consulter ma liste de colisage sur le site Web (en néerlandais), qui contient de nombreuses informations sur ce que j’emporte avec moi.
Merci de lire le blog, sur la page d’accueil vous pouvez vous inscrire à ma newsletter, puis je vous tiendrai informé quand un nouveau blog est publié.

Salutations,

pèlerin en fauteuil roulant

1er août 2021

Compte à rebours pour le Pèlerinage 2021,

Nous sommes en août et le pèlerinage 2021 se rapproche. Si tout se passe comme prévu, je partirai pour la France le 20 août.

Malheureusement, j’ai dû choisir cette année encore de partir avec ma propre voiture. À cause de Corona, je n’ose plus voyager avec flixbus comme je le faisais les années précédentes. Je me déplacerai donc en voiture en direction de Taize (où je me suis retrouvé l’année dernière) et roulerai à partir de là. Après être arrivé à Le-Puy-en-Velay, je peux retourner à mon point de départ en bus et en train. Mais d’abord, je dois me préparer pour le départ.

Taizé

Dans les semaines à venir, je vais lentement commencer à rassembler et à emballer mes affaires. Lorsque vous voyagez avec un fauteuil roulant, il y a toujours des choses supplémentaires auxquelles il faut faire attention. Cette semaine, l’entreprise de fauteuils roulants vient remplacer mes pneus, je vais donc partir avec des pneus neufs. J’emporte toujours une chambre à air supplémentaire avec moi, de sorte qu’en cas d’urgence, je peux toujours demander à quelqu’un de changer mon pneu. Je n’ai pas la force de le faire moi-même, mais il y a (j’espère) toujours des personnes utiles à trouver.

J’essaie toujours de voyager avec le moins de bagages possible. Malheureusement, je ne suis pas en mesure de voyager ultra-léger, car je suis toujours coincé avec une énorme charge d’affaires qu’un marcheur en bonne santé n’a pas. Par exemple, je viens de choisir mes médicaments pour quelques semaines de pèlerinage. Au début du voyage, cela occupe environ 1/3 de mon sac à dos. Heureusement, en chemin, cela devient de moins en moins important, ce qui me permet d’avoir plus d’espace.

Et puis j’ai aussi les batteries de mon fauteuil roulant. Je pense que j’ai environ 10 kilos de batteries et d’autres équipements de fauteuil roulant (trousse à outils, pneu de rechange, pompe, etc.). Je suis heureux de ne pas avoir à porter tout cela sur mon dos !

Vêtements d’un pèlerin en fauteuil roulant

De même, en ce qui concerne les vêtements de voyage, c’est différent en tant que rouleau qu’en tant que marcheur. Je fais toujours attention à ce que les manches soient bien serrées. Sinon, les manches sont toujours en contact avec ma roue et elles se salissent très vite.

J’aime que mes pantalons, surtout lorsque je fais du vélo pendant une longue période, ne soient pas trop serrés à la taille et hauts dans le dos. beaucoup de pantalons, surtout les jeans, me donnent mal au ventre après une longue journée de vélo parce qu’ils sont trop durs et rigides. je porte souvent des pantalons de jogging lorsque je suis sur la route. ils sont confortables et faciles à laver et à sécher.
Sur de nombreux forums ou pages Facebook avec des pèlerins, on lit qu’il faut de bonnes chaussures, ce qui n’est bien sûr pas important pour moi, mais les gants sont plus importants. J’ai des gants en cuir sans doigts mais avec un pouce. Ils sont difficiles à trouver mais grâce à ma sœur, j’ai réussi à en trouver une nouvelle paire. Je prends toujours 3 paires avec moi afin de pouvoir toujours porter une paire propre ou entière. À chaque voyage, j’use environ une paire de gants en cuir.

Maintenant, je dois tout rassembler et je pourrai bientôt partir. Juste avant de partir, je vais écrire un blog.
J’ai vraiment hâte de reprendre la route !

Salutations,

pèlerin en fauteuil roulant

15 août 2021, quelques jours avant le départ. réglage du dossier du fauteuil roulant.

Il ne reste plus que quelques jours avant le départ. J’avais prévu de partir le samedi 20, mais les circonstances m’ont permis de partir quelques jours plus tôt, à savoir le mardi 17. Mon sac est déjà largement rempli.
Normalement, j’attends avec impatience mon pèlerinage, mais dernièrement, il était double et j’attendais aussi avec impatience à cause d’un énorme mal de dos avec des radiations dans ma jambe. À cause de cela, je pouvais à peine m’asseoir dans mon fauteuil roulant malgré de nombreux analgésiques. À la maison, cela fait des années que je passe la majeure partie de ma journée allongée, avec de courtes promenades pour faire quelque chose pour changer. Je ne m’assieds que lorsque je conduis une voiture ou que je vais quelque part en fauteuil roulant. Normalement, je m’en sors bien, mais dernièrement, même ces courts moments d’assise n’ont pas bien fonctionné. J’avais déjà suivi des séances de physiothérapie et pris d’autres médicaments qui ont heureusement réduit la douleur nerveuse, mais rester assis dans mon fauteuil roulant restait un problème.
Après quelques recherches, conseils et expériences que j’ai lus sur la page facebook de l’association de patients, j’ai trouvé un dossier qui semblait adapté à mon problème. Il fallait en faire la demande par l’intermédiaire de la municipalité, et cela n’allait pas fonctionner. Le fournisseur du fauteuil roulant était déjà venu plusieurs fois pour ajuster les sangles de mon ancien dossier, mais cela n’a guère amélioré la situation. Je devais juste prendre quelque chose de nouveau. J’ai dit au fournisseur de fauteuils roulants que le dossier tarta me semblait être une bonne idée, mais il n’était pas très enthousiaste. Il pensait pouvoir résoudre le problème lui-même en insérant des morceaux de mousse détachés entre les dossiers. Malheureusement, cela n’a pas aidé. Finalement, j’ai contacté moi-même Summit revalidatietechniek, la société du dossier tarta. Ils pourraient venir me rendre visite. Deux jours plus tard, ils étaient déjà sur le pas de ma porte avec un dossier d’essai de Tarta. Il s’agit d’un système entièrement adaptable. Ils l’ont fabriqué sur mesure et j’ai pu ensuite essayer le dossier. C’était tellement agréable d’avoir enfin un soutien latéral sans que cela ne m’empêche de rouler. Après l’essayage, j’ai téléphoné à nouveau au fournisseur de mon fauteuil roulant et j’ai dit que j’avais vraiment besoin d’un autre dossier parce que je pouvais à peine m’asseoir. Il en discutait et je devais attendre à nouveau. C’était il y a deux semaines et je commençais à m’inquiéter pour mon pèlerinage. Rester assis dans mon fauteuil roulant pendant plus d’une heure n’était pas faisable, en fait, 10 minutes n’étaient pas du tout agréables. Mais 2 jours plus tard, j’ai soudainement reçu un appel téléphonique de Summit. Ils avaient reçu un message du fournisseur de cuir pour fauteuils roulants indiquant qu’ils pouvaient livrer le dossier Tarta ! J’étais très heureux, mais il y avait encore un problème, à savoir le délai de livraison… La règle du jeu était en stock mais ils avaient un agenda complet jusqu’à la fin du mois de septembre. Ils n’ont pas pu venir plus tôt. Heureusement, j’ai eu la lucidité de leur demander quand je pourrais leur rendre visite. Et cette question a résolu le problème ! Je pourrais y aller mardi dernier. L’inconvénient, c’est que c’était à Deventer (2 heures de route pour moi), mais cela signifie que je peux maintenant faire un pèlerinage avec un bon fond.


Deventer

Et donc j’ai conduit jusqu’à Deventer mardi dernier. D’abord, au sommet pour le dossier. L’homme qui m’a aidé a pris tout son temps pour que le dossier soit parfaitement ajusté. J’ai un dos plutôt creux et j’aimerais un dossier bas qui offre un soutien, non seulement au niveau du dos mais aussi sur les côtés de mon bassin et de mon bas de dos instables. Mais au bout d’une heure et demie, tout était rentré dans l’ordre et j’ai pu visiter Deventer. Deventer était une ville magnifique, je n’y étais jamais allé (consciemment). J’ai visité la Broederkerk, cette église construite vers 1335 et qui a abrité diverses églises au fil des ans, aujourd’hui à nouveau une église RK.


J’ai également visité l’église Lebuinius de 1450, également une très belle église avec de beaux vitraux des évangélistes.


Outre ces magnifiques bâtiments anciens, j’ai également trouvé l’hôtel de ville moderne de Deventer très frappant.


J’ai également acheté un délicieux gâteau Deventer chez J. Bussink qui prépare ces gâteaux aux épices depuis 1593. savoureux !


Après une courte visite de la ville, j’ai dû rentrer à la maison. Après presque deux heures de route et quelques arrêts où je me suis allongé sur un tissu sur le parking, j’étais de retour à la maison avec mon nouveau fauteuil.
J’ai donc passé une journée très agréable mais fatigante.
Ces derniers jours, j’ai testé mon dossier à plusieurs reprises et il roule tellement mieux, j’ai beaucoup moins mal.je vois maintenant beaucoup moins de problème à m’asseoir en roulant et j’ai hâte de repartir en voyage.
Aujourd’hui et demain, je vais emballer les dernières choses et je reprendrai la route mardi. D’abord quelques jours en voiture, puis le vrai pèlerinage commence. Le blog quotidien sera à nouveau disponible à partir de mardi.


Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant

1er jour de voyage

Hier soir, j’avais déjà mis la plupart de mes affaires dans la voiture et ce matin, il ne me restait plus qu’à emballer les dernières choses comme mon chargeur, mon sac à main et la nourriture pour la route. J’ai donc pu partir vers 7h30 du matin.
Normalement, je règle la navigation sur ma destination finale, mais j’avais d’autres rendez-vous.
Mon premier rendez-vous était à Helmond. Je pense avoir déjà écrit sur mon travail bénévole au musée en plein air d’Archeon, où j’ai travaillé comme cordonnier médiéval avant de devenir corona (et bientôt, je l’espère). Cette fois, je n’avais pas fabriqué des chaussures médiévales mais une paire de sandales en cuir qui seront utilisées dans la comédie musicale Ruth de Kisi. Ce groupe se trouve à Helmond et cette semaine, ils travaillent dur sur la comédie musicale (pour ceux qui sont intéressés, les billets peuvent être commandés ici).


Quand je suis arrivée, ils s’entraînaient beaucoup, mais heureusement, la personne à qui les chaussures sont destinées a pu les essayer, elles lui allaient bien, alors il suffit de les rallonger un peu pour qu’elles soient portées lors du spectacle. Joli ! Après l’essayage, je suis restée un moment à regarder les répétitions, puis je suis allée au rendez-vous suivant, cette fois chez un ami, que j’essaie toujours de visiter quand je suis dans le Limbourg. En raison de notre santé mutuelle et de la grande distance entre nos maisons, nous ne nous voyons pas très souvent, mais c’est toujours agréable. J’allais rester une heure mais c’est vite devenu 2 mais ensuite je devais vraiment conduire vers la France.
Malheureusement, plus j’allais vers le sud, plus le temps se dégradait. En Belgique, j’ai traversé la magnifique région des Ardennes, mais à cause du temps humide, il ne faisait pas bon s’arrêter longtemps et prendre des photos n’était pas vraiment possible non plus. Je n’ai donc fait que des arrêts nécessaires parce que mon dos douloureux les rendait nécessaires. En France, heureusement, le temps s’est un peu éclairci mais il n’était pas vraiment sec. Heureusement, le pèlerin en fauteuil roulant n’a eu que quelques gouttes. Comme l’année dernière, je campe à Revin au bord de la Meuse. Un endroit sympa près du bâtiment des toilettes pour que je puisse parcourir cette distance à pied. Je viens de me brosser les dents et maintenant je suis de retour dans la tente, la pluie tape sur la toile mais heureusement je suis au chaud et au sec à l’intérieur et je vais bientôt dormir.
Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Deuxième jour de voyage

La nuit dernière, il y avait beaucoup de bruit provenant d’autres clients du camping qui revenaient d’une soirée vers minuit et parlaient fort avec leurs moteurs en marche. Finalement, tout est devenu calme et j’ai bien dormi. Malheureusement, la pluie a continué toute la nuit. Vers 7 heures, je me suis réveillé. J’ai remarqué que j’étais souvent assise hier, mon corps n’était pas tout à fait comme je l’aurais voulu, mais il a fini par se mettre en route. La meilleure façon de me faire quitter ce beau sac de couchage chaud est de dégonfler mon matelas pneumatique. Quand j’ai quitté le bon lit chaud, j’ai tout remballé et je suis parti avec ma tente humide.
Je l’ai accroché sur ma botte ouverte et j’ai tenu l’autre extrémité pour laisser passer le vent. Malheureusement, il n’était pas encore complètement sec quand la pluie a recommencé à tomber. Je l’ai ensuite mis à l’arrière de ma voiture, grand ouvert pour qu’il puisse sécher dans la voiture, ce qui provoquait parfois des vitres embuées, mais avec une ventilation supplémentaire, c’était réglé.


En chemin, je suis tombé sur plusieurs monuments aux morts et cimetières, la plupart datant de la première guerre mondiale. Je me suis arrêté au plus grand cimetière. J’ai trouvé spécial que ce ne soit pas un mais deux cimetières, l’un avec des soldats français et l’autre avec des soldats allemands, et cela l’un à côté de l’autre. Impressionnant, plus de 30 000 croix. Mais il n’y avait pas que les croix. J’ai remarqué qu’il y avait aussi des tombes avec un modèle différent. Il s’agissait de musulmans, il est souvent dit qu’ils venaient des colonies (Maroc), la plupart s’appelaient Mohammed et Ali. Je n’avais jamais pensé au fait qu’ils ont également combattu pendant la guerre et qu’ils n’ont bien sûr pas de croix sur leur tombe.


Après le cimetière, nous avons continué à rouler. Aujourd’hui, il y a beaucoup de variations dans l’environnement. Des forêts, des villages et des villes. des champs de tournesols, des champs qui étaient autrefois plantés de céréales mais qui ne contiennent plus que de jolies bottes de paille rondes, de la luzerne et celui que je n’avais jamais vu auparavant, des champs de chanvre. probablement pour les cordes, les graines, etc.


Cet après-midi, j’ai aussi acheté un livret d’itinéraire de la route de Cluny à Le-Puy-en-Velay. Je n’utilise pas les itinéraires exacts mais c’est très agréable d’avoir un livret avec des noms de lieux et des adresses d’hébergement à suivre.


Maintenant, je suis de retour au camping. Je suis à nouveau allongé dans ma tente et j’entends quelques gouttes de temps en temps mais je suis content d’avoir pu la monter au sec.

Salutations,
pèlerin en fauteuil roulant

troisième jour de voyage.

Ce matin, je me suis réveillé un peu avant 7 heures avec le son d’un pivert assis dans l’arbre en face de ma tente, joli réveil. Après avoir pris quelques photos, j’ai remballé la tente et quitté le camping.

J’ai d’abord pris la direction de Beaune, une ville située au sud de Dijon. Là, j’ai visité l’Hôtel Dieu. Pour ceux qui pensent qu’il s’agit d’un hôtel de Dieu, je vais dire ce que c’est : c’est un hôpital, et ce depuis le Moyen Âge.

Outre le fait qu’il est intéressant de voir à quoi il ressemblait de l’intérieur, c’est aussi un très beau bâtiment de l’extérieur. À l’intérieur, vous pouvez voir les lits et la pharmacie, et à l’extérieur, la caractéristique la plus frappante est le toit, qui présente un beau motif de tuiles de différentes couleurs. Dans cette région, on voit souvent cela sur les tours des églises, mais je pense que ce bâtiment est le plus beau.

J’ai également trouvé intéressant de voir comment ils avaient disposé les lits, tous sur le mur, et au bout du hall se trouvait un endroit où les sœurs religieuses tenaient leurs célébrations eucharistiques, de sorte que les malades étaient en quelque sorte couchés dans un lit à l’église.

Il y avait beaucoup de monde à l’Hôtel Dieu, il y avait même une queue devant la porte car, bien sûr, seul un certain nombre de personnes peuvent entrer. Un fauteuil roulant a souvent des inconvénients, mais pas dans des moments comme celui-ci. On m’a immédiatement conduit à une autre entrée et je n’ai pas eu à payer le droit d’entrée.

Après cette visite, j’ai poursuivi ma route vers Taizé. ici, j’ai reçu une baraque et demain, j’écrirai davantage à ce sujet. ensuite, mon véritable pèlerinage commencera !

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant

Pèlerinage du 1er jour, Trains

Je voulais me lever tôt ce matin, pour avoir tout emballé et chargé sur mon fauteuil roulant avant la prière du matin de Taizé. J’ai modifié mon équilibre en déplaçant une batterie du sac inférieur (sous mon siège) au sac avant. Et donc j’ai fait quelques petits changements supplémentaires sur mon sac. Quand tout a été rechargé, je suis allé à ma voiture et j’ai laissé derrière moi tout ce dont je n’aurais pas besoin sur la route (par exemple un drap-housse qui sera nécessaire à Taizé, mais pas pour la route). Les cloches avaient déjà commencé à sonner et il était temps de tout emballer et de verrouiller la porte de la voiture. Puis direction l’église pour réciter la prière. Il est toujours difficile de chanter une langue étrangère pour la première fois (à Taize, les chants sont chantés dans de nombreuses langues), mais c’est aussi amusant quand on réussit (surtout les langues d’Europe de l’Est que je trouve souvent difficiles, trop de voyelles à la suite et beaucoup de sons s, z, sz, zs, czh). Mais après avoir visité Taizé pendant 9 ans, je parle (chante) beaucoup de langues !

Après la prière du matin, c’était l’heure de mon repas préféré à Taizé. Petit-déjeuner avec du thé Taizé sucré, du pain et des barres de chocolat !

Au petit-déjeuner, j’ai parlé à quelques autres personnes. Une femme flamande que j’ai rencontrée dans mes deux premières années à Taizé, c’était agréable de la retrouver, même si c’était court. Il m’a indiqué un membre de son groupe, une femme à qui j’avais également parlé hier.
Elle travaillait comme clown. Comme je fais de la magie et que j’étais aussi un clown, cela a donné lieu à une conversation très agréable.
Mais après toutes ces discussions, il était temps de partir, et j’ai donc quitté Taizé, laissant le clocher derrière moi.

Aujourd’hui, j’ai parcouru le même itinéraire que l’année dernière, mais dans l’autre sens. J’ai emprunté une piste cyclable magnifiquement aménagée, appelée Voies Vertes.
La route elle-même était plutôt ennuyeuse et rectiligne, mais les animaux dans les accotements joliment recouverts de fleurs constituaient un bel objet photographique.

En chemin, je suis aussi tombé sur un panneau avec quelque chose d’écrit dessus. Normalement, je n’aime pas le désordre sur les panneaux de signalisation, mais celui-ci m’a plu ! Un salut de pèlerin.

Maintenant, je suis au camping de Cluny. Ce n’était qu’un court tronçon d’environ 11 km et j’avais en fait prévu d’aller à un autre camping. Mais il était temps de s’allonger, et c’est ce que je fais maintenant. Je peux encore entendre les trains lorsqu’ils passent devant le camping.

Demain, je continuerai.

Si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez-vous à la newsletter et vous serez informé dès que je publierai un nouveau blog.


Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant

Après cette date, je n’ai plus assuré la traduction en français, veuillez consulter le blog néerlandais avec le transducteur de votre propre navigateur. https://rolstoelpelgrim.nl/blog/

Instagram
RSS