2017 Den Bosch à Maastricht

10 septembre 2017 – Encore sur la route. De Den Bosch à Helvoirt / Emmaüs.

Aujourd’hui c’est le jour. Le début de la deuxième étape à Santiago. Ce matin avant le départ, j’ai eu une fête de famille sur le thème des voyages et de la confiance en Dieu. C’était donc tout à fait approprié.

Après le déjeuner conjoint avec les gens de la fête de famille, je suis parti sur la route.
Mon objectif pour la journée était de Den Bosch à Helvoirt / Emmaüs où j’avais réservé une nuit.
Au lieu de l’itinéraire de marche officiel via le chemin des pèlerins, j’ai décidé de rouler par des jonctions. Le sentier des pèlerins et les autres itinéraires empruntent trop souvent des chemins non pavés, des pâturages et des allées cavalières. Alors maintenant, je ferme ma propre route. Vers 3 h 30, je suis parti en train pour Den Bosch. Et une heure plus tard, je suis descendu du train.
Premier rouleau à travers la ville. Bientôt, j’ai vu un monastère de Minderbroeder Kapucijners. Il se trouve qu’il y a quelqu’un juste à l’extérieur pour qui j’ai demandé un timbre dans mon passeport de pèlerin. Et ils avaient ça, le premier timbre de ce voyage est à l’intérieur! Puis j’ai encore roulé.

L’itinéraire aujourd’hui était assez varié. Première ville, puis forêt, prairies et lacs. Quand je suis arrivé à Emmaüs, j’ai eu une belle chambre qui était également très accessible avec mon fauteuil roulant. J’y ai été gâté avec un morceau de chocolat dans ma chambre et je peux aussi prendre mon petit déjeuner ici et prendre un panier-repas. Il y a une cuisine commune que je peux utiliser pour tout préparer.

Maintenant, je suis dans ma chambre et je vais donc boire un verre puis dormir tôt parce que je veux partir assez tôt le matin parce que je veux rouler environ 30 km vers Vessem.

C’était un court mais bon voyage. Aujourd’hui, j’ai parcouru environ 13 km.

Demain j’espère poster un nouveau message.

11 septembre 2017 – Le deuxième jour. Helvoirt à Vessem.

 

La nuit dernière, j’ai bien dormi à Emmaüs. Vers 7 heures du matin, mon réveil et moi avons tout préparé et pris un bon petit-déjeuner. J’ai été autorisé à préparer moi-même mon petit-déjeuner, tout ce dont j’avais besoin était dans la cuisine.

 

8h00, je suis allé à la messe et je me suis préparé pour le départ. J’étais de nouveau sur mon chemin vers 9h15. La première partie était la même qu’hier, mais l’inverse était de revenir sur la route. À Helvoirt, l’église était ouverte et j’étais dans la chapelle depuis un moment. Le reste de l’église, je ne pouvais voir qu’à travers le verre. Il n’y avait personne dans l’église non plus, mais j’avais déjà vu des personnes travailler dans le jardin en dehors du jardin. Je leur ai demandé un timbre et après une brève perquisition, ils ont trouvé quelqu’un avec un timbre. Nous avons commencé à parler de mon voyage et j’ai remarqué que je suis passé hier devant Vucht, mais qu’aucune église n’était ouverte à ce moment-là. Elle avait de bonnes nouvelles à l’époque, car le cachet de Vucht était à Helvoirt, alors j’ai bien compris.

 

Puis j’ai roulé à nouveau à travers la santé de Kampinase. Une très belle région de bruyères et la bruyère était également en fleurs et tout était magnifique pourpre. Dans l’intervalle aussi régulièrement mangé des mûres délicieuses. La plupart étaient encore rouges mais il y en avait de noirs, savoureux! En chemin, nous nous sommes arrêtés dans un camping pour aller aux toilettes. il y a eu une belle conversation avec 2 personnes venues de Zwammerdam. Puis via Spoordonk et le domaine Baest, direction Oostelbeers. Malheureusement, l’église avait changé dans un café. Puis nous avons traversé le ventre de la bruyère (bien que ce soit plus de forêt que de bruyère) jusqu’à Vessem. Là j’ai vite trouvé la ferme de pèlerinage.

 

Nous sommes maintenant avec 4 pèlerins au total (dont 2 bénévoles dans cette ferme de pèlerinage, il y a donc un invité à côté de moi).

 

Savouré très confortable ce soir, entendu beaucoup de belles histoires de pèlerins. Et bien sûr, j’ai encore un tampon! Mon fauteuil roulant est de retour sur le courant pour pouvoir continuer demain. Après plus de 35 km, ma batterie est vide.

les chambres ne sont malheureusement pas accessibles aux fauteuils roulants ici, elles sont au-dessus, mais heureusement je peux toujours avoir ces escaliers.

 

Demain encore. J’espère rouler vers Achel, mais demain je dois demander un endroit où dormir avant de déterminer l’itinéraire exact. Je vais à Weert, mais je ne vais certainement pas rouler aussi loin demain.

 

Maintenant, dors d’abord.

12 septembre 2017 – Troisième jour, Vessem – Achel

 

La nuit dernière, j’ai bien dormi, même si j’avais très froid en premier. Heureusement, j’ai rapidement trouvé une couverture supplémentaire et dormi rapidement. Ce matin nous avons déjeuné avec les autres pèlerins. Puis je me suis installé et j’ai acheté un passeport de pèlerin supplémentaire pour mon départ, mais cette semaine, j’en aurai assez de mon passeport actuel.

Ensuite, il était temps de partir et, avec 1 autre pèlerin, je me suis dirigé vers le Jacobushoeve. J’y ai bu une tasse de thé et l’autre pèlerin était déjà en route pour Via Monastica. C’était amusant à Jacobushoeve, il y avait beaucoup de personnes âgées qui étaient curieuses de mon voyage.

Vers 10 heures, je suis vraiment parti. D’abord, je suis allé à Steensel, j’espérais pouvoir acheter quelque chose à manger pour le déjeuner. Malheureusement, il n’y avait pas de supermarché ou quoi que ce soit d’autre où je pourrais trouver de la nourriture. Une femme sur le chemin a demandé dans quel village se trouve un supermarché, car la plupart des villages ici n’ont rien. Heureusement, elle m’a dit que le village voisin, Riethoven, avait un petit supermarché. J’ai déjeuné là-bas. 2 rouleaux et un morceau de fromage de chèvre provenant d’une ferme du village.

En chemin, nous avons cherché un endroit pour manger. Mais si quelque chose se passe, il doit aussi y avoir quelque chose de dehors… C’est parfois assez difficile quand il n’y a pas de restaurants ou de magasins et que de la nature. Heureusement, j’ai trouvé un bon restaurant ouvert à Westerhoven. Ensuite, je pourrais me détendre à nouveau. La route que j’ai parcourue aujourd’hui est généralement principalement au moyen de panneaux de jonction, mais elle a aussi été partiellement empruntée par le chemin du Pèlerin, puis il est agréable de la suivre en partie. Malheureusement, cela n’est pas toujours possible en raison de son accessibilité.

Aujourd’hui, la route passait par des cultures arables, de nombreux champs d’asperges et de nombreux producteurs de fraises, chez l’un des agriculteurs où j’ai acheté une boîte de fraises, c’est bien! Il était souvent difficile de trouver le chemin, il y avait tous les numéros de jonction sur les panneaux qui ne figuraient pas sur ma carte. Heureusement, j’ai finalement trouvé un panneau d’information et j’ai pu noter les numéros manquants sur ma carte afin de pouvoir retrouver le chemin rapidement.

Puis direction Borkel et Schaft. Où un moulin se tenait sans lames.

Et puis je suis arrivé vers 17h00 à Achelsekluis, un monastère immense et ancien. Malheureusement, le magasin vient de fermer. Sur le panneau d’information devant l’entrée, il y avait une messe à 17h30. Malheureusement, dans le premier cas, cela n’a pas fonctionné. La porte de la chapelle était fermée. La sonnerie n’a pas aidé. Heureusement, quelqu’un est venu plus tard pour aider à la messe et il connaissait une autre cloche que le frère avait entendue. Je suis allé à la messe, il n’y avait que 2 frères vivant dans cet immense monastère. Nous étions avec 4 personnes dans la masse (y compris les frères)

Après la messe, j’ai reçu un tampon de mon frère qui a également ouvert la porte de mon passeport de pèlerin. J’ai également eu une brève conversation avec le frère. Il a dit qu’il y aurait bientôt de nouveaux frères d’un autre ordre monastique de l’étranger, dans l’espoir que cela permettrait de garantir que le coffre-fort d’Achel puisse continuer d’exister. continue à vivre aussi longtemps qu’ils vivent.

Ensuite, il était temps d’aller chez moi pour la nuit.

 

Malheureusement, c’était un problème pour trouver mon logement. Là, je pensais être sur la bonne piste mais je me suis engagé dans la mauvaise direction. Je n’ai fait que 2 km plus tard, puis 2 km ont été autorisés sur le chemin de terre. que j’avais pris une mauvaise route parce que 2 routes avaient le même nom, 1 route aux Pays-Bas et 1 route en Belgique, je devais avoir le Belge mais j’avais l’adresse néerlandaise. Presque une heure plus tard que prévu, je suis quand même arrivé.

 

Grâce à des amis à vélo, je dors à Achel avec des gens dans une (grande) maison. Je dors ici au premier étage, mais je peux me garer et me recharger en fauteuil roulant. J’ai une belle chambre spacieuse, une salle de bain privée et il y a aussi une sorte de salon mais je ne l’ai pas utilisé. Après la douche, j’ai planifié mon itinéraire pour demain et je me suis endormi. Demain je vais à Weert. J’espère que ce n’est pas si grave car les prévisions ne sont pas très positives.

Mais jusqu’à présent je suis resté presque sec. J’espère donc pour le mieux.

 

A demain.

jour 4

 

13 septembre 2017 – Achel à Weert

 

Ce matin, après un délicieux petit-déjeuner, je suis parti de chez mes amis à vélo chez Achel. Je roulai d’abord dans le centre d’Achel et vis l’église ouverte. Je suis entré (fauteuil roulant devant la porte car il y avait 2 marches) et je me suis rendu au sacrastie où 2 personnes étaient présentes et m’ont donné un cachet. Puis roulé à Hamont. Là aussi, l’église était ouverte mais personne n’était là. Au moment où je voulais partir, un groupe est entré. Dont une personne appartenait à cette église. Il a fait une tournée du groupe et m’a dit que je pouvais l’écouter, et c’est ce que j’ai fait. C’était bien d’entendre des détails d’objets que je n’avais pas vus moi-même. Par exemple, il y avait une statue du 13ème siècle et un énorme manteau pour le prêtre de la même époque. Il a également écrit quelque chose dans le passeport de mon pèlerin faute de tampon. Après la tournée, je suis reparti. Bientôt, je suis allé à la frontière et je suis rentré aux Pays-Bas. Près du poste frontière, je cherchais toujours une géocache (chasse au trésor via GPS), mais malheureusement, la cache était absente et je n’ai trouvé qu’un tube vide où il aurait dû être.

 

Aujourd’hui, la route était très variée, non seulement en termes de nature, mais également en termes de routes. Parfois, je conduisais sur les plus beaux chemins forestiers, non pavés et sans voiture à entendre, uniquement de beaux sons naturels, mais aussi sur des routes où il n’y avait qu’une piste cyclable. à côté de / sur assis et pas de sentier. Après beaucoup de roulage à travers une zone agricole et plus tard par un terrain d’entraînement militaire qui ne devait être remarqué que par les pancartes qui se trouvaient là. Sinon, c’était une belle forêt et beaucoup de bruyère. À Weert, j’avais environ 15h30 et je n’avais accepté mon lieu de sommeil qu’entre 18 et 19 heures. J’ai donc commencé à explorer Weert. Je suis d’abord allé à l’église, mais malheureusement, j’étais proche après cela. Je suis allé chercher un tampon chez les sœurs Birgitinessen. Après cela, j’ai fait quelques achats supplémentaires afin d’avoir de la nourriture en réserve lors de vos déplacements.

Le temps était extrêmement orageux mais sec. Mais quelques gouttes ont été ressenties et j’avais du vent, alors parfois même je roulais des morceaux sous l’effet du vent. Le ciel était très beau et j’ai aussi vu un arc-en-ciel dans le ciel. J’ai aussi rencontré un écureuil. Malheureusement, il ne voulait pas être net sur la photo. Mais j’aime toujours voir ces animaux.

Maintenant, je reste chez des amis à bicyclette au sud de Weert. Cette fois, j’ai un abri de jardin. Cela semble petit, mais ce jardin abri et plus grand que ma propre maison. Avec une grande salle de bain avec baignoire et douche, une grande cuisine ouverte et 2 chambres à coucher.

 

Demain à Roermond.

14 septembre – Jour 5 Weert à Roermond

Ce matin, nous nous sommes levés vers sept heures et demie et avons fait nos bagages. Nous avons ensuite pris un bon petit-déjeuner avec des œufs brouillés, du pain, des fruits et du jus de fruits. Et j’ai un autre paquet, un sandwich avec du fromage et des mandarines. Ensuite, il était temps de reprendre la piste, il était juste avant 9 heures lorsque je me suis éloigné.

Bientôt, j’ai trouvé le bon croisement et je suis de nouveau sur la route. Un peu plus tard, une femme a promené un chien et lorsque je l’ai rattrapée, nous avons eu une conversation très agréable et avons également rencontré de nombreuses connaissances communes. Alors le monde est petit quand même. Après un peu de marche ensemble, nous sommes tous les deux partis d’une manière différente et j’ai roulé tranquillement à nouveau.

Le temps n’était pas si mauvais, il y avait une baisse de temps en temps mais ce n’était pas plus.

Vers 12 heures, je suis arrivé à Kelpen-Oler où je suis allé rendre visite à Marion. Était très confortable. Mon fauteuil roulant avait également quelques heures de puissance là-bas, donc c’était bien aussi. Mon fauteuil roulant coule et je me flatte, comme au Limbourg!

Vers 14h30, je suis reparti, quand je suis parti, il faisait encore sec, mais une fois sur mon chemin, il a commencé à pleuvoir rapidement.

À Kelpen-Oler, je passais toujours devant l’église, je ne pouvais pas y entrer moi-même et sonnais au presbytère. Il y avait un homme présent qui pourrait me donner un tampon sur mon passeport.

Là encore, il a plu de plus en plus fort. Arrivé à Horn, la cuisson venait du ciel, mon pantalon de pluie commençait à couler et le pire était que la roue de mon fauteuil roulant commençait à émettre un bip sonore, un message d’erreur à cause de la pluie … heureusement, il y avait un supermarché où je pouvais abri. Je suis entré comme un chat noyé. J’ai d’abord traversé discrètement le magasin lorsqu’un employé m’a parlé. Je leur ai vite dit que je ne venais acheter que des sacs poubelles pour rester au sec et que je devais encore aller à Roermond. Elle m’a demandé si je voulais une tasse de thé pour me réchauffer et bien sûr, j’en ai été très contente. Pour que je puisse me réchauffer un peu et me sécher. (Au personnel du supermarché de Horn, si vous lisez ceci, merci encore).

 

Après un certain temps, je suis retourné sous la pluie et je voulais aussi terminer cette journée. Remettez-vous sur les rails rapidement et roulez sous la pluie. Bientôt, j’ai vu les clochers de Roermond, de nombreux ponts au-dessus de l’eau, puis j’étais là. J’ai d’abord visité la cathédrale. Quand j’étais à Vessem, j’ai entendu parler du refugio (lieu de pèlerinage) dans les catacombes de la cathédrale et je voulais y passer la nuit. Mais je savais déjà que je devais récupérer la clé à l’hôtel du théâtre, un hôtel chic où j’allais à mi-chemin (pleuvoir à travers mon vêtement de pluie, mouillé à mon sous-vêtement et enveloppé dans des sacs à ordures roulés. Quand je m’ai dit un pèlerin, j’ai eu les clefs, payé 5 euros et donné mon passeport de pèlerin en guise de caution pour pouvoir ensuite retourner à la cathédrale.

Par la porte arrière, je pouvais entrer avec les clés. Même si je devais d’abord lever mon fauteuil roulant de quelques marches supplémentaires. Heureusement, j’ai réussi (avec une volonté suffisante) et j’ai pu aller à l’intérieur. Sous le porche, je pouvais garer ma chaise et je descendis moi-même.

Quel bel endroit, une sorte de grand salon avec toutes les portes sur un mur. J’étais très curieux de savoir ce qu’il y avait dedans et quand j’ai ouvert une porte, le lit est apparu! Idéal Je dors seul dans ces belles catacombes de la cathédrale ce soir. Cependant, il y a un bon livre plein d’histoires d’autres pèlerins que je vais lire tranquillement ce soir et écrire une nouvelle pièce pour les pèlerins qui restent à venir. Il y a aussi une petite cuisine où je pourrais transformer mon pain de midi au fromage en pain grillé et en une bonne tasse de soupe bien chaude. De cette façon, j’ai aussi pu me réchauffer. Parce que j’étais assez engourdi après toute cette pluie. Ce jour plein de pluie et un endroit spécial pour dormir est une expérience agréable. Bien que pas accessible en fauteuil roulant (mais heureusement pour moi, juste assez accessible, bien que je puisse difficilement avoir ma place à l’intérieur), mais cela en vaut vraiment la peine.

 

Demain à Sittard. Le lieu de sommeil a déjà été arrangé et je vais dormir avec les sœurs carmélites.

15 septembre 2017 – Jour 6 Roermond à Sittard

 

Ce matin j’avais mis mon réveil vers 8h30. En peluche et ramené à mon fauteuil roulant.

 

Vers 8h30, je suis reparti. Juste à ce moment-là, un homme de l’église m’a aidé à sortir mon fauteuil roulant des escaliers. C’était donc très bien. Puis rapidement à l’hôtel où je devais remettre les clés afin que je récupère mon passeport de pèlerin. Cela s’est très bien passé. et ensuite, j’étais à l’heure au Munsterkerk où la messe a commencé à 9 heures. Après la messe, j’ai demandé un timbre au sacristain et cela a été avec mon passeport à la Sainte-Cène. Le prêtre est venu ramener le passeport, nous avons eu une très bonne conversation à propos de mon pèlerinage et de son sermon. À la fin, il m’a donné la bénédiction du pèlerin. Ensuite, je suis allé sur la route, il a fallu un certain temps avant de trouver le croisement, mais à la fin j’ai trouvé le panneau et j’ai poursuivi ma route. À un moment où je suis tombé sur une église à nouveau, j’ai vérifié un instant si la chapelle était ouverte. Et cela s’est avéré bien au-delà des attentes. C’était un lieu de pèlerinage. la chapelle dans le sable, voici une statue de la Vierge Marie du 15ème siècle et un couloir entièrement carrelé de tuiles avec des textes de prières d’action de grâce. Pour plus d’infos cliquez ici

Après avoir regardé autour de moi et bien sûr demandé un timbre, j’ai roulé à nouveau.

 

Je suis passé par le village Sint Odiliënberg, où j’ai vu une très belle église. Et en plus, un monastère a été trouvé pour s’asseoir. Prieur Thabor, Canonesses du Saint-Sépulcre. J’ai appelé à 12h00 (heure à laquelle vous n’avez pas à appeler des monastères à cause de la prière de l’ange et de l’après-midi, mais je ne voulais pas y aller sans tampon) et l’ouverture a été ouverte. Ils n’avaient pas encore commencé à prier et j’ai reçu un tampon et j’ai été invité à prier. Alors je suis allé à la chapelle. Il y avait aussi un autre visiteur mais je n’y ai pas prêté beaucoup d’attention. Quand j’ai quitté la chapelle, elle m’a été adressée et je l’ai reconnue après avoir célébré une conférence de vacances. Si agréable de voir tout à coup un ami. Les sœurs m’avaient aussi invité à participer, mais je n’avais pas le temps et je devais passer à autre chose rapidement. Et alors je suis encore allé sur la route. Je continuai mon chemin vers le village de Maria Hope. Sur le chemin, il était temps d’aller aux toilettes, mais tous les magasins et restaurants étaient proches ou absents. Et aussi pas d’arbres derrière lesquels se cacher, juste des prairies et des cultures arables ou des résidences. Dans Maria Hoop, j’ai vu une maison avec un grand autobus pour fauteuil roulant et j’ai décidé de mettre ses chaussures coquines. J’ai appelé et demandé si je pouvais utiliser les toilettes pour handicapés. Ce n’était bien sûr pas un problème et j’ai eu une conversation agréable en plus d’une vessie vide.

 

Pour que je puisse continuer à rouler tranquillement. Finalement, j’ai traversé l’Allemagne via Havert et Tüddern. À Havert, il a commencé à pleuvoir. J’avais déjà eu un peu de pluie aujourd’hui, mais c’était toujours très mauvais, il avait même eu un ciel bleu, mais maintenant il est tombé à nouveau avec une cuisson du ciel. Heureusement, cela n’a pas duré très longtemps et plus d’une demi-heure plus tard, il était presque sec à nouveau. Mais ces sacs poubelles que j’avais achetés hier étaient un bon achat et me gardaient au sec.

À Tüddern, je me suis nourri de fruits et de fruits pour ce soir et demain sur la route, puis je suis rapidement arrivé à Sittard. Là j’ai vite trouvé les Soeurs Carmélites du Sacré Cœur de Jésus. J’ai été chaleureusement accueillie, la sœur qui l’a ouverte savait déjà que j’avais fini et elle m’a rapidement montré ma chambre et m’a emmenée à la salle à manger pour le dîner. Un bon repas de pain.

 

En attendant, je me couche au lit pendant que j’écris ceci et je m’endors comme ça.

 

Demain encore.

16 septembre 2017 – Jour 7, Sittard – Maastricht. le dernier jour de cette partie de mon pèlerinage

 

Aujourd’hui, un petit message tardif à propos d’hier. Je suis de retour à la maison maintenant.

Hier matin, je me suis levé de nouveau tôt et j’ai pris un copieux petit-déjeuner. Je suis allé à la messe avec les sœurs Carmelitessen à Sittard où j’avais passé la nuit. Puis je suis parti. Le temps était différent des derniers jours très beau, soleil, ciel bleu avec quelques nuages.
J’ai d’abord roulé au centre. Là je suis arrivé à l’église de Peter où la chapelle était ouverte, malheureusement pas le reste de l’église. Heureusement, j’ai vu quelqu’un marcher dans l’église et je lui ai demandé un timbre. Elle ne les avait pas, mais elle m’a renvoyé un peu plus loin au presbytère. Là, j’ai appelé et j’ai vu le prêtre (la couverture s’est avérée plus tard) que j’avais aussi vu dans la messe avec les sœurs le matin. Il m’a parlé de mon pèlerinage et je lui ai raconté l’histoire, puis j’ai reçu le timbre du Petruskerk.

Ensuite, je suis tombé sur une basilique et il y avait un grand escalier devant la porte, mais il y avait un signe que je pouvais faire sonner le fauteuil roulant à la porte arrière puis entrer dans l’église. Malheureusement, ne l’ouvrez pas. Puis je me suis retourné vers une autre église qui se trouvait presque à côté. Il y avait quelques personnes de l’église et j’avais aussi un timbre. Un homme qui était assis voulait aussi me montrer la basilique et la personne qui avait dû ouvrir la porte avait été amenée. Je me suis donc retrouvé dans la basilique. Était une très belle église avec tous les textes sur les carreaux et les piliers muraux, en fait un peu similaire à la chapelle dans le sable à Roermond. Prières et actions de grâces. Très spécial. J’ai aussi un timbre ici.
Puis je suis retourné sur la route et j’ai continué mon chemin. Aujourd’hui, j’ai beaucoup roulé sur une route ennuyeuse. Plus tard, j’ai dévié de l’itinéraire le plus court et ensuite c’était très agréable, surtout dans les villages et l’agriculture. Les choses ne se sont pas déroulées aussi rapidement car secrètement, je suis monté lentement, ce qui est bien sûr également à prévoir dans le sud du Limbourg. Au final, entre Hussenberg et Geulle, il y avait aussi une descente, une très longue descente de 10%. Je crois que je ne suis jamais allé aussi vite dans mon fauteuil roulant. Plus de 15 km à l’heure. La plupart du temps, mes roues d’émotion atteignent environ 10 km à l’heure, mais elles ne peuvent pas trop freiner ces longues pentes. Heureusement, j’ai aussi un bon frein sur ma roue avant et à mi-course je me suis arrêté plusieurs fois car mes mains étaient très chaudes malgré les frottements. Mais c’était toujours une belle descente et bien sûr un bel exercice pour les collines et les montagnes qui restent à venir. Et j’étais content d’avoir descendu cette pente et non de monter!
Puis je suis retourné à Maastricht. Je voulais arriver avant 17h00 pour que les églises soient toujours ouvertes et je m’attendais à arriver vers 16h15, cela a donc bien fonctionné. mais juste avant la ville était un détour de pas moins de 6 km, car un pont était bloqué. Une heure de retard et aussi un très long trajet sur l’industrie.
Vers 17h15, je suis arrivé à la basilique Notre-Dame. Heureusement, il était encore ouvert, ils se préparaient pour un concert ce soir-là. Heureusement, je pouvais encore obtenir mon tampon.

Puis j’ai roulé vers la basilique St Servaas. J’ai d’abord passé le monastère des soeurs sous les arches, mais ces soeurs ont malheureusement cessé de donner des timbres aux pèlerins en raison de leur vieillesse. Puis j’ai roulé à st. Servaas basilica mais c’était malheureusement déjà fermé. Pourtant, je voulais un tampon et je suis allé chercher le presbytère. Heureusement, j’ai trouvé ça rapidement. Malheureusement, il y avait des escaliers et je ne pouvais pas sonner, alors je suis allé agiter devant la fenêtre et j’ai vu des gens assis. Heureusement, ils m’ont vu et puis le prêtre (couverture) John Dautzenberg est sorti. J’ai été très bien reçu là-bas. J’ai reçu un joli timbre, une carte postale de l’église avec un message personnel du prêtre / une couverture et une très belle réplique d’un insigne de pèlerin médiéval, que j’ai immédiatement attaché à mon sac. Puis il m’a invité à aller à une messe à l’église Cornelius de Borgharen (un village du quartier). Je me suis donc engagé après avoir obtenu un sandwich au fromage avec une belle grappe de raisin. Et nous sommes partis. Le 16 septembre était la fête de St Cornelius, c’était donc une fête festive avec un choeur masculin de Maastricht chantant en dialecte. Pendant le sermon, il était question de pèlerins et on m’a mentionné.
Après la célébration, il y avait du café / thé et du gâteau et encore une fois, j’ai eu un tampon.

À 21 heures, nous étions de retour à Maastricht au st. Servaas et là-bas, mes parents et mon fils sont venus me chercher vers 21h30. Après une autre conversation avec le doyen et l’invitation à venir l’année prochaine pour mon prochain départ, je suis rentré chez moi en voiture. Nous sommes arrivés vers 1h30 du matin à cause de toutes sortes de détours.

La prochaine fois, je recommencerai à Maastricht, à la basilique St Servaas. Enregistrez votre adresse email ici sur le site afin que vous soyez tenu informé de mon départ. 

 

Facebook
Facebook
Instagram
RSS