2021 Taizé a Le Puy-en-Velay

Cette page a été traduite automatiquement. Malheureusement, mon niveau de français est encore insuffisant pour l’écrire correctement. S’il y a de folles fautes de traduction, merci de me le faire savoir.

Vous trouverez ici mon blog du voyage actuel, le voyage de Taizé à Le-Puy-en-Velay.
Pas comme sur la page du blog, avec les articles les plus récents en haut, mais de l’ancien au nouveau, afin de faciliter la lecture dans l’ordre. Vous pouvez aussi facilement relire les pèlerinages des années précédentes.

préparation

7 juin

1 aout

Compte à rebours pour le pèlerinage 2021

Nouveau dossier de chaise.

Voyage aller (voiture)

jour de voyage 1

jour de voyage 2

jour de voyage 3

pèlerinage
Jour 1

Jour 2

Jour 3

Jour 4

Jour 5

Jour 6

Jour 7

Jour 8

Jour 9

Jour 10

Jour 11

Jour 12

Jour 13

Jour 14

Jour 15

Jour 16

Jour 17

Journée Le Puy

Dans Le Journal

Voyage de retour (voiture)
Taize

2ème partie du voyage de retour

3ème partie du voyage de retour

Conclusion finale et statistiques

Planification et emballage

le 7 juin 2021 par wheelchair pilgrim.

Deux mois se sont écoulés depuis mon dernier article sur mon interview dans le magazine Eva, il est donc temps d’ouvrir un nouveau blog.

Lentement mais sûrement, j’ai commencé à planifier quelque chose de plus. J’espère partir à la fin du mois d’août si les règles de la Corona le permettent. Mais pour l’instant, tout semble s’arranger, alors j’essaie de garder l’espoir.

En ce qui concerne l’itinéraire, j’ai encore des doutes quant à deux itinéraires possibles. Je peux suivre la route officielle, un Jacobsweg via Cluny depuis l’Allemagne. Ou je peux prendre un itinéraire autoguidé via Lyon où je roulerai le long de la Saône pour la première partie. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients, comme des collines escarpées et/ou des distances plus longues entre les campings. Jusqu’à l’année dernière, je préférais choisir un itinéraire avec suffisamment d’endroits pour dormir, mais entre-temps, j’ai appris que, précisément dans les endroits les plus difficiles, je trouve un endroit magnifique et souvent original pour dormir, où je fais des rencontres très spéciales. Je remarque également de plus en plus que ce sont ces rencontres qui rendent ce voyage si spécial. Il en va de même pour la qualité de la route. Je ne me souviens pas des parties faciles, ou je me souviens qu’elles étaient ennuyeuses, alors que les kilomètres difficiles sur des routes non goudronnées ou là où je pouvais à peine monter avec mon fauteuil roulant sont restés dans ma mémoire. Le fait de franchir une telle montagne m’a donné un sentiment de victoire, et j’ai pu profiter énormément de la vue.

Pour l’instant, je planifie partiellement les deux options d’itinéraire. Je déciderai probablement juste avant le départ de la direction que je prendrai. Vous en saurez plus à ce sujet dans l’un des prochains blogs des mois à venir.

Bientôt, je veux aussi jeter un coup d’œil à mes bagages. L’année dernière, j’ai pris trop de choses avec moi et elles sont restées inutilisées. En même temps, je dois aussi vérifier s’il y a des choses que j’ai manquées l’année dernière et que je dois maintenant emporter avec moi (ces dernières seront minimes, j’ai manqué très peu de choses). Je préférerais voyager avec un minimum de bagages, mais à cause de mon fauteuil roulant, je dois toujours en emporter plus que les pèlerins à pied. Heureusement, je n’ai pas à soulever les bagages moi-même, ce qui est une bénédiction déguisée.

On me demande régulièrement où je laisse mes bagages sur mon fauteuil roulant. Ci-dessous une photo et la description de mon matériel

mijn rolstoel met daarbij nummers die aangeven waar ik welke bagage heb hangen

1. Sac à dos, dans lequel j’ai mon matelas pneumatique, mon sac de couchage, mes vêtements et une batterie de rechange.
2. Sur mon guidon, j’ai plusieurs choses : un compteur de vélo, un sac dans lequel j’ai une batterie et, très important, une sonnette.
3. C’est mon panneau solaire, 30w, avec lequel je charge mes powerbanks et mon téléphone.
4. Sac dans lequel je garde mon panier repas (souvent reçu) ou mes courses, ici il est très rempli car je venais de faire des courses et je savais que je ne trouverais pas de supermarché le lendemain mais souvent il n’y a pas beaucoup plus qu’un morceau de baguette et du fromage.
5. Grand sac étanche, il contient ma tente, le marteau et le chargeur de mon fauteuil roulant.
6. Mon sac à main et le porte-cartes transparent. Ils sont sur le sol ici mais sur la route c’est sur mes genoux. Beaucoup de gens appellent mon sac à main un coffre ! J’aime les grands sacs qui sont confortables et stables sur mes genoux et dans lesquels rentre tout ce que je dois avoir à portée de main sur la route. Un sac pour marcher qui est étroit et haut ne fonctionne pas bien quand on est en fauteuil roulant et qu’on a un sac sur les genoux, alors un sac doit être large et bas, difficile à trouver. Dans mon sac à main se trouvent bien sûr mon portefeuille et mon passeport, mais aussi des médicaments pour la route, une petite trousse de secours, des gants de rechange et, très important, mon passeport de pèlerin (crédential). J’en suis maintenant à mon troisième et j’en ai toujours un vide avec moi au cas où celui que j’utilise maintenant serait plein.
La couverture des cartes est idéale. Il est en plastique transparent et possède une ficelle que je peux accrocher à mon cou ou attacher à mon sac. J’utilise toujours des cartes séparées qui proviennent en fait d’un livre de cartes Michelin. Cela me permet d’obtenir des cartes joliment détaillées, mais j’ai parfois besoin de 6 cartes ou plus pour deux semaines de roulement. Dans cette couverture transparente, je peux ranger toutes les cartes, puis mettre celle dont j’ai besoin à l’avant et la plier pour être prête le jour même et ouvoir suivre l’itinéraire. Je mets aussi souvent mon téléphone portable dedans lorsque j’ai des endroits où la carte est insuffisante pour naviguer, j’utilise alors google maps et grâce à cette housse tout reste bien rangé sur mes genoux.
7. Sous le siège de mon fauteuil roulant, j’ai un sac contenant deux batteries de rechange et mes autres câbles d’alimentation.
8. Gourde en métal, utilisée le jour pour boire et la nuit souvent comme bouillotte.
9. Trousse à outils sur le châssis de mon fauteuil roulant. Elle contient tout ce qu’il faut pour résoudre les problèmes sur la route, ruban adhésif, bandes de fixation, clés Allen, vis, pinces, kit de réparation de pneus, pneu de rechange, tournevis et plus encore.

Je suis donc assez chargé, mais heureusement, j’arrive encore à tout faire tenir sur mon fauteuil roulant. Malgré le fait que je sois si chargé, je ne peux pas réduire beaucoup mes bagages, surtout lorsqu’il s’agit d’affaires liées au fauteuil roulant (comme les outils, les batteries, les chargeurs et les câbles) et d’affaires de camping (tente, lit gonflable, sac de couchage), surtout que ces affaires sont lourdes et/ou grandes.
Si vous voulez en savoir plus sur mes bagages, n’hésitez pas à me demander. Vous trouverez également sur ma liste de colisage sur le site web beaucoup d’informations sur ce que j’emporte.
Merci de lire le blog, sur la page d’accueil vous pouvez vous inscrire à ma newsletter, ensuite je vous tiendrai informé quand un nouveau blog sera publié.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Compte à rebours pour le Pèlerinage 2021

augustus 1, 2021 door rolstoelpelgrim

A partir de quel endroit dois-je commencer le pèlerinage 2021 ??

Malheureusement, j’ai dû décider de repartir avec ma propre voiture cette année. A cause de Corona, je n’ose plus voyager avec flixbus comme avant. Par conséquent, je me rendrai en voiture à Taize (où j’ai terminé l’année dernière) et je roulerai à partir de là. Après être arrivé à Le-Puy-en-Velay, je peux retourner à mon point de départ en bus et en train. Mais d’abord, je dois me préparer pour le départ.

Ce que vous laissez à la maison est un beau bonus

Dans les semaines à venir, je vais lentement commencer à rassembler et à emballer mes affaires.
Lorsque vous voyagez avec un fauteuil roulant, il y a toujours des choses supplémentaires auxquelles il faut faire attention. Cette semaine, l’entreprise de fauteuils roulants vient remplacer mes pneus, je vais donc partir avec des pneus neufs. J’emporte toujours une chambre à air supplémentaire avec moi, de sorte qu’en cas d’urgence, je peux toujours demander à quelqu’un de changer mon pneu. Je n’ai pas la force de le faire moi-même, mais il y a (j’espère) toujours des personnes utiles à trouver.
J’essaie toujours de voyager avec le moins de bagages possible. “Ce que vous laissez à la maison est une bonne chose !” C’est un dicton que j’entends souvent chez les pèlerins. Malheureusement, je ne suis pas en mesure de voyager ultra-léger, car je suis toujours coincé avec une énorme charge d’affaires qu’un marcheur en bonne santé n’a pas. Par exemple, je viens de choisir mes médicaments pour quelques semaines de pèlerinage. Au début du voyage, cela occupe environ 1/3 de mon sac à dos. Heureusement, en chemin, cela se fait de moins en moins et j’ai donc plus d’espace.
Et puis il y a les batteries de mon fauteuil roulant, je pense que j’ai environ 10 kilos de batteries et d’autres matériels de fauteuil roulant (trousse à outils, pneu de rechange, pompe à vélo, etc.) Je suis content de ne pas avoir à porter tout cela sur mon dos !

Vêtements d’un pèlerin en fauteuil roulant
De même, en ce qui concerne les vêtements de voyage, c’est différent en tant que rouleau qu’en tant que marcheur. Je fais toujours attention à ce que les manches soient bien serrées. Sinon, les manches sont toujours en contact avec ma roue et elles se salissent très vite.
J’aime que mes pantalons, surtout lorsque je fais du vélo pendant une longue période, ne soient pas trop serrés à la taille et hauts dans le dos. beaucoup de pantalons, surtout les jeans, me donnent mal au ventre après une longue journée de vélo parce qu’ils sont trop durs et rigides. je porte souvent des pantalons de jogging lorsque je suis sur la route. ils sont confortables et faciles à laver et à sécher.
Sur de nombreux forums ou pages Facebook avec des pèlerins, on lit qu’il faut de bonnes chaussures, ce qui n’est bien sûr pas important pour moi, mais les gants sont plus importants. J’ai des gants en cuir sans doigts mais avec un pouce. Ils sont difficiles à trouver mais grâce à ma sœur, j’ai réussi à en trouver une nouvelle paire. Je prends toujours 3 paires avec moi afin de pouvoir toujours porter une paire propre ou entière. Chaque voyage use environ une paire de gants en cuir.
pelgrimage 2021, handschoen zwart leer 1

Maintenant, je dois tout rassembler et je pourrai bientôt partir. Je vais écrire un blog juste avant mon départ.
J’ai vraiment hâte de reprendre la route !

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


partir plus tôt

augustus 15, 2021 door rolstoelpelgrim

Nous sommes maintenant à quelques jours du départ.
J’avais prévu de partir le samedi 20 mais, en raison des circonstances, je peux maintenant partir quelques jours plus tôt, à savoir le mardi 17. Mon sac est déjà largement rempli.

Normalement, j’attends avec impatience mon pèlerinage, mais dernièrement, je me suis sentie un peu double. Outre le fait que j’attendais avec impatience le pèlerinage, j’étais également impatient en raison d’énormes problèmes de dos et de radiations dans ma jambe. À cause de cela, je pouvais à peine m’asseoir dans mon fauteuil roulant, malgré de nombreux analgésiques. A la maison, j’ai passé la plupart de ma journée allongée avec de courtes promenades pour faire quelque chose pour changer. Je ne m’assieds que lorsque je conduis une voiture ou que je vais quelque part en fauteuil roulant. Normalement, je m’en sors bien, mais dernièrement, même ces courts moments d’assise n’ont pas bien fonctionné. J’avais déjà suivi des séances de physiothérapie et pris d’autres médicaments, qui ont heureusement réduit la douleur nerveuse, mais rester assis dans mon fauteuil roulant restait un problème.

Après quelques recherches, conseils et expériences que j’ai lus sur la page face book de l’association des patients, j’ai trouvé un dossier qui semblait adapté à mon problème. La demande devait être faite par la municipalité, l’OMM, et cela n’a pas progressé. Le fournisseur du fauteuil roulant était déjà venu plusieurs fois pour ajuster les sangles de mon ancien dossier, mais cela n’a guère amélioré la situation. Je devais juste prendre quelque chose de nouveau. J’ai dit au fournisseur du fauteuil roulant que le dossier Tarta me semblait une bonne idée, mais il n’était pas très enthousiaste (probablement à cause du prix). Il pensait pouvoir résoudre le problème lui-même avec des morceaux de mousse détachés entre les dossiers. Et c’est ce qui s’est passé.

Malheureusement, cela n’a pas aidé. J’ai fini par contacter Summit Rehabilitation Technique, la société qui a fabriqué le dossier Tarta. Ils ont immédiatement proposé de venir me rendre visite. Deux jours plus tard, ils étaient déjà sur le pas de ma porte avec un dossier Tarta à essayer. Il s’agit d’un système entièrement réglable. Ils l’ont fabriqué sur mesure et j’ai pu ensuite essayer le dossier. C’était tellement agréable d’avoir enfin un soutien latéral sans que cela ne m’empêche de rouler. Après l’essayage, j’ai téléphoné à nouveau au fournisseur de mon fauteuil roulant et j’ai dit que j’avais vraiment besoin d’un autre dossier parce que je pouvais à peine m’asseoir. Il en discutait et je devais juste attendre et voir.

C’était il y a deux semaines et je commençais à m’inquiéter pour mon pèlerinage. Rester assis dans mon fauteuil roulant pendant plus d’une heure n’était pas faisable, en fait, 10 minutes n’étaient pas du tout agréables. Mais 2 jours plus tard, j’ai soudainement reçu un appel téléphonique de Summit. Ils avaient reçu un message du fournisseur du fauteuil roulant indiquant qu’ils pouvaient livrer le dossier Tarta ! J’étais très content mais il y avait encore un problème, à savoir le délai de livraison… Le dossier était en stock mais leur agenda était complet jusqu’à la fin septembre. Ils n’ont pas pu venir plus tôt. Heureusement, j’ai eu la lucidité de leur demander quand je pourrais leur rendre visite. Et cette question a résolu le problème ! Je pourrais y aller mardi dernier. L’inconvénient était qu’il se trouvait à Deventer (deux heures de route pour moi), mais cela signifie que je peux maintenant faire un pèlerinage avec un bon dos. Je vais bientôt publier un article sur le dossier, mais je veux d’abord le tester correctement.

Deventer

Et donc j’ai conduit jusqu’à Deventer mardi dernier. Premier au sommet pour le dossier. L’homme qui m’a aidé a pris tout le temps nécessaire pour que le dossier s’adapte parfaitement. J’ai un dos plutôt creux et j’aimerais un dossier bas qui offre un soutien, non seulement au niveau du dos mais aussi sur les côtés de mon bassin et de mon bas de dos instables. Mais après une heure et demie, tout était prêt et j’ai pu visiter Deventer.
Deventer était une belle ville, je n’y étais jamais allé (consciemment).
J’ai visité la Broederkerk, cette église a été construite vers 1335 et a abrité diverses églises au fil des ans, aujourd’hui encore une église RK.

J’ai également visité l’église Lebuinius, datant de 1450, qui était également une très belle église avec de magnifiques vitraux des évangélistes. Il y avait aussi de belles peintures murales anciennes.

Outre ces magnifiques bâtiments anciens, j’ai également trouvé l’hôtel de ville moderne de Deventer très frappant.

J’ai également acheté un délicieux Deventerkoek de J. Bussink qui prépare ces biscuits au pain d’épice depuis 1593. délicieux !

Après une courte visite de la ville, j’ai dû rentrer à la maison. Le roulement s’est beaucoup mieux passé avec mon nouveau support dorsal et j’ai eu beaucoup moins de douleurs. Cela donne de l’espoir pour mon pèlerinage.
Après presque deux heures de route et quelques arrêts où je me suis allongé sur un tissu sur le parking, j’étais de retour à la maison avec mon nouveau fauteuil.

J’ai donc passé une journée très agréable mais fatigante.

Ces derniers jours, j’ai testé mon dossier à plusieurs reprises et il roule tellement mieux, j’ai beaucoup moins mal.
Je vois maintenant beaucoup moins de problème à m’asseoir en roulant et j’ai hâte de repartir en voyage.

Aujourd’hui et demain, je vais emballer les dernières choses et mardi, je repartirai. D’abord quelques jours en voiture, puis le vrai pèlerinage commence.
Le blog quotidien sera à nouveau disponible à partir de mardi.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Premier jour de voyage

le 17 août 2021 par wheelchair pilgrim

Aujourd’hui, c’est vraiment mon premier jour de voyage.

Hier soir, j’avais déjà mis la plupart de mes affaires dans la voiture et ce matin, il ne me restait plus qu’à emballer les dernières choses comme mon chargeur, mon sac à main et la nourriture pour la route. J’ai donc pu partir vers 7h30 du matin.

Normalement, je règle la navigation sur ma destination finale, mais j’avais d’autres rendez-vous.

Mon premier rendez-vous était à Helmond. Je pense avoir déjà écrit sur mon travail bénévole au musée en plein air d’Archeon, où j’ai travaillé comme cordonnier médiéval avant de devenir corona (et bientôt, je l’espère). Cette fois, je n’avais pas fabriqué des chaussures médiévales mais une paire de sandales en cuir qui seront utilisées dans la comédie musicale Ruth de Kisi. Ce groupe se trouve à Helmond et cette semaine, ils travaillent dur sur la comédie musicale.

Lorsque je suis arrivé, il y avait beaucoup d’entraînement, mais heureusement, la personne à qui les chaussures sont destinées a pu les essayer. Joli ! Après l’essayage, je suis restée pour assister à la répétition, puis je me suis rendue au rendez-vous suivant. Cette fois, chez un ami que j’essaie toujours de visiter lorsque je suis dans le Limbourg. En raison de notre état de santé et de la grande distance entre nos deux maisons, nous ne nous voyons pas très souvent, mais c’est toujours agréable. J’allais rester une heure mais c’est vite devenu 2 mais ensuite je devais vraiment conduire vers la France.

Malheureusement, plus j’allais vers le sud, plus le temps se dégradait. En Belgique, j’ai traversé la magnifique région des Ardennes, mais à cause du temps humide, il ne faisait pas bon s’arrêter longtemps et prendre des photos n’était pas vraiment possible non plus. Je n’ai donc fait des arrêts nécessaires que parce que mon dos douloureux les rendait nécessaires.
En France, le temps s’est heureusement un peu éclairci, mais il n’était pas vraiment sec. Heureusement, il faisait presque sec lorsque j’ai dû monter ma tente, car monter une tente sous une averse est terrible, heureusement il n’y avait que quelques gouttes.
Comme l’année dernière, j’ai séjourné au camping de Revin, le long de la Meuse. Un endroit sympa près du bâtiment des toilettes pour que je puisse parcourir cette distance à pied. Je viens de me brosser les dents et maintenant je suis de retour dans la tente, la pluie tape sur la toile mais heureusement je suis au chaud et au sec à l’intérieur et je vais bientôt dormir.

A demain !

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Deuxième jour de voyage

augustus 18, 2021 door rolstoelpelgrim

La nuit dernière, il y avait beaucoup de bruit provenant d’autres clients du camping qui rentraient après minuit d’une soirée ou autre et parlaient fort avec leurs moteurs en marche. Heureusement, le calme est finalement revenu et j’ai bien dormi. Malheureusement, la pluie a continué toute la nuit. Vers 7 heures, je me suis réveillé. J’ai remarqué que j’étais souvent assise hier, mon corps n’était pas tout à fait comme je l’aurais voulu, mais il a fini par se mettre en route. La meilleure façon de me faire quitter ce beau sac de couchage chaud est de dégonfler mon matelas pneumatique. Quand j’ai quitté le bon lit chaud, j’ai tout remballé et je suis parti avec ma tente humide.

Je l’ai accroché au-dessus de ma botte ouverte et j’ai tenu l’autre extrémité pour laisser passer le vent. Malheureusement, il n’était pas complètement sec quand il s’est remis à pleuvoir. Je l’ai ensuite mis à l’arrière de ma voiture, grand ouvert pour qu’il puisse sécher dans la voiture, ce qui provoquait parfois des vitres embuées, mais avec une ventilation supplémentaire, c’était réglé.

En chemin, je suis tombé sur plusieurs monuments aux morts et cimetières, la plupart datant de la première guerre mondiale. Je me suis arrêté au plus grand cimetière. J’ai trouvé spécial que ce ne soit pas un mais deux cimetières, l’un avec des soldats français et l’autre avec des soldats allemands, et cela l’un à côté de l’autre. Impressionnant, plus de 30 000 croix. Mais il n’y avait pas que les croix. J’ai remarqué qu’il y avait aussi des tombes avec un modèle différent. Il s’agissait de musulmans, il est souvent dit qu’ils venaient des colonies (Maroc), la plupart s’appelaient Mohammed et Ali. Je n’avais jamais pensé au fait qu’ils ont également combattu pendant la guerre et qu’ils n’ont bien sûr pas de croix sur leur tombe.

Après le cimetière, nous avons continué à rouler. Aujourd’hui, il y a beaucoup de variété dans l’environnement. Des forêts, des villages et des villes. des champs de tournesols, des champs qui étaient autrefois plantés de céréales mais qui ne contiennent plus que de jolies bottes de paille rondes, de la luzerne et celui que je n’avais jamais vu auparavant, des champs de chanvre. probablement pour les cordes, les graines, etc.

Cet après-midi, j’ai aussi acheté un livret d’itinéraire pour la route de Cluny à Le-Puy-en-Velay. Je n’utilise pas les itinéraires exacts, mais c’est très agréable d’avoir un livret avec des noms de lieux et des adresses d’hébergement à suivre.

Maintenant, je suis de retour au camping. Je suis à nouveau allongé dans ma tente et j’entends quelques gouttes de temps à autre, mais je suis heureux d’avoir pu la monter au sec.

Salutations

Pèlerin en fauteuil roulant


Troisième jour de voyage

augustus 19, 2021 door rolstoelpelgrim

Ce matin, je me suis réveillé un peu avant 7 heures avec le son d’un pivert assis dans l’arbre en face de ma tente, joli réveil !
Après l’avoir photographié, j’ai remballé la tente et quitté le camping.

.

Ce matin, je me suis réveillé un peu avant 7 heures avec le son d’un pivert assis dans l’arbre en face de ma tente, joli réveil !
Après l’avoir photographié, j’ai remballé la tente et quitté le camping.


D’ailleurs, il y avait pas mal de monde à l’Hôtel Dieu, il y avait même la queue devant la porte car bien sûr, seul un certain nombre de personnes peuvent entrer. Un fauteuil roulant a souvent des inconvénients, mais pas dans des moments comme celui-ci. On m’a immédiatement conduit à une autre belle grande porte et je n’ai pas eu à payer le droit d’entrée. C’est toujours agréable d’avoir un tel avantage !

Après cette visite, je me suis rendu à Taizé. Ici, on m’a donné une baraque et demain j’écrirai davantage à ce sujet. Ensuite, mon véritable pèlerinage commence !

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 1, Pèlerin sur la bonne voie

le 20 août 2021 par wheelchair pilgrim

Je me suis levé tôt ce matin, je voulais que tout soit emballé et chargé sur mon fauteuil roulant avant que la prière du matin de Taizé ne commence. Sac de couchage, lit gonflable, vêtements, médicaments et autres affaires sont retournés dans mon sac à dos. J’ai un peu modifié mon équilibre en déplaçant une batterie de mon sac inférieur (sous mon siège) vers le sac avant. Et donc j’ai fait quelques petits changements supplémentaires sur mon sac. Quand tout a été rechargé, je suis allé à ma voiture où j’ai laissé tout ce dont je n’aurais pas besoin sur la route (par exemple un drap-housse qui sera nécessaire à Taizé, mais pas pour la route). Les cloches avaient déjà commencé à sonner et il était temps de tout emballer et de verrouiller la porte de la voiture. Puis direction l’église pour la prière. Il est toujours difficile de chanter une langue étrangère pour la première fois (à Taize, les chants sont chantés dans de nombreuses langues), mais c’est aussi amusant quand on réussit (surtout les langues d’Europe de l’Est que je trouve souvent difficiles, trop de voyelles à la suite et beaucoup de sons s, z, sz, zs, czh). Mais après avoir visité Taizé pendant 9 ans, je parle (chante) beaucoup de langues !

Après la prière du matin, c’était l’heure de mon repas préféré à Taizé. Petit-déjeuner avec du thé Taizé sucré, du pain et des barres de chocolat !

Au petit-déjeuner, j’ai parlé à quelques autres personnes. Une femme flamande que j’ai rencontrée dans mes deux premières années à Taizé, c’était agréable de la retrouver, même si c’était court. Il m’a indiqué un membre de son groupe, une femme à qui j’avais également parlé hier.
Elle travaillait comme clown. Comme je fais de la magie et que j’étais aussi un clown, cela a donné lieu à une conversation très agréable.
Mais après toutes ces discussions, il était temps de partir, et j’ai donc quitté Taizé, laissant le clocher derrière moi.

Aujourd’hui, j’ai emprunté le même itinéraire que l’année dernière, mais dans l’autre sens.
J’ai roulé sur une piste cyclable magnifiquement construite, une voie verte.

Il s’agit de pistes cyclables qui ont été et sont encore construites sur des lieux où circulaient autrefois des chemins de fer. Parfois, il y a même des gares avec des quais.
La route elle-même était assez ennuyeuse et droite, mais les animaux dans les accotements joliment recouverts de fleurs constituaient un bel objet photographique.

En chemin, je suis aussi tombé sur un panneau avec quelque chose d’écrit dessus. Normalement, je n’aime pas le désordre sur les panneaux de signalisation, mais celui-ci m’a plu ! Un salut de pèlerin.

Maintenant, je suis au camping de Cluny. Ce n’était qu’une courte distance d’environ 11 km et j’avais en fait l’intention d’aller dans un autre camping. Je peux encore entendre les trains lorsqu’ils passent devant le camping.

Je continuerai demain.

Si vous ne l’avez pas encore fait, inscrivez-vous à la newsletter et vous serez informé dès que je publierai un nouveau blog.

Salutations,

Logo, gestileerd plaatje van vrolijke rolstoelster (ik) met kruis en schelp in de handPèlerin en fauteuil roulant


Tweede reisdag

le 21 août 2021 par wheelchair pilgrim

Le blog d’aujourd’hui est beaucoup plus court que celui auquel vous êtes habitués, mais je voulais vous donner un signe de vie. J’ai quitté Cluny ce matin et j’ai eu un voyage difficile dans la montagne. Ma tente est montée et le fauteuil roulant est en train d’être chargé mais j’écrirai la suite de l’histoire demain, j’ai d’abord besoin d’une bonne nuit de sommeil.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 2 (partie 2). Une montée difficile.

le 22 août 2021 par wheelchair pilgrim

Je n’ai pas écrit de blog hier, j’étais tellement fatiguée en arrivant que je n’ai eu le courage d’écrire un court message que lorsque ma tente a été montée, puis de m’endormir. Le blog d’aujourd’hui suivra également, mais je ne sais pas si ce sera ce soir ou demain.

J’ai quitté Cluny hier matin, cette fois je ne suis pas allé en ville car je savais que j’avais une longue journée devant moi, mais combien de temps, je ne le savais pas à ce moment-là.
Sur la carte, j’avais déjà vu que je roulerais en montée toute la journée, parfois faux plat et parfois très raide
En chemin, je trouvais régulièrement des mûres mûres, toujours délicieuses.
Je suis aussi passé devant un château, je ne suis pas entré mais j’ai eu une conversation sympa avec la personne qui vendait des tickets à l’extérieur. À la fin, elle m’a donné une carte du château en souvenir.

J’ai dû changer mon premier jeu de piles en cours de route, mais heureusement, j’avais encore des piles supplémentaires avec moi. Environ 5 km avant d’arriver, j’ai dû prendre une route qui me semblait très difficile, une sorte de chemin de tracteur, mais selon Google, c’était une piste cyclable.

la seule déviation était de 5km et comme ce chemin ne faisait que 800m et qu’il descendait aussi, j’ai tenté ma chance. cela s’est plutôt bien passé, jusqu’à ce qu’après 500m je me retrouve dans un champ de blé fraîchement fauché. le fermier et sa femme étaient encore en train de charger les bottes de paille. ils sont venus vers moi et m’ont fait comprendre très clairement que je devais revenir en arrière. c’est ce que j’ai fait, même si je pouvais à peine me lever sur ce chemin envahi par la végétation. C’était déjà la fin de la journée et il y avait maintenant 5 kilomètres supplémentaires. Mais j’ai commencé à rouler. Heureusement, ces 5 kilomètres supplémentaires se sont avérés être en descente, au lieu d’une descente raide en 800 mètres, c’était maintenant une descente lente sur 5 kilomètres.

Quelques kilomètres avant le camping, j’ai dû grimper une montagne pour arriver au village où se trouvait le camping, une pente très raide commençait, environ 200 mètres de montée sur 2 kilomètres. Presque au sommet (je ne me rappelle pas combien de temps cela m’a pris mais je pense que cela m’a pris plus d’une heure et demie) mes roues ont commencé à crisser, en temps normal cela signifie qu’il me reste encore un kilomètre, mais dans ces circonstances c’était sur quelques dizaines de mètres, juste avant le panneau mes batteries se sont arrêtées complètement, complètement vidées. Ils m’ont aidé à atteindre le camping, je ne pense pas que j’y serais arrivé autrement. Donc en fait Santiago, seulement pas la Compostelle mais Saint-Jaques-des-Arrets qui signifie quelque chose comme un arrêt sur le chemin de Santiago.

Ici, j’étais sur un très joli petit camping, de la place pour 6 tentes. il y en avait une autre, d’un cycliste que j’avais vu à Cluny, j’ai discuté avec lui pendant un moment. il est aussi sur le chemin de Santiago en vélo.

Il y avait un petit bâtiment de toilettes. Mais il y avait des toilettes pour handicapés où je pouvais charger mon fauteuil roulant.
Comme j’avais vidé 2 jeux de piles, j’ai pu recharger le premier et changer le second jeu vers 2 heures du matin. Avant et après cela, j’ai très bien dormi.

.

Ce qui s’est passé le lendemain, vous le lirez dans le blog d’aujourd’hui (à venir aujourd’hui ou demain) ainsi que les photos que je posterai lorsque j’aurai le wifi.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

3ème jour de voyage, montée vers un endroit bestial

le 23 août 2021 par wheelchair pilgrim

J’ai passé une bonne nuit de sommeil au camping et j’ai voulu visiter l’église. Il se trouve que cette église, comme beaucoup d’églises françaises, a une porte d’entrée avec de beaux escaliers, elle est jolie mais n’est pas très accessible. Je voulais donc visiter l’église à pied (je marche juste assez pour pouvoir le faire) mais cela s’est avéré inutile. Juste quand je suis arrivé à l’église, une dame qui portait une bouteille d’eau se rendait à l’église, elle m’a ouvert la porte arrière pour que je puisse entrer dans l’église. C’était une belle église avec des peintures de Jean Fusaro. Je ne connais pas ce peintre mais il semble être très célèbre.

Après l’arrêt à l’église, je me suis souvenu que j’avais oublié de remplir une bouteille et je suis retourné au camping, j’ai rempli la bouteille au bloc sanitaire et je suis parti.

J’ai roulé en montée la plupart du temps mais contrairement à hier en fin de journée, c’était une montée très douce qui était tout à fait gérable.

J’ai vu une belle église au loin, je l’ai dépassée plus tard et j’ai lu qu’elle avait été construite dans le style de Cluny, souvent par (ordre de) les frères de cette communauté.

Au village près de cette église, St. Mamert, un vannier travaillait, il enseignait à 2 élèves. Je lui ai parlé (il parlait anglais) et il m’a parlé de son activité et de la route que je devais encore prendre. Il m’a dit que j’avais encore une montée à faire mais que dans 1 ou 2 jours ce serait moins raide, ce qui est bien!

Puis j’ai roulé jusqu’à la Route du col de Crie, qui mène au col dont la route porte le nom.

Il faisait un temps très gris et environ 22 degrés, après la journée d’hier de plus de 30 degrés, j’ai aimé cela.
Pendant la montée, j’ai fait une belle pause et je me suis allongé dans l’herbe avec une belle vue sur la vallée, mais quand j’ai vu quelques gouttes, j’ai décidé de continuer. ça restait quelques gouttes au début, mais ensuite c’est devenu plus.

Heureusement, il n’a pas plu très longtemps. Et pendant ce temps, j’ai roulé lentement en montant un peu plus la pente, mais elle a vite redescendu un peu plus.

Il y avait une sorte de centre de visiteurs avec une aire de jeux. un point de départ pour les randonneurs.
Comme mes batteries n’atteindraient pas le camping dans 15km, j’ai décidé de demander un endroit pour dormir, j’ai demandé un camping mais elle connaissait quelqu’un qui accueillait les pèlerins. Par coïncidence, je viens de recevoir un appel téléphonique de la personne chez qui j’ai séjourné à Paray le Monial, elle m’a demandé où j’étais et si elle pouvait passer.

J’ai été récupéré vers 18h00 par un gentil homme parlant anglais et sa fille. Heureusement, il avait une assez grande voiture et avec un peu d’effort, mon fauteuil roulant pouvait y entrer. J’ai donc refait une partie de ma route, j’avais presque roulé devant sa maison.

Nous avons d’abord visité la maison de la mère de la fille où nous avons pris un délicieux repas. En tant qu’amoureuse des animaux, j’ai pu me faire plaisir, 2 chiens et 12 chats qui étaient tous très câlins ! très sympa ! Après le dîner, nous sommes allés dans la maison où je dormirais. Il y avait aussi de très beaux chats, et il a aussi une vingtaine de moutons et un certain nombre de vaches dont il fait un délicieux fromage avec le lait, que j’ai aussi pu goûter au dîner.

J’ai trouvé un bon lit et j’y ai écrit le blog d’hier, puis je me suis endormi rapidement. Au milieu de la nuit, j’ai dû procéder à un nouveau changement de batterie car j’avais encore roulé sur plus d’un jeu. Mais c’était une bonne journée de voyage.
Je suis maintenant au centre des visiteurs où l’on est venu me chercher hier, il y a internet et je peux donc poster des photos d’hier et d’avant-hier, puis je continuerai mon voyage.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 4 : Beaux paysages avec de nombreuses fleurs

le 23 août 2021 par wheelchair pilgrim

Ce matin, mon réveil a sonné très tôt, à 6 heures. À 7 heures, il fallait tout emballer pour le petit-déjeuner et à 7h30, nous sommes partis. J’ai eu un vrai petit-déjeuner français. Du pain, de la confiture et un grand bol de thé. Les Français ne boivent pas le thé dans une petite tasse ou un mug mais dans un grand bol où les Néerlandais mangent la soupe. À la maison, j’ai toujours des verres (à thé) d’une capacité d’un demi-litre et si je prends une petite tasse à thé quelque part (comme chez ma grand-mère), j’ai l’impression de n’avoir bu qu’une seule gorgée. Mais comme on l’a dit, j’ai pris le petit-déjeuner et on est partis. Laissant le beau mouton avec un double jeu de cornes (2 de chaque côté) derrière la clôture.

On m’a déposé là où on m’a récupéré hier. Je suis resté au centre des visiteurs pendant un moment parce qu’il y avait du wifi gratuit. Maintenant, je peux télécharger les photos des deux blogs précédents et publier le blog d’hier.

Après cela, j’ai commencé à rouler. Jusqu’à la moitié du parcours, j’étais dans le doute quant au camping où aller, mais j’ai finalement décidé d’aller en direction de Propièrs.
la première partie du parcours était en montée, heureusement comme hier, pas trop raide mais sur des kilomètres.

en chemin, j’ai pris beaucoup de photos de fleurs, notamment de petites fleurs sur le bord de la route. j’aime beaucoup cela. j’ai également pu photographier un magnifique grand oiseau de proie (qui sait lequel ?) et plusieurs papillons.

la deuxième partie du parcours descendait, ce qui était très agréable, même si cela ne signifiait pas que je devais uniquement me laisser rouler, car mon fauteuil roulant s’arrête de lui-même lorsqu’il dépasse les 10 km par heure, normalement, je bénéficie également d’un soutien lors du freinage, mais lorsque cela échoue, je n’ai pas assez de puissance pour me freiner moi-même et la seule option est de me tenir en travers de la route.

je roulais ici à une altitude de 600 à 700 mètres, ce qui signifie que j’ai toujours de très belles vues.



A Propièrs, je suis d’abord allé au magasin pour acheter de la nourriture. Les prunes que j’ai achetées étaient délicieuses ! Au supermarché, on m’a également demandé si je voulais un tampon pour mon passeport de pèlerin. J’étais déjà déçu que la mairie soit fermée, mais maintenant j’avais un timbre après tout, et un très beau timbre en plus. J’ai collectionné pas mal de timbres pendant ce voyage.

Puis je suis allé à l’église, malheureusement je n’ai pas pu entrer. Heureusement, j’avais déjà vérifié si je devais remonter ce matin, mais ce n’est heureusement pas le cas, et je quitte donc le camping par un autre chemin.

Je suis maintenant au camping. aucun patron de camping ou autre invité de camping à voir. heureusement, le bâtiment des toilettes est ouvert et qui sait, peut-être que quelqu’un passera par là ce soir, ce qui est souvent le cas avec les municipalités de camping.

ce soir, je vais me reposer et me coucher tôt. je m’attends à avoir un autre long trajet demain, mais si google maps montre le pèlerin en fauteuil roulant (ce n’est pas toujours le cas, mais la plupart du temps), ce ne seront pas des pentes très raides.

Pendant que j’écris ceci, un rouge-gorge n’arrête pas de venir vers moi, si mignon. Vraiment à 50cm de distance sur le dessus de mes chaussures.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


5e jour de voyage, montée, descente!

le 24 août 2021 par wheelchair pilgrim

La nuit dernière, j’ai encore bien dormi. Toute la nuit j’étais seul avec ma tente sur le camping, seulement la nuit dernière une dame du camping est passée pour le paiement. J’avais mis mon fauteuil roulant dans le bâtiment des toilettes pour le recharger, il était donc prêt pour une nouvelle journée ce matin. Je n’étais pas prêt ce matin. Il faisait encore très froid ce matin et j’avais du mal à sortir de mon sac de couchage chaud. J’étais aussi content d’avoir un bon sac de couchage pour rester au chaud malgré le froid.
J’avais déjà vu que le voyage d’aujourd’hui commencerait par une pente raide, mais je ne savais pas à quel point. Je savais que c’était le cas, c’était tellement raide qu’il me fallait environ 2 heures pour monter une pente de 1,7 km. A mi-chemin, je me suis arrêté (pour quelques minutes) dans une ferme de fromage et j’ai acheté un petit fromage de chèvre.

Puis vint la deuxième moitié…. énormément lourde et j’ai dû rouler à reculons pour remonter la montagne. Il m’a demandé si je voulais être poussé, ce qui semblait attrayant, mais je voulais essayer moi-même et j’ai remercié le fermier pour son offre.
Heureusement que la pente était au début et non à la fin de ma journée. 3 des 5 barres de ma batterie étaient déjà épuisées, et ce en 1,7 km ! Mais après cette colline, la partie facile de la journée a commencé. À partir de ce moment-là, je n’ai roulé que dans les descentes et sur le plat ou seulement dans les montées pendant un court moment. Ce qui est fou, c’est qu’à la fin, j’avais tellement descendu la pente (avec le fauteuil roulant qui se rechargeait un peu) qu’après avoir parcouru 32 km, il me restait presque la même quantité de batterie que juste après cette pente.

Aujourd’hui, j’ai traversé plusieurs fois les frontières départementales, dans les deux sens, à cause de tous les virages des routes ici.

C’était une très belle promenade. à travers les bois, les champs de maïs et d’autres céréales et beaucoup de vaches. ces dernières ont toujours l’air très curieuses lorsqu’elles me voient passer avec un fauteuil roulant aussi chargé.

J’aime beaucoup voir que dans chaque région (parfois une grande région, mais parfois seulement quelques villages) les maisons sont construites avec un type de pierre différent, toujours une pierre locale et c’est pourquoi dans certaines régions presque toutes les maisons sont construites avec une pierre un peu jaune, dans d’autres régions brune ou grise et ces derniers jours j’ai vu beaucoup de maisons dont les pierres étaient jaunâtres avec du noir.

Je suis maintenant à Charlieu, sur le camping municipal. Je vais serrer la route pour demain et dormir tôt. J’espère repartir demain assez tôt (vers 9h00 au plus tard) car je veux aussi essayer de voir quelque chose de cette ville historique,

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 6, essais et erreurs

le 25 août 2021 par wheelchair pilgrims

Ce matin, mon réveil m’a réveillé mais j’étais vraiment réveillé presque immédiatement. Je suis d’abord allé aux toilettes chercher mon fauteuil roulant que j’avais chargé là hier soir. Puis j’ai commencé à faire mes bagages.
J’ai également cueilli une poignée de délicieuses mûres pour le petit-déjeuner.

Sur le camping, il y avait un grand groupe de motards, pas des motos ordinaires mais de très belles vieilles motos et certaines avec side-car (ma préférée). très agréable de voir toutes ces vieilles motos. j’ai parlé à certains des motards. ils faisaient un tour de France. lentement, le groupe est parti pendant que je faisais encore mes bagages, mais finalement, quand j’ai tout chargé, je suis parti en même temps que leur char.

J’ai roulé jusqu’au centre de Charlieu. Je voulais y voir l’ancienne abbaye. Elle est construite dans le même style que l’abbaye de Cluny. En effet, j’ai acheté des fruits, et comme je suis un pèlerin, je les ai reçus deux fois plus que ce que j’avais demandé. Bien !

J’ai roulé à l’extérieur et j’ai heurté un trottoir avec un léger angle. Mon fauteuil roulant a basculé et, avant de m’en rendre compte, j’étais couché sur la route, avec mon fauteuil roulant et tout le reste… Au moins huit personnes ont accouru vers moi pour m’aider. J’ai rapidement dit que j’allais bien (les passants étaient encore plus choqués que moi) et je me suis extirpé du fauteuil roulant. De même, mon fauteuil roulant (et surtout les “roues émotionnelles” électriques sensibles) n’a pas faibli du tout. Entre-temps, une demi-journée s’est écoulée et le fauteuil roulant se porte toujours bien et je n’ai même pas mal (dans un moment comme celui-ci, dans toute cette agitation, il m’arrive de négliger une petite douleur, mais je m’en sors très bien).

Charlieu est une belle vieille ville. beaucoup de maisons médiévales. beaucoup pourraient être dans un parc musée comme Archeon. très joli. Il y a aussi beaucoup d’art (moderne) dans les rues, dont je posterai quelques photos. Celui-là en particulier était très bien car il représente un pèlerin. Je l’ai beaucoup aimé.

J’ai roulé à l’extérieur et j’ai heurté un trottoir avec un léger angle. Mon fauteuil roulant a basculé et, avant de m’en rendre compte, j’étais couché sur la route, avec mon fauteuil roulant et tout le reste… Au moins huit personnes ont accouru vers moi pour m’aider. J’ai rapidement dit que j’allais bien (les passants étaient encore plus choqués que moi) et je me suis extirpé du fauteuil roulant. De même, mon fauteuil roulant (et surtout les “roues émotionnelles” électriques sensibles) n’a pas faibli du tout. Entre-temps, une demi-journée s’est écoulée et le fauteuil roulant se porte toujours bien et je n’ai même pas mal (dans un moment comme celui-ci, dans toute cette agitation, il m’arrive de négliger une petite douleur, mais je m’en sors très bien).

Charlieu est une belle vieille ville. beaucoup de maisons médiévales. beaucoup pourraient être dans un parc musée comme Archeon. très joli. Il y a aussi beaucoup d’art (moderne) dans les rues, dont je posterai quelques photos. Celui-là en particulier était très bien car il représente un pèlerin. Je l’ai beaucoup aimé.

 

La dernière partie s’est déroulée le long du canal, agréable de voir toutes les écluses. Je n’ai pas vu de bateaux naviguer. Il y avait pas mal de cyclistes, surtout des cyclistes et des familles. Il y avait aussi beaucoup de papillons, de libellules et d’autres insectes qui volaient autour.

À l’adresse convenue, j’ai été chaleureusement accueilli et j’ai pris un délicieux repas. J’ai une belle chambre pour dormir.
Et je vais le faire bientôt parce que je suis très fatigué.

Où je vais demain, je le saurai demain matin.

Salutations,


Logo, gestileerd plaatje van vrolijke rolstoelster (ik) met kruis en schelp in de handPèlerin en fauteuil roulant


Jour 7, Où vais-je dormir ce soir ?

le 26 août 2021 par wheelchair pilgrim

Heureusement que j’avais mis mon réveil, j’étais encore profondément endormi. Tout d’abord, j’ai préparé mes affaires, puis j’ai pris mon petit-déjeuner. Un délicieux pain avec de la confiture maison et un bon gros bol de tisane pour l’accompagner.

La maîtresse de maison était la première à partir chercher ses petits-enfants et quand ils sont arrivés, j’ai gonflé quelques ballons et fait une jolie fleur pour eux. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de pèlerins qui prennent des ballons avec eux !

Après cela, j’ai roulé jusqu’à Roanne. ici, j’ai d’abord cherché l’église. et elle était ouverte aussi. alors j’ai roulé à l’intérieur par la pente et j’ai fait le tour de l’église. il y avait aussi une très belle vieille maison à côté de l’église. ce que j’ai aussi trouvé frappant à Roanne, c’est que j’ai vu de très belles peintures murales à plusieurs endroits. Ce qui m’a également frappé à Roanne, c’est que j’ai vu de très belles peintures murales à différents endroits. sur les murs latéraux des maisons, ils ont peint de très belles façades, ce qui leur donne soudain un très bel aspect. il y a souvent des choses amusantes qui y sont incorporées, comme un chevalier et une demoiselle qui regardent par la fenêtre de la maison.

En chemin, j’ai traversé un paysage d’arbres et de prairies. Beaucoup de vaches et de taureaux dans la prairie, contrairement aux Pays-Bas où l’on ne voit en fait que des femelles avec parfois un veau, ici, des familles entières se promènent souvent ensemble. les taureaux, je les vois aussi ici seuls ou avec un groupe de taureaux dans la prairie. presque toutes les vaches ont leurs cornes. J’ai aussi vu beaucoup de papillons dans les accotements. Aujourd’hui, j’ai roulé principalement sur des routes normales, pas de belles pistes cyclables comme hier.

cette fois-ci, je ne me rendais pas dans un camping mais dans un monastère des frères de saint john. cet ordre compte également des frères aux Pays-Bas, à Den Haag, où ils vivent et brassent de la bière, la Haagse Broeder. et à Utrecht. j’ai visité ces deux villes plusieurs fois et il m’a semblé intéressant de jeter un coup d’œil en France à cet ordre d’origine française. je n’ai pas trouvé grand-chose sur ce monastère spécifique mais j’ai tenté le coup. Ils ne laisseraient pas un pauvre pèlerin comme moi devant la porte (j’espère). J’y suis donc allé, confiant qu’il y aurait une solution.
Quand je suis arrivé au monastère, il avait l’air plutôt vide et un peu négligé. J’ai eu des doutes. Un énorme bâtiment mais aucun frère ou sœur en vue et selon google ils vivraient tous les deux ici. google avait (partiellement) tort.
Il était en train de charger/décharger une voiture et je pense qu’il était un peu choqué quand il m’a vu et je lui ai dit que je cherchais un endroit pour dormir pour la nuit (j’étais content d’avoir vu quelqu’un). Il m’a dit que maintenant il n’y avait presque plus de frères. j’ai d’abord pensé qu’ils étaient partis temporairement. il a dû demander si je pouvais dormir là et heureusement c’était possible. ils ont trouvé une bonne chambre d’hôte sur le terrain. quand je me suis installé ici, un par un les frères curieux sont venus et lentement l’histoire de ce monastère est devenue claire pour moi. Quand je me suis installé ici, les frères curieux sont venus un par un et lentement l’histoire de ce monastère s’est éclaircie pour moi. Maintenant il ne reste que 5 personnes, et à partir de demain seulement 3. Les frères qui restent maintenant sont encore là pour tout nettoyer et distribuer tous leurs biens à d’autres monastères et dans quelques mois, cet endroit sera fermé.

Ce soir, j’ai assisté à la prière du soir. C’était très beau. Ils ne sont que 5 frères mais ils chantent tous très bien.


Il y a une autre messe demain matin à 7 heures, alors je vais bientôt dormir.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 8, les monastères!

le 27 août 2021 par wheelchair pilgrim

Déjà plus d’une semaine sur la route.
Hier soir, j’ai eu une batterie presque pleine, je l’ai échangée vers 1h00 avec l’autre batterie vide (bien que la première ne soit pas encore complètement pleine).
Heureusement, mon deuxième jeu de batteries est chargé, mais celles que j’ai échangées hier soir n’étaient pas encore tout à fait pleines, alors je les ai rechargées. J’écris cet article le matin et maintenant (8h30), ma batterie est toujours en train de se charger. Elle n’a pas l’air d’être pleine, mais c’est un bon entraînement pour la patience, car j’ai déjà fini.

J’ai demandé au frère Jean (John) hier soir à quelle heure serait la messe. c’était seulement à midi et il était donc trop tard pour que j’attende. mais parce que lui-même et un autre frère devaient partir tôt, il a décidé de célébrer la messe à 7.00. C’était très agréable. Nous étions trois et c’était fait à moitié en anglais et à moitié en français. J’ai été autorisé à lire la première lecture en anglais.
Le sermon était très personnel, un lien entre les lectures du jour et mon pèlerinage. C’était donc encore une fois une expérience spéciale.

Puis j’ai pris mon petit-déjeuner, du pain délicieux, du gâteau et un grand bol de thé. C’est agréable de commencer la journée comme ça.

J’emballe les dernières affaires et je pars. J’écrirai le reste plus tard.
…….

C’est maintenant la fin de l’après-midi, le temps d’écrire le reste, allongé dans ma tente.
Après le petit-déjeuner chez les frères, j’ai préparé les dernières affaires.
Sur le devant de mon fauteuil roulant, il y en a une belle et grande que j’ai reçue en 2016 des sœurs Augustines (Casella) (le premier couvent que j’ai visité pendant mon pèlerinage) mais sur le dos de mon sac à dos, il n’y a qu’une toute petite coquille. Les frères m’ont permis de l’avoir. J’en suis très heureux. Maintenant, il ne me reste plus qu’à trouver quelqu’un qui puisse y percer un trou.


Lorsque mon fauteuil roulant était complètement chargé (le moment où j’ai écrit le premier article), je suis parti, après avoir dit au revoir.
Une roue n’était pas encore complètement chargée, et c’était en fait une bonne chose, car la journée a commencé par une longue descente et la roue complètement chargée a protesté et est tombée en panne de temps en temps à cause de la surcharge. Pendant la descente, un écureuil s’est écrasé, j’étais juste à temps avec la caméra, bien que l’écureuil ne soit pas très beau.

J’ai roulé sur un pont enjambant la Loire qui serpente dans le paysage ici. Il y a pas mal de collines (basses montagnes ?) ici, mais pas aussi raides qu’il y a quelques jours. J’ai roulé et roulé encore. Sur chaque sommet encore une vue énorme !

À Pommiers, je suis passé devant un autre vieux monastère, lui aussi construit dans le style du monastère de Cluny. J’ai demandé si je pouvais entrer avec mon énorme fauteuil roulant, ce qui était en partie possible. Malheureusement, je ne pouvais pas monter ni descendre (je ne rentrais pas dans l’ascenseur) mais je pouvais aller au rez-de-chaussée et dans l’église. J’ai eu droit à une visite guidée, elle m’a parlé de la belle église du 11e ou 12e siècle et de l’histoire du monastère. Dans le toit de l’église, il y a des sortes de pots (trous) qui assurent une très belle acoustique.

Il y avait également une exposition d’art très amusante, réalisée par une personne qui avait fabriqué les petites figurines les plus colorées et les plus drôles à partir de déchets tels que des bouchons de bouteilles et des sacs en plastique, ainsi que les photographies correspondantes. Si je n’avais pas su que c’était des déchets, je ne l’aurais pas vu à première vue. si drôle !



En fait, je voulais continuer sur 14 kilomètres supplémentaires, mais lorsque je suis passé devant un camping, j’ai soudainement pensé que c’était suffisant et j’ai décidé de planter ma tente à ce camping. Par conséquent, un blog tôt aujourd’hui.

Donc maintenant je suis au camping de Pommiers, un camping avec wifi ce qui rend la mise à jour de ce site beaucoup plus facile.

Continuez demain.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 9,

le 28 août 2021 par wheelchair pilgrim

Permettez-moi de commencer mon récit par la soirée d’hier.

J’étais allongé sur le ventre sur le lit en regardant par la fenêtre quand une femme et deux garçons sont entrés. J’avais eu une discussion avec elle plus tôt et je lui avais raconté mon histoire et donné une carte de visite avec ce site Web.
Maintenant, elle m’a apporté un délicieux repas, de la rattatouille, du pain avec un délicieux fromage bleu et plus tard quelques biscuits,
C’est spécial de voir que les gens s’occupent de moi comme ça.
Après ce délicieux repas, je me suis endormi.

Ce matin, je me suis réveillé vers 7h30, mais j’étais encore très fatigué. J’ai fini par trouver le courage de faire mes bagages, de prendre mon petit-déjeuner et de partir, mais il était déjà 10h00 quand je suis parti. Heureusement, la distance à parcourir n’est pas trop longue aujourd’hui.
Comme la distance n’était pas très longue (environ 15 km), j’ai décidé d’y aller doucement, en prenant mon temps pour prendre régulièrement des photos (et en attendant patiemment que le papillon déploie ses ailes) et en faisant de petits détours s’il y avait quelque chose à voir.

Je me suis également arrêté à quelques étangs de pêche (il y a régulièrement des sortes de “lacs” carrés spécialement conçus pour la pêche, généralement sur des terrains privés).


J’ai également photographié d’innombrables papillons, oiseaux, araignées, lézards et autres petites créatures. Une araignée en particulier m’a paru très spéciale, une belle araignée rayée noire et jaune.

Je me suis également arrêté dans plusieurs églises, la première étant l’église Saint Martin du 14ème siècle à Bussy-Albieux, on peut clairement voir dans cette église et ses environs que c’est une église où passent de nombreux pèlerins.

L’église suivante était celle du cimetière, je l’ai lu dans mon livre (et cela en dit long sur mon français, la lecture est bien meilleure, maintenant la parole).
il s’agit d’une église du 11ème siècle avec un autel monumental. la chapelle est ouverte aux pèlerins mais est également utilisée comme église tous les mois en été.
Dans les cimetières, il y a toujours des robinets et ils sont idéaux pour faire le plein d’eau.

Et enfin, j’ai visité l’église de Boën-sur-Lignon. Une église avec un intérieur assez moderne.

Puis il était temps d’aller au supermarché pour les courses du week-end et ensuite au camping.

Maintenant je peux me rendormir.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 10

le 29 août 2021 par wheelchair pilgrim

La nuit dernière a été une soirée assez calme au camping, il y a eu quelques petites discussions, mais le camping était calme et c’était bien, car je devais me coucher à l’heure.

J’ai passé une assez bonne nuit. Hier, en visitant l’église de Boëen, j’avais vu qu’il y avait une messe ce matin, j’étais très hésitant à y aller car je devais rouler une autre journée de 25 km, mais ce matin j’ai décidé de le faire quand même. J’ai fait mes bagages assez tôt et j’ai roulé vers l’église (1 km en haut de la montagne). Il était agréable de voir à quel point un certain nombre de femmes étaient occupées à préparer l’église, à brancher des microphones, à graver soigneusement des fleurs et à balayer les feuilles mortes, à disposer des tapis et des linges pour l’Eucharistie, etc.
Ils ont également eu le temps de me demander ce que je faisais dans l’église. Ce n’est pas souvent qu’un fauteuil roulant aussi fou arrive chargé à bloc dans l’église (je pense que jamais).
Le prêtre a également discuté avec nous avant d’aller se préparer.
Pendant la célébration, on a également fait référence à moi à plusieurs reprises, ce qu’il a dit exactement pendant le sermon, je ne le sais malheureusement pas, seulement qu’il a mentionné mon nom. C’est une bonne chose que je me sois déjà réinscrite aux cours de français, car même si cela va mieux que l’année dernière, il y a encore vraiment quelque chose à améliorer, surtout quand il s’agit de parler.
Après la célébration, plusieurs personnes sont venues discuter et j’ai obtenu un tampon dans mon passeport de pèlerin.
Hier, au camping, j’en ai aussi reçu un et avec cela mon passeport de pèlerin était plein et j’ai commencé avec un nouveau.

Je suis parti beaucoup plus tard que prévu. En chemin, j’ai trouvé beaucoup de mûres, dont j’ai beaucoup mangé, il y a maintenant beaucoup plus de mûres mûres que l’année dernière. J’ai eu beaucoup d’autres fruits à ce moment-là, comme des pommes et des noix, mais elles sont encore sur l’arbre (j’étais quelques semaines plus tard dans l’année).

j’ai traversé une très belle campagne, il n’y avait pas de collines/montagnes extrêmement raides mais je pouvais les voir à ma gauche et à ma droite. une belle vue. plus près, il y a souvent des sortes de montagnes étranges.
J’ai lu que les montagnes qui se trouvent ici sont d’anciens volcans. En chemin, j’ai également vu un certain nombre de monastères (près de Montverdun) et de châteaux (à une plus grande distance) sur ces étranges sommets.

J’ai également photographié des papillons, comme presque tous les jours, mais je n’en ai jamais eu un comme celui d’aujourd’hui. Il y avait un magnifique papillon rayé noir/blanc assis très calmement, j’ai même douté qu’il soit vivant, mais j’ai pris quelques photos de très près, avec mon appareil à 3 cm de la créature, et il est resté assis là, mais il a commencé à bouger. À la fin, il a sauté/volé sur mon appareil photo, puis sur ma main, après quoi il a décidé que la séance de photos était terminée et s’est envolé.

J’ai aussi vu une créature que je ne connais pas, une sorte de grosse abeille noire.

Vous savez ce que c’est ?

Aujourd’hui, j’ai roulé sur la route officielle pendant une grande partie de la journée. La plupart du temps sur des petites routes normales, mais j’ai aussi eu une partie sur une route non pavée, je trouve toujours cela excitant, parce que lorsque je fais le choix de prendre une telle route, elle semble souvent raisonnable, si je peux rouler dessus, mais parfois elle se transforme soudainement en un chemin de sable/boue ou avec de l’herbe si haute ou des pierres que je ne peux pas passer à travers, maintenant c’est resté raisonnablement bon, quelques petites pierres, mais toujours praticable et ce sont de beaux chemins donc je suis heureux de m’y être aventuré à nouveau.

Quand je suis arrivée à Montbrisson, je voulais rester chez les sœurs Claristes. J’avais aussi dormi dans leur couvent quand j’étais à Reims et c’était une bonne expérience, alors j’espérais pouvoir rester ici aussi, mais les choses se sont passées autrement. Ils ont cessé d’accueillir des pèlerins en raison de leur âge, entre autres, m’a dit la sœur lorsque j’ai sonné, mais elle connaissait quelqu’un qu’elle pouvait appeler et, en quelques minutes, la femme de ma nouvelle famille d’accueil se tenait devant moi.
J’ai eu un repas délicieux et maintenant je suis allongé dans une bonne chambre.

demain, je pars, je ne sais pas encore où, car le prochain camping n’est pas seulement à 30 kilomètres d’ici, mais aussi parce que ce camping est à 800 mètres d’altitude et que cette distance et l’élévation font que mes batteries et mes bras n’atteindront pas cette distance et que j’ai besoin d’un endroit pour dormir plus tôt. il n’y a pas grand-chose ici, donc c’est encore une surprise de savoir où je vais arriver demain. c’est assez excitant, mais j’essaie de croire qu’il y aura un endroit pour dormir à nouveau.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 11, escalade et chargement

le 30 août 2021 par wheelchair pilgrim

En général, j’écris mes messages depuis ma tente ou un lit à l’endroit où je dors. Aujourd’hui, je dois avouer que je ne sais même pas où je vais dormir, même si, heureusement, j’ai quelques possibilités (quelque peu inhabituelles).
Nous en reparlerons plus tard.

Hier soir, j’ai été autorisé à dormir chez une famille merveilleuse qui est venue me rendre visite à l’improviste. bien qu’ils reçoivent souvent des pèlerins qui frappent à la porte du monastère ou qui entrent chez eux d’une autre manière. ils avaient 2 chiens et un chat, alors j’ai trouvé cela très agréable aussi !

J’aime remarquer le nombre de personnes qui m’ouvrent leur maison, et j’en aurai probablement beaucoup besoin au cours des prochaines nuits.
hier, j’avais déjà remarqué qu’il n’était pas possible d’atteindre le prochain camping (ou un autre endroit abordable pour dormir) à 30 kilomètres. aux pays-bas, je peux facilement rouler 30 kilomètres, mais ces 30 kilomètres sont en moyenne avec une pente de 5%, et après environ 8 kilomètres, mon jeu de batteries en a assez et cesse de fonctionner. maintenant, j’ai un jeu supplémentaire, mais l’autonomie n’est toujours pas si grande.

Ce matin, je suis allée à la messe avec la femme qui m’hébergeait dans le monastère où j’ai frappé à la porte hier. C’était agréable de le voir de l’intérieur et de rencontrer les sœurs et j’ai obtenu un tampon dans mon passeport de pèlerin. Ils ont aussi une très belle boutique avec des livres chrétiens, des statues de saints et des croix, mais le plus beau, c’est qu’ils ont beaucoup de choses fabriquées par leur propre monastère et par d’autres. icônes, bougies, savon, liqueur, confiture, miel, bonbons et toutes sortes d’autres œuvres d’art (comestibles ou non). malheureusement, je ne peux rien acheter et emporter avec moi maintenant parce que je n’ai pas la place pour cela dans mes bagages. D’ailleurs, c’était un couvent de Clarisses, tout comme celui où j’ai dormi à Reims (Cormontruil), j’y ai acheté une croix et elle est toujours accrochée à mon sac.

Finalement, j’ai dit au revoir à ma famille d’accueil et je suis parti.

J’ai remonté la pente avec la navigation vers le prochain camping, en suivant autant que possible l’itinéraire officiel des pegrims.
La vue était superbe, d’immenses et magnifiques montagnes au loin, des deux côtés de la route. En milieu de matinée, des nuages bas ont fait disparaître certaines montagnes.
Le temps aujourd’hui est un peu frais de toute façon.

Toutes ces montagnes sont très raides à gravir, mais dans quelque temps, je pense qu’il y en aura beaucoup moins parce qu’elles seront creusées.

Les autres jours, j’ai croisé beaucoup de vaches mais aujourd’hui aussi beaucoup de chevaux et une mule (ou peut-être un mulet).


Après 8 kilomètres, mon premier jeu de piles était effectivement vide.
Je m’étais dit de m’arrêter dans le village après avoir épuisé ma première batterie, car sinon je risquais de me retrouver bloqué quelque part où personne ne vit. Heureusement, avec ma deuxième batterie, je suis arrivé au village de la Margerie Chantagret, un village d’environ 500 habitants, avec une église et quelques petits magasins (qui sont malheureusement fermés le lundi). Cette église est la plus importante parce qu’il y a toujours du pouvoir là-bas.
Les batteries de mon fauteuil roulant vide se rechargent maintenant dans l’église.

Je ne sais pas encore où je vais dormir ce soir. Peut-être que je rencontrerai quelqu’un qui visite l’église ou qui ferme l’église ce soir et qui m’invitera, peut-être que je dormirai dans l’église ou alors je monterai ma tente près de l’église sur le terrain où il y a aussi des toilettes publiques. alors je peux charger le fauteuil roulant dans l’église, je peux aller aux toilettes et il y a de l’eau, donc c’est tout ce dont j’ai besoin.
pour le moment, il faut encore quelques heures (environ 6 heures pour une batterie complètement vide) pour charger. je suis ici depuis environ 13.00 heures et au moment où j’écris ce blog il est environ 15.00 heures donc j’ai du temps à attendre.
Pour l’instant, je m’amuse à écrire ce blog, j’ai des livres numériques avec moi et je peux apprendre le français ou chanter à l’église (ça sonne tellement bien).

Demain, je vous ferai savoir où j’ai finalement dormi.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant.


Jour 11, comment ça s’est terminé

le 30 août 2021 par wheelchair pilgrim

Toujours un message court.

J’étais dans l’église jusqu’à environ 6 heures. Mon fauteuil roulant était presque entièrement chargé lorsqu’une dame âgée est entrée dans l’église avec un beau trousseau de grosses clés à l’ancienne. J’ai su immédiatement que c’était la femme qui allait fermer l’église. Je lui ai dit dans mon meilleur français que je cherchais un endroit pour dormir. Elle m’a orienté vers un hôtel un peu plus loin, mais c’était trop cher pour moi. Quand je lui ai dit, elle connaissait un autre endroit. Elle ne connaissait pas l’adresse, seulement le nom de la famille et une description de la manière de s’y rendre, ce dont je ne me souvenais évidemment pas.

Lorsque j’ai quitté l’église pour chercher cette adresse, je savais seulement que je devais d’abord tourner à gauche. Heureusement, j’ai rencontré 2 autres femmes qui se promenaient avec un chien. L’un d’eux parlait un peu anglais et j’ai demandé s’ils savaient où je devais aller. Ils ne savaient pas mais ils ont demandé à la femme plus âgée et ils connaissaient le chemin. Ils ont décidé de marcher avec moi jusqu’à la nouvelle maison. Une maison avec de belles et grandes coquilles Saint-Jacques à la porte.

Me voici maintenant logé chez un couple âgé qui m’a immédiatement servi un bon repas et où j’ai une belle chambre pour dormir. Et mon fauteuil roulant est maintenant entièrement chargé. Donc, prêt pour demain.

Donc tout s’est bien terminé à nouveau. Demain est un autre jour où je ne sais pas où je vais finir. Le camping est encore trop loin pour y arriver.

Mais maintenant je vais d’abord bien dormir et demain un nouveau blog.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait. Sur la page d’accueil, vous pouvez vous abonner à la newsletter et vous serez directement informé de la publication du blog.

Bonne nuit

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 12

le 1 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Après une bonne nuit de sommeil, j’ai pris un bon petit déjeuner. Le chien était à nouveau heureux de toute l’attention que je lui portais.
J’ai aussi obtenu un tampon dans mon passeport de pèlerin, j’ai fait une photo de tous mes passeports de pèlerin jusqu’à présent. Toute une collection déjà.

Je savais que j’allais monter toute la journée, parfois de façon moins abrupte, mais la plupart du temps de façon abrupte.

Tout a bien commencé, c’était une belle balade, de beaux panoramas et beaucoup d’animaux dans la prairie, l’accotement et le ciel.

Et avant midi, je suis arrivé à Marols. je me sentais encore bien et je pouvais encore gérer une telle distance. mais mon premier jeu de batteries était déjà vide, alors j’ai décidé de rouler jusqu’à l’église de Marols et de mettre mon fauteuil roulant à l’électricité là-bas.
Normalement, je déplace mon fauteuil roulant vers l’avant, mais ici, les allées étaient trop étroites et j’ai dû enlever mes roues et les mettre à l’avant pour charger.

Marols est un très joli petit endroit avec une belle église, ce n’était donc pas une punition d’avoir à attendre là un moment.
Le fauteuil roulant est resté sur le chargeur pendant 3 heures et il était à nouveau presque plein (4 des 5 “barres” complètement pleines et la 5e presque pleine). Je voulais me rendre dans un village situé à 7 kilomètres (en montée).
Je voulais me rendre dans un village situé à 7 kilomètres (en montée). 2 jeux de batteries seraient donc plus que suffisants pour y rouler, et si tout se passait bien et que le temps était encore raisonnable, je pourrais même aller un peu plus loin, car ce serait en descente.

J’ai roulé jusqu’en haut de la montagne, c’était lourd mais en même temps très beau. la pente devenait de plus en plus raide, à chaque nouveau virage j’espérais qu’elle deviendrait un peu moins raide mais c’était de pire en pire. je ne sais pas exactement quelle pente. j’ai un compteur de vélo qui indique normalement le pourcentage de la pente mais je roulais si lentement qu’il ne pouvait pas vraiment la mesurer.
Je devais même rouler à l’envers pendant de longues périodes parce que de cette façon, je risquais moins de basculer en arrière et parce que je pouvais appliquer plus de force (tout comme les rameurs).


La charge de mes batteries a diminué rapidement et après environ 2 km, les premières batteries étaient vides. La pente est restée très forte et après environ 1 km, j’avais déjà utilisé la moitié de la charge de mes batteries.
J’avais grimpé de 830m à 1040m dans les 3 km depuis Marols et dans les 3 km pour aller au point le plus haut je devais encore grimper 100 mètres.
Ce n’était pas possible et je ne voulais pas être bloqué au milieu de nulle part.

Lorsque je suis arrivé dans le hameau, j’ai soudain vu une famille sortir d’une maison et j’ai décidé de leur parler et de leur demander de l’aide. J’ai obtenu une belle chambre avec une vue magnifique et j’ai été invité à me joindre à eux pour le dîner. Ce fut une soirée très agréable autour d’un bon feu de cheminée (il fait assez froid ici maintenant) dans une vieille cheminée. Cette maison date de 1770 et il y a encore beaucoup de belles choses anciennes à l’intérieur, notamment plusieurs cheminées et de belles vieilles poutres. Il y a aussi de beaux objets anciens, les meilleurs que j’ai trouvés sont les sabots en bois français, les Hollandais n’étaient pas les seuls à les porter !

Maintenant, je vais bien dormir.
Demain, les derniers gros kilomètres, puis la descente.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 13

le 1 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Aujourd’hui un blog sans photos (elles ont été postées entre temps), malheureusement, mon internet est trop mauvais ici et trop irrégulier pour télécharger des photos, mais ne vous inquiétez pas, j’ai de quoi écrire ou éditer et les photos viendront quand je serai à nouveau quelque part avec un bon internet.

Hier, après une bonne soirée au coin du feu, je me suis rapidement endormi.
J’ai pu m’allonger un moment, mais en fait, je devais aller aux toilettes, mais j’étais plutôt réticent à le faire. C’est une très vieille maison, construite avant l’époque des égouts. À l’intérieur de la maison, il y a des toilettes où l’on peut faire pipi, mais pour le reste, il faut marcher une centaine de mètres à travers un pré jusqu’à des toilettes extérieures. C’était une longue marche pour moi, en fait plus que ce que je fais normalement, mais avec un fauteuil roulant, traverser une prairie n’est pas idéal (bien qu’elle ait été fauchée, donc cela aurait été possible). Heureusement, on m’a ensuite permis de m’asseoir confortablement sur un pot moderne ordinaire, et après m’être reposé et avoir perdu ce que je voulais perdre, j’ai tiré la chasse d’eau (d’une cruche) et commencé ma marche de cent mètres pour retourner à la maison, où le soleil illuminait les champs d’un jaune doré.


On remarque que cette maison se trouve à une altitude d’environ 1000 mètres car il y fait vraiment très froid, alors quand je suis revenu, je me suis glissé dans mon sac de couchage chaud pendant une demi-heure avant de recommencer à faire mes bagages.
Quand tout a été emballé et que j’ai pris le petit-déjeuner avec la famille (ils m’ont donné du fromage et des fruits pour la route, j’avais encore du pain et je ne voulais pas qu’il vieillisse), il était temps de partir. Mon fauteuil roulant était garé dans la belle vieille grange sous la maison. J’ai été salué par tout le monde. C’était une soirée très réussie !

J’ai dû monter pendant 3 kilomètres, cette montée était aussi très dure et j’ai dû rouler en arrière pendant environ la moitié de la montée, mais malgré le fait que c’était dur, j’ai trouvé que c’était une très belle balade. J’ai roulé à travers une zone très peu peuplée et c’était très calme dans la forêt, aucun bruit humain sauf les sons que je faisais, même quand j’ai pris un bonbon avec un truc en plastique très craquant autour, j’avais déjà le sentiment de déranger le silence. J’ai entendu des oiseaux, en particulier des rapaces hurlants, des grillons, le grondement occasionnel dans les buissons et j’ai entendu (et vu occasionnellement) des écureuils sauter de branche en branche. Outre les sons, j’ai également apprécié les odeurs de la forêt, des conifères. L’air est tellement plus pur ici que dans les banlieues des Pays-Bas où je vis. J’ai aussi découvert beaucoup de myrtilles, tellement plus savoureuses que les myrtilles du commerce, et il y en avait tellement ici. C’était génial de pouvoir les grignoter pendant les arrêts pour se reposer.
Et enfin, je suis arrivé à Montacher, sur un sommet de 1140 mètres (140 mètres de dénivelé en 3 kilomètres).



Quel joli petit village, une belle église du 13ème siècle et une vue imprenable dans toutes les directions.
J’ai garé mon fauteuil roulant parce que malheureusement cette église était très belle mais elle avait aussi un escalier d’environ 12 marches. mon genou ne voulait pas aller si bien mais finalement j’ai réussi à regarder à l’intérieur de l’église et à retourner à mon fauteuil roulant. détail amusant, 2 petits oiseaux avaient leur nid dans cette église et volaient dans les deux sens.


Après avoir profité de la vue, il était temps de partir. En chemin, j’ai rempli ma bouteille d’eau à la petite fontaine qui indiquait qu’il s’agissait d’eau potable. Puis je me suis remis à rouler.

J’étais arrivé au point le plus élevé et la route vers mon campement de 8 kilomètres n’était que descente, à l’exception d’une petite pente. Ici aussi j’ai apprécié le silence, sur ces 8 kilomètres je n’ai vu que 4 voitures. Cette partie de l’itinéraire traversait parfois la forêt, mais la plupart du temps, elle se trouvait à la lisière de la forêt, dans des prairies avec quelques vaches.

C’était une belle balade, je suis maintenant au camping d’Estivareilles, un petit camping municipal. Demain je reprendrai la route.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Dag 14

le 2 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Il faisait froid la nuit dernière, mais à part le fait de me réveiller une fois vers 4 heures et de me glisser plus profondément dans mon sac de couchage, cela ne m’a pas vraiment dérangé.
Au bâtiment des toilettes (avec seulement des trous français), j’ai récupéré mon fauteuil roulant qui avait été garé là par l’électricité.
J’ai rencontré un papillon et j’ai enfin compris pourquoi les papillons sont si beaux, s’ils sont tous comme celui-ci, c’est parce qu’ils se font beaux devant le miroir.

Vers 9h00, je me suis éloigné du camping, d’abord vers l’église, qui était ouverte et j’ai trouvé, en plus de toutes les belles choses, diverses choses amusantes, comme des animaux fantastiques sur les piliers et sur les stalles du chœur.
C’était ouvert et j’ai trouvé, en plus de toutes les belles choses, diverses choses amusantes, comme des animaux fantastiques sur des piliers et des stands de chorale. ensuite, je suis allée à la boulangerie. j’ai acheté une demi-baguette. quand je suis sortie du magasin, j’ai été abordée par un certain nombre de personnes qui étaient là à discuter. elles m’ont demandé des nouvelles de mon voyage et avant que je ne le sache, tout un groupe de personnes se tenait autour de moi. parfois, je me sens comme une célébrité ici.

La balade d’aujourd’hui était très belle, à travers les montagnes (les routes sur lesquelles j’ai roulé étaient à environ 800 mètres) et beaucoup dans la forêt avec de temps en temps des étendues de prairies avec quelques vaches ou chevaux ou des champs avec du maïs ou du grain fauché, certains agriculteurs fauchant vraiment bien ce qui crée de belles rayures de loin.

Je suis également tombé sur un très bel endroit où je regardais les gorges de la Loire avec un magnifique château dans les montagnes.
Ici, j’ai fait une pause et j’ai admiré la vue magnifique.

En chemin, j’ai mangé plusieurs fois des myrtilles et des mûres, délicieuses, et bien sûr j’ai mangé la baguette avec le dernier morceau de fromage de Montbrison, un bon fromage bleu à pâte ferme.

Je suis enfin arrivé au camping de Retournac, qui heureusement existait car j’avais des doutes à ce sujet car je trouvais des informations contradictoires.

Tout s’est très bien passé aujourd’hui. mais au camping, le chargeur de mon fauteuil roulant est tombé en panne, un câble cassé…. quel désastre et j’ai plus pleuré que ri. je pensais déjà que ce serait mon dernier voyage car je ne peux pas rouler sans lui.
heureusement, il y avait un voisin au camping avec un camping-car qui était bricoleur et avait le bon équipement avec lui. il m’a sauvé et a réparé le chargeur ! quel soulagement. je me voyais déjà prendre le train pour retourner à ma voiture (où j’ai encore un chargeur de rechange) et rentrer aux pays-bas. mais maintenant je peux encore terminer les derniers jours.

mon premier jeu de batteries est déjà presque plein, je vais donc les échanger et aller me coucher. je pourrai alors continuer un peu demain. aujourd’hui a été une très longue journée (environ 34 kilomètres) mais très agréable, demain un peu plus courte et je suis curieux de savoir où la route me mènera alors.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 15, Rivière et Montagnes

le 3 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Après avoir dormi tard la nuit dernière, je me suis réveillé tôt après une courte mais heureusement bonne nuit. Vers 8h30, j’étais donc prêt à partir. J’ai mis du temps parce qu’avant cela, il pleuvait et je ne voulais pas partir sous la pluie. Malheureusement, j’ai dû emballer ma tente mouillée à nouveau.

Hier soir, je suis arrivé au camping après 20 heures et la réception était fermée, ce matin c’était pareil. Habituellement, dans ce genre de cas, il est indiqué quelque part ce que coûte le camping et où vous pouvez apporter l’argent (par exemple à la mairie) mais je n’ai rien trouvé ici. Je suppose que la personne responsable du camping ne vient pas souvent ici de toute façon, vu l’état des toilettes.
Après avoir regardé un peu plus pour voir si je n’avais pas manqué quelque chose, je suis parti et, dans mon esprit, je les ai remerciés pour la nuit gratuite.

Allereerst

Tout d’abord, j’ai dû grimper une pente, que j’avais déjà descendue hier, et ensuite je me suis demandé comment j’allais pouvoir remonter ici, même rouler vers le bas était presque impossible. Mais j’ai commencé l’ascension avec courage. Un passant m’a demandé s’il pouvait m’aider, mais j’ai dit que je voulais essayer moi-même. Soudain, ça a mal tourné, ma roue avant s’est détachée de mon fauteuil roulant, et j’étais soudain coincé avec un problème …… Heureusement, le passant est arrivé en courant et m’a aidé avec le fauteuil roulant et la roue avant. Heureusement, rien n’était cassé et j’ai pu tout remonter rapidement. Je n’avais pas vérifié si tout était encore bien fixé. À cause de toute la pluie, j’avais été distrait en faisant mes bagages et j’avais oublié de tout vérifier.

Dans le village de Chamalieres-sur-Loire, j’ai vu une belle église que je voulais visiter. En chemin, je suis tombé sur la Mairie où je voulais prendre un timbre. Devant l’hôtel de ville, il y avait toutes sortes de choses (des panneaux et des images et le nom de la rue était “place Saint Jaques, square de Saint Jacob/Santiago”) qui indiquaient le chemin de Saint-Jacques, mais lorsque j’ai demandé un timbre, l’employé de la ville n’a pas compris pourquoi je voulais ce timbre. Il a agi comme si je voulais juste qu’il signe quelque chose. Ce n’est que lorsque son collègue m’a rejoint que les choses se sont améliorées et que j’ai obtenu un nouveau tampon dans mon passeport de pèlerin.

.

Puis ce fut l’heure de l’église, une belle église romane qui avait fait partie d’un monastère.
Lorsque je suis arrivé à la porte pour partir, la place était pleine d’oiseaux, faciles à photographier.

Il y avait aussi un beau jardin de style médiéval.
C’est agréable de voir et de sentir toutes ces herbes différentes. Ils avaient aussi un objet contenant toutes sortes de pierres différentes, qui se trouvent dans les rochers ici.


Il y avait aussi un buisson avec d’énormes mûres, que j’ai également goûté.
Ils étaient très bons, mais les petits que je trouve sur mon chemin sont plus savoureux. J’ai vu beaucoup de mûres aujourd’hui et j’en ai mangé beaucoup. La 1ère photo est la grande mûre et la 2ème est une mûre relativement grande que j’ai également mangée.

Puis j’ai continué à rouler, d’abord à travers une zone où il y avait encore beaucoup de maisons, mais finalement (heureusement) je suis arrivé dans une zone avec plus de nature. Aujourd’hui, j’avais la Loire d’un côté et la montagne de l’autre. Parfois, j’ai failli rouler sur la hauteur de la rivière et parfois j’ai remonté la montagne. La région où je me trouve maintenant est différente de celle d’il y a une semaine, par exemple, où il n’y avait que de grandes collines. Ici, elles ne sont peut-être pas beaucoup plus hautes, mais les montagnes sont plus rocheuses et sauvages, avec régulièrement des châteaux et des ruines impressionnants sur les sommets, et aussi, autant que je m’en souvienne, j’ai traversé aujourd’hui pour la première fois un véritable tunnel de montagne avec le fauteuil roulant. C’est très beau ici !

A peine arrivé à Vorey, j’ai aussi rencontré 2 autres pèlerins, au loin je les avais vus marcher mais je ne les avais pas encore rencontrés. Nous avons discuté, puis nous sommes allés dormir dans des endroits différents. Je suis allé au camping où je suis maintenant.

Demain je continue, la destination de cette année se rapproche déjà, dimanche j’espère arriver à Le-Puy-en-Velay.
Plus demain.

Salutations,


Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 16, Presque mais pas tout à fait

le 4 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Aujourd’hui est déjà mon avant-dernier jour de roulage. La fin est en vue.
Aujourd’hui, une randonnée un peu plus courte, 12 kilomètres, bien que j’aie roulé environ 16 kilomètres en prenant une déviation qui était plus agréable.
Je voulais partir tôt, mais j’ai décidé de revenir à 9 heures et de faire un peu de travail en retard sur mon site web.
Maintenant, il y a enfin des photos au 13e jour, le jour sans photos, et j’ai aussi écrit quelques choses supplémentaires (des choses auxquelles j’ai dû penser en regardant les photos).
https://rolstoelpelgrim.nl/dag-13-2/

Lorsque j’ai quitté le camping, j’ai d’abord roulé vers l’église. Malheureusement, je n’ai pas pu entrer à l’intérieur, ils étaient en train de travailler dessus, l’église était partiellement recouverte d’échafaudages et une grande grue se trouvait à côté.
Je suis allé au supermarché pour me réapprovisionner en nourriture et j’ai quitté Vory.

En chemin, j’ai également rencontré un pèlerin qui marchait de sa ville natale (je ne sais pas où, mais c’était seulement pour quelques jours) à Le-Puy-en-Velay.

Je pouvais cueillir des mûres à ma guise aujourd’hui et c’est ce que j’ai fait. Il y avait non seulement de nombreux buissons avec des fruits mûrs assez gros, mais ils étaient également à portée de main de mon fauteuil roulant. Je dois souvent laisser passer des friandises parce qu’elles sont trop hautes, trop loin ou derrière un fossé, mais aujourd’hui, j’ai dû manger une livre de mûres.

La première moitié de la journée, j’ai roulé entre la Loire et la voie ferrée, et de temps en temps entre la Loire et une paroi rocheuse. Il y avait beaucoup de lézards et de papillons et les abeilles savaient où trouver les fleurs. Et moi, à mon tour, j’ai réussi à les trouver et à les capturer avec mon appareil photo.

A mi-parcours, j’ai traversé un pont pour passer de l’autre côté de la Loire. Là, j’ai passé un autre beau château debout sur le rocher.

Après cette traversée, je suis revenu à un village par des routes plus petites où j’ai visité l’église.


Je suis maintenant au camping de Lavoute-sur-Loire et j’écris ces lignes en étant allongé sur mon matelas pneumatique dans la tente.

Je viens de regarder un groupe de personnes jouant à la pétanque (jeu de boulle) au camping. Normalement, lorsque je suis en vacances en France, j’emporte un jeu de balles avec moi et je joue, mais maintenant je leur laisse le soin de le faire.

Demain est le dernier jour de roulage et ensuite j’arriverai à Le-Puy-en-Velay. De là, je dois organiser le voyage de retour en bus et en train.
Mais d’abord une bonne nuit, malgré la distance courte et pas trop lourde je suis très fatigué.

Salutations,


Pèlerin en fauteuil roulant


Jour 17, dernier jour de pèlerinage, arrivée à Le-Puy-en-Velay

le 5 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Aujourd’hui était le dernier jour de voyage, je me suis levé tôt et j’ai quitté le camping avant 9 heures.
J’arrive bientôt dans le village de Lavoute sur Loire où je visite la petite église, encore une église romane. Il y en a beaucoup sur la route que je parcours.
Il faisait d’abord très sombre dans l’église, mais lorsque j’ai roulé plus loin dans l’église, la lumière s’est allumée, elle a brillé principalement sur la croix qui était suspendue au milieu de l’église et maintenant le reste de l’église était aussi clairement visible.

Auparavant, j’appréhendais un peu cette partie du parcours car il semblait que je devrais rouler sur une route assez large.
J’ai également eu une bonne vue sur la Loire (bien que je doive regarder par-dessus un mur, ce que j’ai heureusement pu faire avec le fauteuil roulant).
Peu après avoir roulé le long de la Loire, j’ai vu un château, et à cause des méandres du fleuve, je le voyais toujours d’un côté différent, très joli.

J’ai également vu de nombreux grands ponts avec de hautes arches, qui étaient des ponts ferroviaires pour le train qui suivait également la rivière.

En arrivant au Puy, j’ai d’abord traversé les banlieues, puis j’ai pénétré lentement dans le centre.
J’ai vu à nouveau plusieurs maisons magnifiquement peintes dans le style des pèlerins.

Ensuite, j’ai parcouru les jolies petites rues de la partie basse du centre-ville, puis j’ai gravi la montagne jusqu’à la cathédrale. Ce n’est pas seulement une pente raide, mais une pente extrêmement raide. Ce n’est pas n’importe quelle pente, mais une pente très raide. Plusieurs personnes sont venues me demander s’ils pouvaient me pousser, mais je leur ai dit que je voulais essayer moi-même. Finalement, quelques personnes m’ont encouragé pendant toute la montée. Deux Néerlandais en particulier m’ont beaucoup aidé par leurs encouragements et leurs indications (je conduisais à reculons et j’ai parfois failli heurter les trottoirs sur les routes pavées et cahoteuses).

La montée a été terriblement difficile et j’ai dû changer de piles en cours de route, mais grâce à la positivité et aux encouragements, je suis arrivé au sommet. Là, j’ai visité la cathédrale et obtenu un timbre.

Les Hollandais m’ont invité à venir avec leur groupe de pèlerins, ils sont partis de Le-Puy avec un groupe de pèlerins.
Ils étaient dans le café Saint Jaques. C’était très confortable et après, le groupe m’a invité à les rejoindre pour le dîner.
même s’il était tard lorsque j’arrivais au camping, j’ai décidé de manger avec eux. j’ai pris une délicieuse salade au fromage bleu.
à la fin du repas, le groupe m’a donné ce repas en cadeau. (Merci encore si vous lisez ceci).


La nuit a commencé à tomber et il faisait déjà nuit quand je suis arrivé au camping.

c’était une journée magnifique et finalement difficile, mais je l’ai fait !

Maintenant, je vais dormir,
demain, j’écrirai un peu plus sur Le-Puy-en-Velay, puis j’explorerai la partie basse de la ville.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Dans le journal !

le 6 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Hier soir, j’étais tellement fatigué que j’ai oublié les nouvelles d’hier matin.

J’étais dans le journal ! Il y a quelques jours, tout à coup, un journaliste s’est tenu devant ma tente et m’a interviewé de manière très minimale en français. Je lui ai donné ma carte de visite, en espérant que cela lui donnerait les bonnes informations. J’ai remarqué qu’il trouvait mon lieu de résidence trop compliqué, alors pour des raisons de commodité, il l’a changé en Amsterdam. Mais malgré le fait que mon français est insuffisant pour tout lire, je remarque d’autres personnes que c’est un bon article. Par exemple, hier matin, je suis entré dans un magasin pour acheter une miche de pain et j’ai été reçu comme une célébrité et on m’a pris en photo. Après cela, je n’ai acheté que 2 journaux et une demi-baguette.

Voici l’article pour vous.

salutations

Pèlerin en fauteuil roulant


Dagje Le-Puy-en-Velay

le 6 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Bien que je ne voyage plus d’un endroit à l’autre, j’ai quand même vécu suffisamment d’expériences pour écrire quelque chose.

Aujourd’hui, j’ai visité Le-Puy-en-Velay.
Le-Puy-en-Velay a 3 points forts, littéralement au sommet des montagnes. C’est même dans le logo de la ville.
La cathédrale que j’ai escaladée hier, une chapelle spéciale et une statue de Marie qui se trouvent toutes deux au sommet d’une montagne. Les deux dernières ne peuvent être atteintes que par de très longs escaliers mais heureusement, je peux très bien les voir depuis le sol.

Hier, j’avais déjà visité la grande cathédrale et fait l’impasse sur la partie supérieure de la ville.

Après avoir dormi un peu plus que pendant mon pèlerinage (mais en fait toujours debout tôt), je me suis rendu à la gare dès le matin. Malheureusement, il est officiellement trop tard pour réserver un accompagnateur pour mon fauteuil roulant (3 jours avant le départ) mais la femme derrière le comptoir m’a dit qu’elle essaierait quand même, je dois juste m’assurer d’être à la gare demain au moins une demi-heure avant le départ. J’espère qu’elle a réussi car il y a pas mal de changements à faire.

Ensuite, j’ai fait quelques courses et je suis allée dans la partie basse du centre ville.
Le-Puy-en-Velay a un festival de la renaissance chaque année. Ils sont occupés à décorer l’endroit à l’avance.

.

Il y a aussi une boutique où l’on vend des vêtements de l’époque, mais elle était malheureusement fermée. (Les gens me disent souvent que je ne suis jamais photographiée, mais si vous regardez bien, vous pouvez me voir dans la fenêtre ci-dessous).


La dentelle est également une activité très importante dans cette ville : on trouve partout des robes en dentelle, mais aussi des objets plus modernes réalisés avec cette technique.
Hier, en allant à la cathédrale, j’ai rencontré un homme devant une boutique de dentelle qui faisait lui-même de la dentelle très joliment et rapidement. Didier Barry de www.lacebook.net (joli jeu de mots).
A la fin de la conversation, il m’a donné une pochette de lavande avec sur celle-ci une petite broderie de la statue de la Vierge à l’Enfant qui se dresse ici au sommet d’une montagne et le texte Le-Puy-en-Velay. Je l’ai accroché à mon sac pour l’instant. Un très beau souvenir.
Aujourd’hui, en me promenant dans la ville, je suis repassé devant cet endroit. Je lui ai parlé pendant qu’il faisait de la dentelle sur un ruban coloré, il le fait avec un certain nombre de couleurs différentes et un grand nombre de fuseaux, cela avait l’air très compliqué. Je l’ai regardé faire de la dentelle pendant un moment et j’ai pris quelques photos. J’ai également jeté un coup d’œil dans la boutique où il vend des robes en dentelle et du ruban en dentelle, mais aussi du matériel de dentelle et des coussins en dentelle qu’il fabrique lui-même en hiver.
(Je ne pense pas avoir écrit le mot “dentelle” autant de fois que dans ce texte).

Finalement, je suis rentré au camping, où je vais dormir tôt car je suis très fatigué et mon corps a été durement touché par la pente d’hier vers la cathédrale et mon genou me fait très mal (sur une pente inverse aussi raide, tout mon corps travaille, pas seulement mes bras).


J’espère avoir une bonne et longue nuit de sommeil ce soir, ce qui permettra à mon corps de se reposer.
Et puis demain, une longue journée avec les transports publics.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Terug in Taizé

le 7 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Juste un petit blog pour dire que j’ai fait un bon voyage mais que je suis maintenant extrêmement fatigué.

Je suis de retour à Taizé où se trouve ma voiture.

Je serai là jusqu’à dimanche.

D’ici là, je n’écrirai pas de blog quotidien (bien que je puisse faire un rapport plus détaillé sur le chemin du retour à Taizé dans les prochains jours), mais quand je rentrerai vraiment à la maison lundi, j’écrirai à nouveau des rapports.

Oh oui, en plus d’être dans le journal la dernière fois que j’étais (Je ne savais même pas qu’il s’agissait d’une interview lorsque la photo a été prise, j’ai donc dû encore une fois mal comprendre).

Vous pouvez trouver tous les articles de presse ici

Il est maintenant temps de se reposer.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Taizé et la première partie du voyage de retour.

le 13 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Enfin, un autre blog de ma part.
Vous avez déjà pu voir dans mon blog précédent que j’étais assez épuisée quand je suis arrivée à Taizé, et il m’a fallu un certain temps pour me remettre à fonctionner.
mais je suis de retour.

J’ai passé des jours formidables à Taizé. J’ai rencontré beaucoup de gens. J’ai eu beaucoup de bonnes conversations et j’ai apprécié la paix des célébrations. Quand je suis arrivé, j’ai dû m’habituer à l’agitation du lieu après tant de jours de repos, même s’il n’y avait que quelques centaines de personnes à Taizé, et que j’y suis déjà allé quand il y en avait des milliers. J’ai été autorisé à dormir dans ma cabane préférée, austère mais proche des toilettes et facilement accessible en fauteuil roulant.
Si vous voulez en savoir plus sur Taizé, j’ai beaucoup écrit sur le sujet l’année dernière, vous pouvez le trouver ici.

Hier, dans la matinée, j’ai tout remballé. Après le service religieux du matin, et après avoir dit au revoir à tout le monde, je suis parti. Pour le premier jour du voyage de retour, je n’avais prévu qu’un court trajet. J’ai conduit jusqu’à Paray-le-Monial.
En chemin, j’ai fait un petit arrêt chez les sœurs de Verosvres où j’ai séjourné l’année dernière. Ensuite, j’ai convenu à Paray-le-Monial de rendre visite aux personnes chez qui j’ai séjourné l’année dernière et d’y passer la nuit. C’était très agréable ! Ils m’ont également emmené faire un tour dans la région avec leur bus adapté et m’ont montré un très beau château.

Ce matin, il était temps de reprendre le chemin du retour. J’emporte toujours de la nourriture et des boissons françaises à la maison pour pouvoir garder un peu de France en moi de temps en temps pendant l’année. Aller dans un supermarché est toujours pour moi le moyen de connaître les habitudes alimentaires d’un pays.

En chemin, j’ai croisé plusieurs endroits où j’avais été pèlerin ces dernières années. c’est agréable à voir. j’ai traversé la bourgogne presque toute la journée, surtout la région du Morvan. mais maintenant, je suis au camping juste dans un coin de la Champagne-Ardennes.

je trouve toujours que c’est une belle région à parcourir à cheval. très diversifiée avec des bois, des prairies et des champs de tournesols, de chanvre, de maïs (fauché), de betteraves à sucre, etc.

Je suis maintenant dans un camping à Nogent-sur-Seine.
Je suis arrivé après le coucher du soleil et la réception du camping était déjà fermée. Malheureusement la barrière trop….. Heureusement, j’avais encore mes affaires bien emballées, je les ai déchargées et chargées sur mon fauteuil roulant, j’ai emprunté le sentier à côté de la barrière et j’ai choisi un endroit près des toilettes pour monter ma tente. Malheureusement, mon fauteuil roulant ne rentre pas dans le bâtiment des toilettes (avec des portes trop étroites), mais heureusement, mon fauteuil roulant (sans la roue avant, qui est dans la voiture) rentre exactement dans ma tente à l’avant. Maintenant, je suis toujours assis devant ma tente mais je vais bientôt y entrer, pour dormir mais aussi pour fermer la moustiquaire car je me fais manger par les moustiques, de très petits moustiques qui créent de très grosses bosses.

De ma tente, je peux voir deux énormes cheminées d’une centrale nucléaire, elle est très proche d’ici.

Maintenant, d’abord une bonne nuit de sommeil. Demain ou après-demain, j’écrirai la suite de mon voyage de retour.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant


Deuxième jour du voyage de retour

le 17 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

(oups, je pensais avoir posté ce blog mercredi matin, mais je ne découvre que maintenant que quelque chose s’est mal passé avec la publication, mon dernier blog suivra plus tard dans la journée).

La nuit d’avant-hier au camping, je me suis endormi rapidement et le matin, je me suis réveillé de bonne heure. Il faisait encore nuit mais j’ai décidé de commencer à faire mes bagages car il commençait à pleuvoir un peu et on prévoyait plus de pluie pour les prochaines heures. L’emballage s’est bien passé et, en une heure, tout était chargé sur mon fauteuil roulant et j’ai quitté le camping. La réception était toujours fermée et n’ouvrirait pas avant 9 heures, alors j’ai tout chargé dans la voiture et je suis parti.

Le soleil s’est levé quand je suis parti, malheureusement il était presque impossible de le voir car il y avait des nuages de pluie sombres partout dans le ciel. La pluie est restée toute la matinée, dans l’après-midi le temps est devenu plus sec mais toujours gris.

Au début du parcours, j’ai emprunté de jolies petites routes D, mais plus j’allais vers le nord et plus je me rapprochais de Paris, plus la circulation était dense et plus les routes devenaient larges.
Je préfère conduire sur de toutes petites routes qui serpentent à travers des petits villages, des hameaux et la nature et où je peux m’arrêter à tout moment si je le souhaite. Je m’arrête généralement dans les belles vieilles églises qui sont souvent ouvertes. Je suis frappé par le fait que dans le sud de la France, plus d’églises sont ouvertes que dans le nord.

Heureusement, je n’ai pas rencontré de véritables embouteillages, mais il m’est arrivé de rouler derrière des tracteurs et autres gros véhicules agricoles. Certaines étaient si grosses qu’elles occupaient deux voies de circulation et étaient escortées par d’autres voitures qui m’obligeaient à m’arrêter sur le bord du chemin.

En chemin, j’ai fait quelques courses (je vais manger de la nourriture française et faire mon propre pain français dans les mois à venir), non seulement au supermarché, mais aussi dans un petit magasin de ferme très sympathique où j’ai acheté de beaux gros ails ordinaires et fumés à la femme de l’agriculteur.

Je suis ensuite rapidement arrivé à mon adresse de couchage, juste au nord de Lille, presque à la frontière belge.

Cette fois, pas de camping mais une jolie petite maison, qui fait partie d’une ancienne ferme. Cette maison a été réservée par ma sœur. Elle vit en Angleterre et était venue en bateau via la France pour visiter ensuite les Pays-Bas. Très agréable de se revoir, surtout que cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas vus, environ un an, à cause de la couronne.

Aujourd’hui, je vais conduire jusqu’aux Pays-Bas, mais d’abord je vais me réveiller et prendre mon petit-déjeuner.

Je décrirai ma dernière étape demain.
Après cela, le voyage est terminé et ensuite (après le rapport d’aujourd’hui que j’écrirai probablement demain) j’écrirai bientôt un blog de clôture avec toutes sortes d’autres faits et chiffres de mon voyage (kilomètres, coûts, etc.).
Si vous voulez savoir quand j’écris ceci, vous pouvez vous abonner à ma newsletter. Vous pouvez le faire sur la page d’accueil ou ici.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Troisième jour de voyage et retour à la maison

le 18 septembre 2021 par wheelchair pilgrim

Je suis de retour à la maison. Je suis arrivé tard mercredi soir.
Mais d’abord, je vais vous raconter comment s’est déroulée la dernière journée de voyage.

Dans la jolie vieille maison où nous avons dormi, il y avait des plafonds en briques très inhabituels, chaque pièce ayant un motif différent.


Nous sommes d’abord allés au village de Komen (Comines). Ici, nous avons jeté un coup d’œil à l’église. À première vue, elle ressemble à une mosquée avec un minaret.

À l’intérieur, il semble également y avoir des influences orientales avec toutes les belles petites tuiles, un type spécial de dôme et une forme spéciale des fenêtres. Mais dans les magnifiques vitraux colorés, on trouve de belles images chrétiennes.

J’ai également trouvé la chaire, l’autel, les statues et les lampes très spéciaux. Différent de la plupart des églises françaises. Dans la région où j’ai roulé cette année, la plupart des églises dataient du 11e au 15e siècle et les quelques églises du 18e ou du 19e siècle étaient déjà un peu récentes.
Cette église a été construite dans les années 1920 car de nombreuses églises ont été détruites pendant la première guerre mondiale. Dans les années 20, ils ont reconstruit ces églises dans des styles parfois particuliers. J’ai rencontré plusieurs églises particulières dans le nord de la France qui ont été construites dans l’entre-deux-guerres, souvent dans le style Art déco.

Après l’église, nous avons quitté la France. Puis nous sommes allés en Belgique, à Courtrai. Nous y avons visité le musée du lin.
C’était très agréable de voir ce qu’on peut faire avec le lin. Beaucoup de choses m’étaient familières, comme les vêtements en lin et les chapeaux en dentelle.

Mais je ne m’attendais pas à ce que les gens fassent et fabriquent beaucoup d’autres choses avec le lin (un ukulélé), ou du moins je n’y avais pas pensé (peinture, panneaux de particules, aliments pour bétail, matériau d’isolation).

Le musée exposait également toutes sortes de lin non transformé et semi-transformé.
Et les machines avec lesquelles il a été/est traité.

Après le musée, il était temps de rentrer à la maison.

J’étais très fatigué et j’ai dû me reposer beaucoup en chemin. Je ne suis arrivé chez mes parents que vers 21h30 pour récupérer mon fils et vers 22h30 j’étais à la maison. Complètement épuisé mais satisfait de ce voyage. La prochaine fois, je devrai me reposer beaucoup, mais la fatigue en vaut la peine et je peux me remémorer un pèlerinage très spécial.

Dans un avenir proche, je trierai à nouveau tous les chiffres et j’écrirai alors un blog de clôture.
L’année prochaine, on recommence.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, vous pouvez vous inscrire à la newsletter, qui vous tiendra informé de la publication d’un nouveau blog. Vous pouvez vous abonner sur la page d’accueil (en bas).

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant


Pèlerinage 2021, conclusion

le 4 octobre 2021 par wheelchair pilgrim

Comme promis, voici enfin le blog de conclusion. La fin du pèlerinage 2021.
En bas, toutes les conclusions, distances et montants de ce beau voyage.

Mais d’abord quelques nouvelles. En outre, j’ai été publié dans deux journaux français et j’ai été contacté par Johanna Kroon. Elle fait des podcasts sur les pèlerins. Il y a quelques jours, elle m’a rendu visite à mon domicile et nous avons eu une conversation/interview qui a été enregistrée. Elle a elle-même été pèlerine, ce qui a permis d’avoir une conversation agréable en dehors des enregistrements.

Vous pouvez écouter mon histoire maintenant dans Camino NL, sur Spotify et via les podcasts d’Apple.
et vous pouvez également le trouver ici https://camino.buzzsprout.com/1203329/9302621-laura-feenstra-de-rolstoelpelgrim

J’ai également reçu un courriel d’un enseignant de mon école primaire. Il avait entendu parler de mon pèlerinage par mes parents et voulait publier un de mes blogs, celui que j’ai écrit l’année dernière sur Taizé, dans le magazine de l’église.
Vous pouvez lire l’article sous la rubrique “le pèlerin en fauteuil roulant dans d’autres médias”, où vous trouverez également toutes les interviews/articles de presse précédents qui ont été réalisés à mon sujet.


Les statistiques

Et maintenant, tous les chiffres de ce voyage.
Vous trouverez ci-dessous mon parcours avec les étapes et les distances :

Voyage (voiture)
17 août 1er jour de voyage Alphen – Revin 330km
Août 18 2ème jour de voyage Revin – Vitteaux 316km
19 août 3e jour de voyage Vitteaux – Taizé 123km

pelgrimage

20 Août 1  Taizé – Cluny 11,43 km
21 Août 2 Cluny – Saint Jacques des arrets 28 km
22 Août 3 Saint Jacques des arrêts – col du crie 10.04 km
23 Août 4 Col du crie – propieres 18,14 km
24 Août 5 Propieres – Charlieu camping municipal 24,3 km
25 Août 6 Charlieu – Roanne/Mably 23,24km
26 Août 7 Mably – Saint Jodard 27,99km
27 Août 8 Saint Jodard – Pommiers 16,10km
28 Août 9 Pommiers – Boen 16,14km
29 Août 10 Boen – Montbrisson 29,89km
30 Août 11 Montbrisson – Margarie chantagret 10,72km
31 Août 12 Margarie chantagret – Marols/la citre   12,04 km
1 Septembre 13 la citre – Estivareilles 11,49
2 Septembre 14 Estivareilles  retournac 33,47km
3 Septembre 15 retournac – Vorey sur arzon 15,23km  
4 Septembre 16 vorey sur arzon – Lavoute-sur-Loire 15,83km
5 Septembre 17 Lavoute-sur-Loire – le puy 23,50km
6 Septembre dagje le puy 15,46

dinsdag 7 Septembre. trein le puy, saint etienne lyon mâcon. auto naar taize 4,70km in Le-Puy-en-Velay gerold, camping naar station.
7 tot 12 september Taize (geen echte afstand, alleen van barrak naar etenstent en kerk)

taize 2020

retour au domicile

12 Septembre Taize – Paray-le Monial 51km
13 Septembre Paray-le-Monial – Villiers aux choux 271km
14 Septembre Villiers – les hirondelles 239km
15 Septembre Les hirondelles – huis. 240km

Nombre total de kilomètres de pèlerinage : 327,55km.
Moyenne par jour 19,27km
Et les étapes les plus courtes étaient les plus difficiles. C’était un voyage plus difficile physiquement que les années précédentes, avec plus de montagnes escarpées.

Total des kilomètres en voiture : aller 769 + retour 801 = 1570km

coûts pour la nuitée

20 Août, jour de pèlerinage 1  Cluny camping municipal €8,80
21 Août, jour de pèlerinage 2 Saint Jacques des arrets, camping municipal € 6,22
22 Août, jour de pèlerinage 3 col du crie (gelogeerd bij een geitenboer) vrije gift €10
23 Août, jour de pèlerinage 4 propieres camping municipal €6,22
24 Août, jour de pèlerinage 5 Charlieu camping municipal €11,80
25 Août, jour de voyage 6 Roanne/Mably bij mensen thuis uitgenodigd, onbetaalbaar
26 Août, jour de pèlerinage 7 Saint Jodard Broeders van st. Jan, onbetaalbaar
27 Août, jour de pèlerinage 8 Pommiers camping de l’aix €13,30
28 Août, jour de pèlerinage 9 Boen camping de L’orangerie domaine de giraud €10,65
29 Août, jour de pèlerinage 10 Montbrisson, bij mensen thuis, tegenover zusters, onbetaalbaar
30 Août, jour de pèlerinage 11 Margarie chantagret bij mensen thuis vrije gift €10
31 Août, jour de pèlerinage 12 la citre, bij mensen thuis, onbetaalbaar
1 Septembre, jour de pèlerinage 13 Estivareilles camping 5,20
2 Septembre, jour de pèlerinage 14 Retournac camping municipal, geen betaal mogelijkheid
3 Septembre, jour de pèlerinage 15 Vorey sur arzon €12  
4 Septembre, jour de pèlerinage 16 Lavoute-sur-Loire camping les ombrelles €13,50
5 Septembre, jour de pèlerinage 17 le puy €8
6 Septembre, jour de pèlerinage 18 jour le puy €8

Coût total des nuitées : 123,69 euros
Moyenne de 6,87 pour le sommeil

Shopping

Total : 50,03 € dépensés dans les supermarchés et les boulangeries.
Moyenne par jour €2,77
J’avais également apporté quelques petites choses de chez moi, notamment du couscous complet et des fruits secs.
En chemin, j’ai reçu beaucoup de nourriture, par exemple les gens où je logeais m’ont offert un grand déjeuner. Parfois, je pourrais en manger pendant 2 jours (je ne mange pas autant) ! Et quand je dormais chez les gens, ils me donnaient de délicieux dîners de 3 à 4 plats, ils pensaient souvent que c’était de la nourriture simple, mais pour moi c’était un repas très luxueux. Et en chemin, j’ai souvent trouvé de beaux fruits, notamment les mûres qui étaient très bonnes cette année, j’ai dû en cueillir/manger des kilos pendant mon pèlerinage !

Coût total du pèlerinage :
123,69 € pour le logement
50,03 € pour la nourriture
173,72 € Total
Coût moyen (pendant le pèlerinage) €8,90


Frais de voyage aller-retour
Nuitée :
17 août 1er jour de voyage Revin camping municipal €8.24
18 août 2ème jour de Vitteaux €7,33
19 août 3e jour de voyage 1 nuit Taizé €20

Du 7 au 12 septembre Taize 90
12 septembre Taize Paray-le Monial 51km resté, inestimable
13 septembre Paray-le-Monial à Villiers aux choux (camping) pas d’option payante
14 septembre Villiers aux Hirondelles (près de lille) cadeau de la soeur
15 septembre Les Hirondelles rentrent chez elles.

Coût total des nuits aller/retour et de Taizé :
aller-retour 35 € + Taizé 90 € = 125 €.

Frais de voyage :
di 7 sept train le puy, saint etienne lyon mâcon. environ 35 euro, je ne trouve pas mon billet pour le prix exact.

Consommation 5,1 litres par 100km, soit environ 80 litres d’essence. En moyenne, j’ai payé 1,50 pour l’essence (ravitaillement en France et en Belgique). Le coût était de 120 euros pour l’essence.

La nourriture consistait en ce que j’avais apporté de la maison. et au retour ce qui restait du voyage. les coûts sont donc difficiles à déterminer.

Coût du voyage de retour :
35 € de sommeil + 35 € de train + 120 € d’essence = 190 €.

Coût total du voyage

pèlerinage €173.72
Taizé €90
Voyage aller-retour 190 euros
Total de 453,72 € pour 30 jours.
moyenne de 15,12 par jour

Pendant le pèlerinage, je payais 8,90 euros par jour (en moyenne), mais à cause du voyage aller (23,75 euros par jour en moyenne) et de Taizé (18 euros par jour), ce montant est passé à plus de 15 euros par jour en moyenne.

Si j’avais pris le flixbus (ce qui n’est pas idéal avec Corona, et les lieux étaient difficiles à atteindre avec le flixbus), je n’aurais dépensé que 40-60 euros pour le voyage au lieu de 190 euros. Mais d’un autre côté, j’aurais eu une lourde journée de voyage dans un bus et maintenant les jours de voyage aller-retour m’ont semblé être une sorte de mini-vacances. Au final, je suis heureux d’avoir choisi cette option.

Fin

C’était la fin de ce pèlerinage.

Ce fut un très beau voyage.
De nombreux points forts. Qui, par coïncidence, étaient aussi souvent des points forts littéraux.
1 point fort : j’ai failli échouer sur une montagne, j’étais à environ 1100 mètres et ma batterie était presque vide. je n’arriverais certainement pas jusqu’au camping. mais quand la batterie était presque vide, je suis arrivé dans un petit hameau où j’ai rencontré des gens et où j’ai pu rester. une belle soirée. vous pouvez trouver le blog ici.

Un autre moment fort a été la montée à la cathédrale de Le-Puy-en-Velay. Très dur mais je suis très heureux de l’avoir fait (même si mon genou me pose encore quelques problèmes, mais il guérira avec le temps). Les encouragements pendant la montée m’ont fait chaud au cœur. merci ! vous pouvez lire ce blog ici

Je pourrais mentionner beaucoup d’autres belles rencontres, et des moments de paix et de tranquillité, mais le blog serait alors trop long. N’hésitez pas à relire mes anciens messages.

Avant de terminer, je voudrais remercier tout le monde d’avoir lu. Et surtout pour tous les messages gentils que j’ai reçus en cours de route via ce site web, le courrier électronique, facebook ou instagram.
Dans les moments difficiles (par exemple pendant une pause sur une pente difficile), je les lisais et ils me donnaient le courage de continuer.
J’espère que vous continuerez à me suivre car l’année prochaine, je reprendrai mon voyage.

A partir de maintenant, il est temps de préparer le prochain voyage.
Ce sera probablement Le-Puy-en-Velay à Rocamadour.

Ceux qui ne se sont pas encore inscrits à ma newsletter peuvent le faire via la page d’accueil. Vous serez alors automatiquement averti lorsque je publierai quelque chose de nouveau sur le blog.

Salutations,
Pèlerin en fauteuil roulant.


C’était mon voyage de 2021, la suite, et tous les préparatifs peuvent être lus sur le Blog.


1 réflexion au sujet de « 2021 Taizé a Le Puy-en-Velay »

  1. Bonsoir Laura
    je viens de voir ton blog sur l’ARA de la Loire il est magnifique.
    Le 2 septembre c’est moi qui t’ai abordé à la sortie de la boulangerie d’Estivareilles. J’ai tout de suite compris que tu faisais Compostelle, je l’ai dis à ceux qui étaient avec moi et t’avons attendu sortir du magasin pour te parler et t’encourager. J’ai fais Compostelle en 2014 en vtt , en 2016 j’ai accompagner des PMR en fauteuils roulant, en 2019 j’ai fait à pied jusqu’ a St Jean Pied de Port. Cette année puisque la situation s’arrange au point de vue covid je pense aller jusqu’à Santiago , j’irai même jusqu’à Fistera.
    Bravo pour ce que tu fais, c’est un beaucoup de courage.
    Jean Paul Bard

    Reply

Laisser un commentaire

Instagram
RSS