2020 Avallon à Taizé

voici la traduction française (automatique), elle est maintenant partiellement prête, le reste suivra dès que possible.

Fin août/début septembre 2020, je suis parti en pèlerinage malgré la couronne. Pour l’instant, je mets cette page à jour. Petit à petit, le compte-rendu de mon blog sera publié ici. 

 

En attendant, vous pouvez également lire toute l’histoire sur le blog

La Situation actuelle

 

La situation actuelle
9 mai 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Comme vous le savez, je me suis préparé pour mon pèlerinage de Vézelay à Taizé.
Malheureusement, il semble maintenant que Corona va mettre un frein à cette évolution.
Pour cette raison, je ne pourrai pas partir vers le 17 juin comme je l’avais prévu. J’ai encore un peu d’espoir pour septembre mais aussi que (comme beaucoup d’autres choses) est incertain maintenant.
Les 3, 4 et 5 septembre, j’espère avoir également le pèlerinage du Carême qui n’a malheureusement pas pu avoir lieu en avril.
Maintenant que l’on sait qu’après le 1er juillet, les campings des Pays-Bas rouvriront normalement, cela ouvre d’autres possibilités.
C’est pourquoi je travaille sur un plan alternatif pour pouvoir encore partir.

J’ai commencé à Haarlem en 2016 et je veux toujours rouler de chez moi à Haarlem, ce n’est pas très loin et si je veux le faire via un joli itinéraire (côtier), c’est facile à faire en 3 jours.
J’ai également prévu de le faire. La date n’est pas encore fixée, cela dépend de la réglementation autour de Corona et du temps.

Pour l’instant, je suis toujours à la recherche d’un endroit où loger dans les environs de Noordwijk. Bien sûr, il y a beaucoup de (grands) campings et d’autres hébergements touristiques dans la région, mais je préférerais de loin avoir une autre solution pour la nuit. Par exemple dans une église (lit à air au sol ou dans le jardin avec ma tente), avec d’autres pèlerins ou tout autre endroit sympathique qui m’est offert (pour un petit budget).
Si quelqu’un sait quelque chose, j’aime l’entendre.

Je vais également poursuivre les préparatifs de la route vers Taizé, mais pour l’instant on ne sait pas comment cela va se passer, car la France a encore des règles strictes en matière de couronne pour le moment, avant qu’elles ne soient assouplies, il n’y a pas de pèlerinage possible.

Taizé, deze foto is genomen in 2018 toen ik hier samen met mijn zoon was.
Mon cours de français s’est arrêté plus tôt que prévu, comme je l’ai écrit la dernière fois. Je trouve difficile de faire quelque chose moi-même sans ce cours. 
Mais j’espère que je pourrai le suivre suffisamment bien pour que la prochaine fois en France, je puisse me faire mieux comprendre. 
Et la saison prochaine, je continuerai avec Frans III.
Je n’ai pas beaucoup de nouvelles, dès que j’en saurai plus, je vous le ferai savoir.
J’espère que vous resterez tous en bonne santé.
Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

néanmoins en pèlerinage

Cela fait un certain temps que je n’ai pas écrit, récemment, Corona m’a rendu si peu sûr de moi et j’ai dû m’adapter et changer de plan si souvent que j’ai d’abord voulu avoir la certitude d’un nouveau message. 

Le pèlerinage du Carême en avril (et plus tard, la résistance à la date de septembre) n’a pas eu lieu et la résistance à la date de septembre n’aura pas non plus lieu, il est maintenant clair que nous serons en 2021.

Et mon mini-pèlerinage aux Pays-Bas a été annulé pour plusieurs raisons.

Mais maintenant, c’est presque si loin. Si la couronne en France (Bourgogne) reste comme elle est maintenant, j’y retournerai en septembre.  

Maintenant, j’espère seulement que les deux prochaines semaines, la couronne ne s’enflammera pas, afin que la France devienne complètement orange. La semaine dernière, la région de Paris et Marseille (dont je ne me rapproche pas) est orange. Orange signifie qu’aucun voyage inutile ne peut être effectué dans cette zone et que l’on doit se mettre en quarantaine à son retour. 

Si le conseil pour le morvan devient orange, il ne passera pas. Mais si la situation reste comme elle est maintenant, je peux partir quand même, avec une pile de bouchons pour l’intérieur, mais à l’extérieur je peux juste rouler librement. Je dors principalement sur les campings dans ma propre tente et, heureusement, presque tous les campings sont ouverts.

Normalement, je devrais voyager avec flixbus jusqu’à la fin de l’année dernière et ensuite commencer à marcher, mais je pense moi-même que c’est un trop grand risque de faire un si long voyage en bus avec beaucoup d’autres personnes dans un bus. C’est pourquoi j’ai finalement décidé qu’il était préférable de partir en voiture cette année. Dans environ 3 jours, je ferai les 800 km jusqu’au point final de Taizé en France (je ne peux pas faire autant d’heures de route en une journée, d’où les étapes plus courtes) et en chemin, je passerai la nuit dans des campings.

 

Taizé est le point d’arrivée de mon pèlerinage cette année, puis je prends un bus pour Mâcon et de là le train pour Avallon et puis je me mets en route.

 

J’ai vraiment hâte d’être sur la route pendant quelques semaines, de rouler, de découvrir de nouveaux domaines, d’avoir le temps de laisser aller mes pensées, de me reposer, de faire des rencontres, etc. 

Un tel pèlerinage me fait du bien, même si c’est physiquement difficile, et j’ai hâte de pouvoir y retourner.

 

Les deux prochaines semaines, je vais planifier les dernières choses et faire mes valises lentement.

C’est parce que c’est un pont entre 2 chemins de pèlerinage (de Vézelay au Puy) et qu’il y en a quelques-uns mais aucun n’est complètement comme je le voudrais ou est compliqué à cause de chemins trop rocailleux/non pavés et/ou du manque d’endroits où passer la nuit (surtout maintenant que certains endroits sont fermés à cause de la couronne). C’est pourquoi, dans la région où je vais rouler, j’ai cherché tous les campings et autres lieux de séjour bon marché pour la nuit et je les ai mis sur une carte. Chaque jour, je décide quelle sera ma prochaine destination en fonction des campings ouverts. Ce sera donc un parcours très souple.

Juste avant le départ, j’écrirai un nouveau blog avec la façon dont il sera et la date exacte du départ.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter (si ce n’est pas déjà fait), vous recevrez un e-mail dès que j’aurai posté quelque chose de nouveau. vous pouvez le faire sur la page d’accueil. 

 

 En route vers le nouveau pèlerinage et en regardant l’ancien. 
28 août 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant

 

Aujourd’hui, je suis parti pour la France. C’était un beau voyage et aussi une belle façon de revenir sur les pèlerinages de ces dernières années.

Aujourd’hui, la route des voitures a traversé plusieurs fois les lieux que j’ai visités en tant que pèlerin. Je suis passé par e.a. Zaltbommel, et den Bosch aux Pays-Bas où je suis passé en 2016.

En 2017, j’ai rendu visite à un ami à Kelpen-Oler (Limbourg du Nord) pendant mon pèlerinage et aujourd’hui encore, je suis passé. Et bien sûr, j’ai parcouru le reste du Limbourg en voiture, où j’ai vu des endroits familiers. En outre, j’ai passé Maastricht où j’ai terminé cette année-là.

2018 Je suis parti de Maastricht et j’ai continué mon voyage le long de la Meuse. Aujourd’hui encore, j’ai suivi en partie la rivière et j’ai vu beaucoup de noms connus sur les panneaux, comme Liège, Huy, Dinant et de nombreux petits villages connus.

Je suis maintenant sur un camping dans la ville française de Revin sur la Meuse. Je n’avais jamais dormi ici pendant un pèlerinage, mais je suis passé devant en roulant de Fumay à Rocroi. Ma tente est déjà montée et je vais manger un morceau de baguette avec du brie et des fruits.

C’était un bon voyage, mais fatigant, et je vais rentrer tôt dans ma tente.

Demain, je continuerai en direction de Taizé. J’espère y arriver dimanche. Demain ou après-demain, j’écrirai un autre message ici.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Deuxième jour de voyage 
2 9août 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant

Aujourd’hui, c’est mon deuxième jour de voyage. Je conduis sur de petites routes depuis la Belgique, donc je vois beaucoup de belles choses en chemin. Des châteaux, des églises médiévales et de nombreux paysages magnifiques. Aujourd’hui, beaucoup de cultures arables, beaucoup de Lucerne, de betteraves sucrières, de tournesols (joliment fleuris et parfois complètement desséchés) et de champs de blé fauchés. J’ai traversé la région du champagne en voiture et je suis donc passé régulièrement devant des vignobles. C’est toujours un beau spectacle.

J’ai également visité le village de Flavigny. Vous le savez peut-être grâce aux bonbons à l’anis en boîtes ovales. J’ai jeté un coup d’œil au musée des bonbons (j’y étais déjà allé) très drôle de la façon dont ces bonbons étaient vendus. C’est un emballage en forme de cigare spécialement conçu pour les fumeurs. Il a également vu toutes sortes d’autres boîtes et canettes et les machines avec lesquelles il était fabriqué et emballé. a ensuite visité la vieille ville.  J’y ai la belle vieille église (14e siècle) et d’autres vieilles maisons. Le film Chocolate a été tourné ici (partiellement ?) et j’ai vu un de ces endroits (le bâtiment de la chocolaterie dans le film) également.

 Maintenant, je suis de retour sur un camping près de Flavigny. Demain, j’espère arriver à Taizé.

Salutations,

 

Pèlerin en fauteuil roulant

Troisième jour de voyage vers la destination. Alors au départ !!

30 août 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
 

Un peu bizarre, mais je suis arrivé à la fin de mon pèlerinage. Je suis à Taizé en ce moment même si je n’ai pas vraiment le temps d’en profiter car demain matin à 9h15, mon bus part déjà. Mais je peux aller à la prière du soir ce soir et peut-être que demain matin, je peux aller à la première partie de la prière du matin. J’ai ici une belle baraque pour dormir (117B pour les connaisseurs). Je peux faire sécher la tente tout de suite parce qu’elle était mouillée hier soir.

Le voyage s’est très bien passé aujourd’hui. J’ai encore traversé de nombreux vignobles. C’était très bien parce que la récolte avait commencé. Parfois, les raisins étaient récoltés avec des machines (et j’ai vu beaucoup de raisins finir par terre à cause de cela) mais aujourd’hui, j’ai vu beaucoup de vendanges à la main. C’est beau de voir tous ces gens à la campagne avec des seaux et des bacs sur le dos pour les raisins.

Donc, comme je l’ai dit, je prends le bus demain. Je prendrai le bus, le train, le bus jusqu’à Avallon. D’ici, je vais vraiment commencer le pèlerinage après-demain !

Je suis un peu déçu du voyage, surtout à cause des presque 5 heures de port d’un protège-dents. Heureusement, j’ai le droit de prendre l’air pendant le changement, mais cela restera longtemps.

Au cas où vous ne l’auriez pas encore fait, inscrivez-vous à la newsletter. Vous recevrez ensuite un e-mail lorsque j’aurai posté quelque chose.

Salutations , 

Pèlerin en fauteuil roulant

Arrivé à Avallon, demain ça commence vraiment !

31 août 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
 

Enfin, après 4 jours de voyage, je suis enfin au point de départ à Avallon.

Hier soir, après mon arrivée à Taizé, j’ai eu la chance de laisser sécher ma tente sur la corde à linge. J’ai donc pu le mettre à sec dans mon sac tard dans la soirée.

Je suis également allé à la prière du soir. Comme toujours, il est agréable de chanter avec un bouchon sur la bouche. Après la prière du soir, je suis aussi allé à Oyak, c’est le nom du “café” à Taizé. D’autres années, il y avait toujours beaucoup de monde ici et il y a beaucoup de musique en direct, mais comme il n’y a pas tant de monde cette semaine à Taizé, il n’y avait qu’une poignée de personnes. J’ai bien discuté avec une femme qui venait régulièrement à Taizé, mais qui n’y était plus depuis 20 ans maintenant. Elle a dû s’habituer à tous ces changements. Quoi qu’il en soit, beaucoup de choses ont changé à Taizé ces deux dernières années. Pas dans le contenu mais dans l’apparence. Le décor de l’église a complètement changé et ils s’emploient maintenant à donner un nouveau look au reste de l’église. Autrefois, il était principalement rouge, orange, jaune et maintenant il y a beaucoup plus de bleu (dans différentes nuances). Sur le côté droit de l’église se trouvent maintenant des échafaudages, on se demande si ce mur va prendre une nouvelle couleur dans quelques semaines.

De plus, en raison de la menace terroriste en France il y a quelques années (comme pour tous les grands édifices religieux ayant un certain nombre de visiteurs), toutes les “boîtes à fleurs” et les poteaux en béton ont été placés. Heureusement, malgré ces modifications, il se sent toujours en sécurité.

Ce matin vers 6h30, je me suis réveillé et j’ai commencé à faire mes valises. J’aurais pu en laisser une grande partie emballée parce que j’avais préparé un deuxième sac qui pouvait rester dans ma voiture avec les affaires les plus nécessaires pour la route et à Taizé, mais qui n’avait pas à m’accompagner (sous-vêtements supplémentaires, T-shirt, drap-housse, sac en tissu). J’ai utilisé cela et j’ai donc pu laisser les choses qui devaient être emballées avec moi.

Ce matin, j’ai donc emballé les dernières choses, celles qui n’ont pas à m’accompagner jusqu’à la voiture et je suis allé à la prière du matin. Je suis parti 5 minutes plus tôt pour pouvoir aller aux toilettes avant le départ et j’ai même réussi à me procurer un sandwich au chocolat avant le début du petit-déjeuner officiel.

Puis rapidement vers le bus. Les bus ici sont très bien adaptés. Au début, ils semblent totalement inaccessibles aux fauteuils roulants, mais lorsque le chauffeur arrive et ouvre la porte arrière, il y a un grand ascenseur qui pourrait me charger à l’intérieur d’une des marches de l’entrée arrière. Le bus m’a conduit à Chalon Sur Saône, d’où j’ai pu prendre le train pour Dijon. Je devais seulement traverser deux voies et la seule façon de le faire semblait être un tunnel avec des escaliers. Pas d’ascenseur en vue. Je suis allé au bureau d’information et là, ils m’ont conduit sur la bonne voie, pas sous les rails mais juste en travers des rails. A chaque passage, l’homme qui me guidait parlait à quelqu’un qui me disait quand nous pouvions traverser. Le train lui-même était bien adapté. Je pouvais monter avec une courte rampe et dans le train lui-même, il y avait un endroit spacieux pour mon fauteuil roulant. Je me suis assis sur la chaise d’à côté, en biais. Après mon arrivée à Dijon, on m’a aidé à sortir du train et j’ai dû traverser la voie ferrée de la même façon avant de monter dans le bus. Quand je suis arrivé au bus, il y a eu un problème. Le bus avait un ascenseur cassé. Finalement, j’ai démonté le fauteuil roulant et le chauffeur et deux autres passagers ont chargé mon fauteuil. La question a donc été à nouveau résolue. Le dernier trajet en bus a duré plus de 2 heures, sur des routes sinueuses et avec un conducteur qui faisait la course et freinait. Les voyages en ont eu assez. Heureusement, ça s’est plutôt bien passé, mais après l’arrivée, il a fallu quelques heures avant que mon estomac ne se calme enfin. Mais heureusement, plus de bus pour moi !

Roulez bien dans les prochaines semaines. Après l’arrivée, nous avons regardé au centre d’Avallon. Voici une très belle église, mais très inaccessible aux fauteuils roulants. L’année dernière, j’ai monté les escaliers et laissé mon fauteuil roulant à l’extérieur, mais aujourd’hui, j’ai pensé qu’il suffisait de regarder de la porte. Ils ont aussi quelque chose avec les grenouilles à Avallon, partout dans la ville on peut les trouver, statue, signes, photos sur le sol. Il y a beaucoup de villes ici qui ont ces choses. Joli !

J’ai aussi été à l’info touristique. J’ai demandé des informations sur l’ouverture des logements pour demain à cause de la couronne. Heureusement, toutes les options sont ouvertes. En outre, j’ai apposé un cachet dans mon nouveau passeport de pèlerin. J’ai maintenant deux passeports de pèlerin complets avec beaucoup de tampons. De très beaux souvenirs sont les timbres de toutes les aventures de ces dernières années.

En attendant, je suis au camping. Au même endroit que celui où je me trouvais à la fin de l’année dernière. Je commence donc littéralement demain là où j’ai terminé l’année dernière.

Je suis en train d’écrire cela dans une sorte de salon du camping. Ici, en internet et en électricité pour que je puisse tout recharger pendant un moment. Et cela me fait encore économiser de l’argent car quand je fais payer ici, cela ne me coûte pas d’électricité sur le camping (au fait, je n’ai pas non plus de câbles pour cela, bien trop gros et trop lourds) ! Je suis toujours un Néerlandais frugal !

Je me couche tôt et je repars tôt demain. Ce sera une longue journée. Je suis vraiment impatient de commencer !

 

Salutations ,

Pèlerin en fauteuil roulant

Le 1er septembre, 1er jour de pèlerinage! Avallon à Marigny-l’Eglise

1er septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Avallon naar Marigny l 'Eglise
Hoogtemeters Avallon naar Marigny - l'Eglise
Aujourd’hui, c’est le premier vrai jour de pèlerinage. D’Avallon à Marigny-l’Eglise. Ce matin, malheureusement, ma tente était remplie de moiteur à cause de la rosée. Juste avant de partir, j’ai été invité par les Hollandais à prendre une tasse de thé. J’ai foncé là-dedans et j’ai eu un peu de chaleur que j’ai pu utiliser parce que j’avais assez froid. Heureusement, la nuit dernière, je suis resté au chaud dans mon sac de couchage, mais quand j’ai dû quitter ce sac de couchage, il a fait froid tout de suite.
Après avoir bu du thé et parlé de mon pèlerinage, je suis parti un peu plus tard que d’habitude. Je savais déjà que ce serait difficile car je peux toujours visualiser les profils d’altitude de la route via des cartes, le profil d’altitude d’aujourd’hui a augmenté la plupart du temps tout seul…

J’ai roulé sur les montagnes/collines (j’estime en moyenne à environ 400m de haut) du Morvan. De beaux paysages, beaucoup de forêts tranquilles, des prairies avec des vaches françaises et de temps en temps un village qui n’est en réalité qu’un groupe de 3 fermes. Pas de magasin et même pas d’église vue. Heureusement, j’ai apporté de la nourriture pour la route. J’ai aussi trouvé de la nourriture régulièrement. Beaucoup de pommes et de poiriers ont perdu leurs fruits et sous cette chute, il y avait des pommes qui avaient l’air et le goût très bons. C’est aussi un bon moment pour cueillir des mûres. Savoureux ! Je suis aussi passé devant un grand réservoir et j’ai roulé sur le déversoir.
Comme je l’ai écrit, je savais que ce serait une journée difficile. Il s’est avéré qu’après environ 9 kilomètres, mon fauteuil se mettait En moyenne, je fais au moins 25 km de route et quand il est plat, avec peu de virages et du temps chaud, je peux même atteindre 40 km. Mais maintenant, il aurait été si lourd qu’il était déjà vide après 9 km. Heureusement, j’ai des piles de rechange. Je les ai donc mis en place et après cela, je pouvais reprendre la route. Au milieu de la route, c’était un peu moins raide et de temps en temps, je descendais même un peu, mais bientôt, ça montait à nouveau. Environ 500 mètres avant mon arrivée à Marigny-l’Eglise, après environ 19km de roulage, ma roue gauche s’est mise à biper… vide à nouveau. J’avais encore une batterie de rechange pleine, alors je l’ai mise dans la roue gauche. Je pouvais donc rouler à nouveau avec une batterie pleine et une autre presque vide. 

Mais quand j’ai passé le panneau de Marigny-l’Eglise, le côté droit a également commencé à émettre un bip et après peu de temps, il s’est arrêté sur….. Heureusement, je n’ai dû faire que 100 mètres pour me rendre à l’auberge car avec une roue, je ne roule pas très bien.

Quand je suis arrivé à l’auberge, il y avait un panneau “fermé”… J’ai sonné, rien…. quand j’ai appelé le numéro de téléphone de l’auberge parce qu’elle devrait être ouverte, car hier à Avallon, la dame des informations touristiques avait appelé spécialement pour demander si l’auberge était ouverte. Mais maintenant, il semblait être fermé et le téléphone ne répondait pas non plus. Puis j’ai commencé à rouler sur une roue jusqu’à la mairie, qui était également fermée, mais j’ai vu qu’une fenêtre était ouverte et j’ai dit “bonjour ! J’ai commencé à crier. Aussitôt, un homme a regardé par la fenêtre et a demandé ce qu’il y avait. J’ai expliqué dans mon meilleur français (et des mains et des pieds) que je suis un pèlerin et que je veux passer la nuit quelque part et que mon fauteuil roulant est vide. Il m’a demandé d’attendre un peu. Entre-temps, j’ai commencé à m’inquiéter terriblement. Je ne pouvais pas aller au village suivant à cause du courant dans la batterie et ici l’auberge était fermée. Mais au bout de 5 minutes environ, son collègue qui parlait anglais est sorti et m’a dit que l’homme de l’auberge de pèlerins avait été appelé et qu’il viendrait me donner un endroit pour dormir !

Donc maintenant dans l’auberge de pèlerins. Il y a de la place pour 12 personnes (12 lits, table à manger pour 12 personnes, etc.) mais je suis seule ici. Il y a un grand dortoir à l’étage, mais je pense que je vais dormir en bas parce qu’il y a aussi un lit pliant ici. t

 Pendant que j’écris ces lignes, deux autres pèlerins arrivent. français pour que ce soir je puisse pratiquer mon français.

Plus tard ce soir, j’essaie de me coucher tôt, non seulement les batteries du fauteuil roulant ont disparu, mais aussi mon énergie et mes bras.

 

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant 

Deuxième jour. Marigny-l’Eglise à Brassy

2 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
route de Marigny à Brassy, la partie grise de la route GPS ne m'a pas très bien suivi.
La nuit dernière, j’ai écrit que deux pèlerins français étaient venus. J’ai en effet pu pratiquer mon français parce que nous avons mangé ensemble. Ils parlaient/comprenaient à peu près le même niveau d’anglais que je parle français, ce qui fait que nous avons pu communiquer assez bien en fin de compte. Ils se sont avérés être des pèlerins en route pour Assise. La région où je roule maintenant est pleine de chemins de pèlerinage qui se croisent. Très joli mais parfois difficile de voir quels signes (avec quelle bande de couleur/image) suivre.

Après une bonne nuit de sommeil (malgré le fait que j’ai dû me réveiller au milieu de la nuit pour changer les piles et m’assurer que le fauteuil roulant est à nouveau plein d’énergie, nous en reparlerons plus tard), je suis allé prendre le petit déjeuner avec les autres pèlerins. Riche petit déjeuner français avec thé, jus d’orange, croissant et baguette. Croissant mangé et baguette emportée pour le déjeuner. Pendant le petit déjeuner, j’ai parlé avec les gens de l’auberge (autant que possible en français) et j’ai expliqué ce que je fais et où je vais. Je suis allé chercher une photo et je suis parti. Je me suis souvenu juste avant de partir que je devais encore payer le petit déjeuner, mais quand j’ai voulu le faire, elle m’a dit que j’avais reçu ça en cadeau. Si vous lisez ceci, merci!

La journée a commencé par une belle pente, mais pas trop raide, et elle a redescendu de temps en temps. C’était beaucoup plus détendu qu’hier. La plupart du temps, j’ai conduit à travers la forêt avec ici et là un mini village et quelques prairies. Quand je suis arrivé au sommet d’une montagne, j’ai pu profiter de la belle vue et du calme. J’ai conduit sur la route où viennent aussi les voitures mais au total un maximum de 10 à 15 voitures et une moto et un cycliste sont passés.

Comme tout était si calme et que ce n’était pas trop lourd, j’ai aussi eu le temps et le repos nécessaires pour profiter de la belle nature. Les arbres et les plantes, les fleurs, les papillons, les abeilles et les bourdons et les champignons. Et pour les prendre en photo également. Et pour profiter de toutes les délicieuses mûres en chemin !

Hier et ce matin, j’avais prévu d’aller à Dun les Places, mais à mi-chemin, j’ai changé mon plan. Dun les Places est bien situé sur la carte du parcours mais c’est surtout pour les randonneurs qui empruntent des chemins forestiers et peuvent grimper. Je prends les autres routes et elles étaient tellement énormes que j’ai décidé d’aller à Brassy. Ici, je passerais presque sur la route de Dun les Places mais Brassy est en fait encore plus favorable. Je suis donc maintenant au camping de Brassy. 

Parce que le voyage était si détendu et que ce n’était pas aussi difficile qu’hier, je suis arrivé à destination beaucoup plus vite que prévu. Déjà à 14 heures, la tente était sur le camping. J’ai fait 15 kilomètres en 4 heures environ avec un jeu de piles et hier 19 kilomètres en 7 heures et 2 1/2 jeux de piles ! Quelle différence !

Hier, on m’a posé plusieurs fois des questions sur mon fauteuil roulant. Maintenant, je conduis moi-même ou électriquement. Les deux ! Mon fauteuil roulant est comparable à un vélo électrique. Il soutient le pouvoir que j’ai mis sur lui. J’en ai écrit plus à ce sujet dans la rubrique “Revues” : vous pouvez le lire ici https://rolstoelpelgrim.nl/reviews/#emotion (en néerlandais).

Je suis sur le point de découvrir où je vais demain et quelle route je vais prendre (parfois, il vaut mieux faire un kilomètre et éviter une pente de 15% ! ).

 

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Troisième jour, Mon Beau Sapin, mon Beau sapin 

3 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Brassy - Planchez, partie 1, malheureusement mon odomètre a eu des problèmes, j'ai donc dû enregistrer le parcours en 2 parties,
Brassy - Planchez partie 2
profil en hauteur Brassy - Planchez partie 1
profil en hauteur Brassy - Planchez partie 2

Le titre en dit long sur ce que j’ai vécu aujourd’hui. Entre les pins de toutes formes et de toutes tailles. Ou plutôt, c’étaient des épicéas. Beaucoup de sapins de Noël, du plus petit au plus grand (ils ne seraient pas déplacés sur une grande place de la ville).

À côté des pins pour Noël (souvent même avec les étiquettes dessus), je vois aussi beaucoup de troncs d’arbres (je ne sais pas quel genre d’arbres) bien empilés. Je pense qu’il va se changer en meuble ou finir dans la cheminée.

Hier soir, au camping, j’ai pu à nouveau bien pratiquer le français parce que tout le monde était assez curieux de savoir ce que faisait la personne dans le fauteuil roulant à pleine charge.

Comme il n’y avait pas de bon endroit pour garer mon fauteuil roulant pour la nuit et qu’il n’y avait pas de toit à l’endroit où il se rechargeait, j’ai remballé ma bâche et l’ai fixée avec 4 chevilles au-dessus de mon fauteuil roulant. De cette façon, il faisait beau et sec pour la nuit.

Après avoir quitté le camping le matin, je suis d’abord allé à la mairie, puis j’ai visité l’église. Plus tard, je suis retourné à l’église dans une autre ville. D’habitude, les églises sont fermées quand je passe devant elles, mais aujourd’hui, toutes les églises sont ouvertes. Joli.

Ensuite, j’ai roulé principalement dans la forêt, en remontant lentement d’environ 400 à 600 mètres. De belles vues au sommet. Parfois un peu plus raide qu’un peu plus plat, mais en moyenne un peu plus pour monter que pour descendre. Seule la dernière partie m’a vraiment posé problème. Le dernier kilomètre, j’ai grimpé en moyenne 5%, mais il y a eu des tronçons de bien plus de 10%. Le plus dur était que la route était aussi en quelque sorte pavée/réparée, je pouvais encore sentir l’asphalte, à cause de cela, il y avait beaucoup de gravier meuble sur la route. Ce gravier meuble roule lourdement, mais j’y suis arrivé !

A côté de la forêt, j’avais aussi de temps en temps un pré avec de belles vaches françaises. J’aime beaucoup le fait qu’ils se trouvent souvent dans une belle prairie avec des arbres. Différent des prairies hollandaises sans arbres. La plupart des bovins semblent être des bovins de boucherie, beaucoup de muscles peu de pis. Ils se tiennent souvent ensemble avec toute la famille dans la prairie. Joli !

Il y avait aussi beaucoup de petits animaux et de fleurs qui ont attiré mon attention, de nombreux papillons, abeilles et autres insectes. Toute la journée, j’entends aussi des sauterelles et de temps en temps j’en vois une.

Je suis au camping de Planchez avec ma tente maintenant. On remarque que c’est la fin de la saison de camping car lorsque je suis arrivé au camping, il était complètement vide. Personne à voir. Il y avait une note sur la porte de la réception indiquant que le gérant du camping passerait le soir ou le matin. Jusqu’à présent, il n’a pas été là, alors j’attends de voir. Il n’y a pas d’autres campeurs jusqu’à présent. Bien qu’un homme vienne d’entrer dans le camping et me dise qu’il vit dans les bois et qu’il ne prend qu’une douche de temps en temps. Entre-temps, il est reparti. Il y a peut-être plus de monde dans les petites maisons de l’autre côté du camping, mais on ne voit pas de voitures. De temps en temps, je vois quelqu’un marcher sur le terrain mais en fait toujours avec un chien et j’ai l’idée que ces gens sont juste des gens du village qui se promènent.

L’année dernière, pour la première fois, j’étais seul dans un camping pour une nuit et il semble que je vais rester seul ici ce soir aussi. En secret, je trouve cela assez excitant, mais je suis sûr que ça va bien se passer. De toute façon, la tente est montée et je suis allongé sur mon lit depuis un moment. Mon fauteuil roulant est dans le bâtiment des toilettes, près d’une prise électrique. Aujourd’hui, j’ai eu besoin de plus d’un jeu et demi de batteries, donc au milieu de la nuit, je dois les changer pour que les deux jeux puissent être chargés avant mon départ demain.

Ce soir, je retourne me coucher à l’heure (je n’ai pas non plus grand-chose d’autre à faire) et j’espère avoir une bonne nuit de sommeil.

Pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, inscrivez-vous à la newsletter sur la page d’accueil. Vous serez alors immédiatement averti lorsque j’aurai posté quelque chose de nouveau.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

4ème jour, beau voyage avec une fin intéressante

4 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Planchez à Arleuf

Pour commencer, comment ça s’est passé hier soir, tout seul, ça s’est bien passé. Malheureusement, je n’ai pas vu de personnel de camping (le panneau disait qu’ils viendraient le soir et le matin mais je n’ai vu personne) et je n’ai donc pas pu payer.

Je me suis réveillé tôt ce matin à cause de tous les coqs qui ont commencé à chanter, cocorico!!!! C’est pourquoi je suis parti tôt (vers 8 heures. La lune brillait encore à l’époque. J’ai d’abord traversé le village, acheté une demi-baguette et voulu voir un mini supermarché de propriétaires néerlandais, mais malheureusement il était fermé. Ensuite, je suis allé à la Mairie pour faire tamponner mon passeport de pèlerin. La mairie était ouverte, mais je ne pouvais pas passer la porte. Après quelques cris, quelqu’un est venu et j’ai reçu le timbre.

Quand je suis parti, je ne savais pas encore jusqu’où j’irais, alors j’ai pris la route via un autre camping. La première partie du voyage (12 km) s’est tellement bien passée que j’ai décidé de continuer sur 10 km. J’avais aussi assez de puissance dans mes batteries pour le prochain endroit. Bien que la majeure partie du parcours soit en montée. J’avais aussi acheté de la nourriture au village pour en chemin. Il y avait aussi une belle statue de deux personnes jouant à la vielle à roue et j’ai visité l’église.

Sur le chemin, j’ai vu un écureuil (prendre une photo n’était malheureusement pas assez rapide) et beaucoup d’autres petites créatures. C’était très calme, seulement le bruit du vent à travers les arbres, les rapaces occasionnels dans le ciel, les sauterelles dans l’herbe, le bruissement de mes pneus sur l’asphalte et rien d’autre. Sauf dans les moments où un avion de chasse passe de façon assourdissante. Ils viennent ici régulièrement, les deux derniers jours au moins quelques fois par jour.

Tout s’est passé très bien aujourd’hui. Malgré les pentes raides et longues dans la 2ème partie, tout s’est bien passé jusqu’au moment où je suis arrivé au camping d’Arleuf…. qui était fermé… la porte était fermée et je n’ai pas pu entrer. J’ai traversé le village en voiture et je n’ai vu aucun autre endroit pour passer la nuit. Le camping suivant était à plus de 10 km, je n’avais plus autant d’énergie dans mes batteries.

 

Par nécessité, j’ai passé un appel sur une page facebook spéciale pour les Néerlandais du Morvan afin de voir si quelqu’un connaissait un endroit où dormir. Littéralement, en deux minutes, quelqu’un a répondu que je pouvais rester avec eux. Malheureusement, ils sont encore à 15 km, mais ils viennent me chercher. Et c’est ce qui s’est passé. On m’a ramassé et maintenant je dors avec la famille de Chris dans le jardin. Dans une jolie caravane. J’ai été gâté par de la bonne nourriture et un endroit agréable pour dormir et c’était aussi très confortable (c’est pourquoi mon blog est si en retard !). Ils vivent ici depuis un an à Cussy en Morvan et y louent deux maisons de vacances. Si vous cherchez une maison de vacances dans cette région, je peux vous recommander cet endroit ! 

 Il est maintenant temps de dormir. Revenez demain.

Salutations

Pèlerin en fauteuil roulant

Cinquième jour.

5 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Arleuf à Larochemillay

Hier soir, après une belle soirée, je me suis vite endormi dans la petite caravane.

Dans la nuit, je me suis réveillé un instant et j’ai pu voir la (presque) pleine lune briller à travers la gaze du toit de l’ascenseur. J’avais un beau visage et j’ai donc rêvé à nouveau.

Vers 7 heures, je me suis réveillé et j’ai commencé tranquillement à faire mes valises. Après cela, je me suis assis au soleil du matin jusqu’à ce que le reste vienne aussi. J’ai pris un délicieux petit déjeuner avec des croissants et d’autres friandises. Un bon début de journée. Après le petit-déjeuner, certains m’ont fait signe de partir et nous sommes partis en voiture vers Arleuf, mon point de départ (où je m’étais arrêté hier). J’ai dit au revoir et merci (merci encore, c’était génial de rester avec vous !) et je me suis ensuite envolé.

Dans le premier village, il y avait un vieux monsieur qui me parlait en français. Après avoir essayé de parler un peu de français, nous avons découvert que nous étions tous les deux néerlandais. Je lui ai alors dit en néerlandais que je suis en route pour Santiago et il m’a dit qu’il avait vécu en France pendant 20 ans mais qu’il venait de vendre la maison à cause de son âge. J’ai repris la route. Moins de 200 mètres plus loin, j’ai vu une femme dans une maison dont les portes étaient ouvertes. Elle m’a fait signe et je lui ai fait signe de revenir et de continuer. Elle est revenue et m’a demandé si je voulais me joindre à elle pour le dîner. J’avais faim, alors j’ai pensé que ce serait bien. Elle parle anglais et m’a dit qu’elle travaille normalement avec un tour de nourriture. La nourriture était bonne. Une salade de tomates, du pain et plusieurs délicieux fromages français (et un néerlandais). C’était délicieux. Il est donc temps de passer à autre chose.

En chemin, j’ai également reçu une visite (voir photo ci-dessous). Il a roulé avec moi pendant un moment avant de sauter plus loin.

C’était un beau voyage aujourd’hui, j’ai lentement grimpé tout au long de la journée d’environ 600 mètres à environ 750 mètres. En haut, en bas, puis en haut. Jusqu’à mon plus haut point. A environ 17 km. Juste avant le point culminant, la première série de piles s’est vidée et a commencé à couiner. Mais je viens d’arriver au sommet. Parce que les piles ont été changées, mais avec le recul, je n’aurais pas dû faire ça…. Après cela, il s’agissait presque exclusivement d’un roulement. C’est facile et agréable. Mais bientôt, mes roues ont commencé à donner des messages d’erreur et à s’arrêter, alors j’ai roulé très vite mais heureusement, j’ai pu bien freiner avec ma roue avant et me garer sur le bord. J’ai reconnu la séquence de bips (qui indique la raison de l’erreur) et le code d’erreur si rapidement que je ne l’ai pas fait, mais je soupçonnais qu’il serait résolu en les activant ou en les désactivant. Et oui, cela a aidé ! Je pourrais à nouveau conduire. Mais au bout de quelques minutes, alors que j’avais une belle vitesse d’environ 8 km, ils se sont à nouveau arrêtés et j’ai dû me débrouiller pour revenir sur le bord. Après cela, j’ai testé d’autres choses. J’ai vérifié si les roues étaient bien fixées (on dit parfois qu’elles sont desserrées lorsqu’il y a une bosse ou que je roule sur une pierre) mais cela ne s’est pas avéré être le problème. Finalement, j’ai pris le manuel des roues (qui est quelque part en format numérique sur mon téléphone portable) et quand je l’ai lu, je l’ai retrouvé. J’ai déjà eu cela. Il s’est avéré que les batteries surchargées étaient…. parce qu’elles étaient pleines au sommet de la montagne et après que j’ai commencé à rouler sur la montagne, elles se sont rechargées un peu et sont devenues surchargées. Ensuite, j’ai pu continuer à rouler, mais il fallait que je roule lentement et c’est comme ça que ça s’est passé !

Lorsque je suis arrivé au camping, le propriétaire s’est avéré être néerlandais et m’a immédiatement demandé si j’étais ce pèlerin en fauteuil roulant qui avait passé un appel sur facebook hier. Apparemment, ils l’avaient lu.

A l’arrivée, il était très fatigué. J’ai monté ma tente et mis mon fauteuil roulant sur l’électricité sous un abri où j’écris maintenant parce que dans ce coin il y a le wifi. Enregistre à nouveau les données.

 

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Sixième jour.

6 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
Larochelillay à Issy l'Eveque

Tôt ce matin, nous avons rangé la tente et chargé le fauteuil roulant. Il a mangé un morceau de baguette et est parti. J’ai d’abord roulé jusqu’à Luzy. Environ 15 km. J’espérais que le voyage se passerait bien car j’étais prête à faire des courses et comme je n’avais pas vu de vrai supermarché depuis des jours, une visite au supermarché de Luzy me ferait du bien. Le supermarché était ouvert jusqu’à 12h30 et je suis arrivé à 12h00 pour pouvoir me procurer exactement ce dont j’avais besoin.

Après le supermarché, j’ai tout emballé à nouveau, j’ai jeté les gros paquets (e.a. la boîte extérieure des barres granola) afin de pouvoir bien ranger les petites choses dans mon sac.

Juste après Luzy, une grande route rouge a été dessinée sur la carte. Habituellement, je prends les routes blanches (très petites) ou éventuellement jaunes (un peu moins petites) mais maintenant, je dois faire au moins quelques kilomètres sur cette grande route rouge. Quand je suis arrivé à cette grande route, il n’y avait rien de mal … c’était une route ordinaire, étroite et tranquille, je ne sais pas pourquoi cette route est si grande sur la carte. Je pourrais donc continuer.

En chemin, j’ai failli écraser une énorme sauterelle. Je l’ai ramassé (il m’a laissé entrer très discrètement) et après cela, je l’ai photographié longuement. Finalement, il a sauté dans l’herbe. Regardez la dernière image ci-dessous pour voir si vous pouvez la trouver.

 Je suis maintenant dans la partie sud du Morvan et après Luzy, le paysage est passé de la forêt aux prairies avec beaucoup de vaches et une ferme occasionnelle. 

  •  En chemin, je suis tombé sur beaucoup de belles grandes maisons aujourd’hui. Des maisons de type château ou palais, des maisons avec des tourelles, mais aussi des maisons où Fifi Brindacier pouvait vivre.

Environ 5 km avant le camping d’Issy l’Éveque, j’ai manqué d’eau potable. Je suis passé devant une jolie maison le long de la route avec toutes les vaches et les taureaux dans le pré à l’arrière. Il y avait une belle voiture avec une plaque d’immatriculation néerlandaise devant la porte et la porte d’entrée était ouverte. J’ai crié pendant un moment et un homme est sorti. J’ai demandé de l’eau et après qu’il ait rempli ma bouteille, nous avons discuté un moment. A propos de mon pèlerinage et de la façon dont il a décidé d’acheter une maison ici. C’est agréable d’entendre de telles histoires ! Puis il était temps de passer à l’action.

J’ai aussi roulé le long d’un énorme sabot en bois, d’environ 2 mètres de haut je crois ! je ne savais pas que les Français portaient aussi des sabots en bois et puis un autre gros ! derrière le sabot en bois, il y avait le nom d’un menuisier, alors il fabrique des sabots en bois et d’autres choses avec tout le bois que j’ai vu la semaine dernière dans le Morvan ! 

En arrivant au camping, il semblait plutôt désert. Sur le bâtiment de la réception, il y avait une note avec un numéro de téléphone à appeler si vous voulez une place. Mais juste avant de pouvoir appeler, la porte s’est ouverte et j’ai pu me connecter. J’en étais très heureux, car après presque 29 km, j’étais prêt pour un camping !

Maintenant, je suis allongé ici dans ma tente sur le camping. Il y a une autre tente un peu plus loin. Je suis ici avec une vue sur un lac de pêche. De plus, il est agréable et calme ici.

Plus au sud demain. Je dois savoir exactement où aller.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Issy l'Eveque à Gueugnon

Il roule aujourd’hui pendant une semaine. J’ai parlé avec les autres personnes présentes au camping ce matin. Flamands pâles.

Après avoir quitté le camping, j’ai roulé jusqu’au village. Un beau centre ancien avec une église du 12ème siècle. J’ai d’abord demandé aux touristes un tampon dans mon passeport de pèlerin. Malheureusement, ils ne l’avaient pas, mais la dame qui m’a aidé a été très utile et a appelé jusqu’à ce qu’elle trouve quelqu’un qui avait un timbre. L’homme qui est venu m’a donné le timbre et m’a montré l’auberge de pèlerins qu’ils ont à côté de l’église. Bel endroit.

 

Puis il m’a fait visiter l’église. C’est une église de Jacob et il y avait une belle statue de Jacob. Il y avait aussi une fresque médiévale sur laquelle il se tenait, mais c’était une bonne chose que l’homme me l’ait dit car je ne l’avais pas reconnue sans explication à cause des siècles d’usure.

Le style de l’église est roman mais très élevé. Ils soupçonnent que les influences du style viennent de Cluny (en partie style Cluniacenzer) dès le 12ème siècle.

Après avoir regardé l’église, je suis sorti tranquillement du village et j’ai roulé à travers les collines. Je suis sorti du Morvan depuis Luzy et cela se remarque. Tout l’environnement a changé. La forêt a fait place aux prairies.

Il est allé en ville à Gueugnon. C’est un endroit assez grand. D’abord à l’église, un timbre, espérons-le, toujours agréable. C’est une très belle église où j’ai regardé autour et me suis assis pendant un moment. Après avoir pris quelques photos, je suis allé voir s’il y aurait une maison paroissiale ou un presbytère derrière l’église, parce que c’était sur la carte. Juste avant que j’arrive, un homme est sorti de la voiture. Je soupçonnais un prêtre. J’ai marché derrière lui et j’ai demandé un timbre. Nous avons discuté et il m’a invité à entrer. Ce que j’avais négligé, c’est qu’en plus d’une chemise avec un col de prêtre, il portait aussi une croix. C’est l’évêque d’Autun qui visitait cette église à Gueugnon. Il y avait d’autres personnes et j’ai expliqué ce que je faisais. Ils étaient tous très intéressés et j’ai eu des boissons et des biscuits ! Délicieux. Après avoir reçu un beau timbre de l’évêque, il m’a même donné son numéro de téléphone en cas d’urgence. Réunion très spéciale. Après avoir été photographié, j’ai recommencé à tourner.

Je n’ai eu à parcourir que quelques kilomètres pour me rendre au camping situé juste au sud de Gueugnon. C’était une route assez longue par rapport à ce à quoi je m’étais habitué dernièrement, mais ça s’est bien passé. Quand je suis arrivé au camping, j’ai roulé le terrain. Vide. Réception fermée et bloc sanitaire fermé… ce qui maintenant… le prochain camping était à 20km.

J’ai finalement décidé d’utiliser le numéro de téléphone que l’évêque m’a donné. Il a répondu et m’a demandé d’attendre parce que quelqu’un pourrait venir (quand j’étais à l’église, ils avaient appelé le camping, et il semblait que quelqu’un allait venir) et nous avons convenu que je le rappellerais au bout d’une heure. J’étais donc là, à attendre. Personne ne venait. Juste un passant. Il a même appelé la mairie pour s’informer sur le camping, mais cela n’a pas fonctionné. Un coureur passait aussi de temps en temps, mais malheureusement, personne ne pouvait m’aider pour une nuit.

Au bout d’une heure, l’évêque m’a appelé et m’a demandé comment ça s’était passé. Je lui ai dit que j’étais toujours debout devant le camping, en espérant que quelqu’un viendrait l’ouvrir. Puis l’évêque m’a demandé si je pouvais rester avec lui dans le palais épiscopal à Autun. Il doit aller à Gueugnon demain et il pourra m’y ramener.

Et c’est ainsi que je me trouve maintenant dans une salle du palais épiscopal qui donne sur la cathédrale. Je viens d’avoir un délicieux dîner avec de la soupe et de la salade fraîches avec des légumes du potager de l’évêque et de belles conversations avec l’évêque.

Nous nous lèverons tôt demain matin. Vers 6h45, nous repartons en direction de Gueugnon. De là, je roule jusqu’à Paray-le-Monial. Maintenant, je vais dormir vite. A demain.

Et si vous n’êtes pas encore inscrit à la newsletter, faites-le sur la page d’accueil. Alors, vous resterez informé.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Gueugnon à Paray-le-Monial

Je me suis levé tôt ce matin. A 7h45, nous avons dû partir en voiture. Mais d’abord, nous avons pris un bon petit déjeuner. Puis du palais épiscopal d’Autun où j’ai dormi, je suis retourné à Gueugnon. Presque une heure. Entre-temps, nous avons parlé à l’évêque. J’ai apprécié les champs magnifiquement éclairés par le soleil levant. Finalement, l’évêque m’a remis à l’endroit où il m’avait pris et mon voyage a pu continuer.

Après que l’évêque m’ait déposé, j’ai recommencé à rouler. Une route assez fréquentée. Heureusement, j’ai rapidement découvert une étroite route parallèle. Quand je suis arrivé ici, un marcheur m’a rattrapé. Je l’avais vue hier en attendant l’évêque. Elle m’avait alors demandé si tout allait bien. Et maintenant elle me demande comment ça s’est passé. Elle pensait que c’était si spécial que j’ai fait ce voyage qu’elle a appelé un de ses amis. C’est un journaliste. Nous avons marché ensemble pendant un certain temps jusqu’à ce que cet ami arrive. Il m’a interviewé en français et je lui ai donné ma carte de visite avec mon site web. Espérons qu’il pourra alors en faire une belle histoire. Quand il aura terminé, il me l’enverra.

Je suis passé par Digoin. Ici, j’ai eu une discussion avec les Hollandais. Elle m’a dit qu’un peu plus loin, il y a un canal qui passe au-dessus d’une rivière. Spécial à voir.

Ensuite, je suis allé à l’église. Belle église rayée. J’ai aussi un beau tampon dans mon passeport de prêtre. J’ai immédiatement remarqué qu’il avait reçu hier un tampon (avec signature) de l’évêque.

Après Digoin, je suis passé à Paray le Monial. C’est une sorte de pèlerinage. Plus d’informations à ce sujet demain. Malheureusement, le terrain de camping a été fermé à nouveau. Heureusement, j’ai plus d’options ici, mais j’ai décidé d’aller à l’église d’abord. Ici, devant la porte, j’ai rencontré une femme avec un vélo à trois roues. Je lui ai dit que je n’avais pas encore d’endroit pour dormir. Elle allait appeler pour voir si elle pouvait arranger quelque chose et nous avons convenu de nous voir après le service religieux de 18 heures. Elle avait en effet trouvé un endroit pour dormir, mais avec des escaliers. Mais ce n’est pas en soi un problème si important. Mais dans l’église, il y avait aussi une femme en fauteuil roulant. Elle est venue me voir et nous avons discuté en anglais/français et elle m’a proposé de rester dans sa maison adaptée. Et me voilà maintenant. Nous venons de dîner avec d’autres personnes et avons été invités à rester ici demain pour voir un peu plus de Paray le Monial. Je n’avais pas eu le temps de le faire aujourd’hui parce que je suis arrivé en retard après 32 km de roulage. Il me reste encore une journée sur mon agenda (je ne devrais être à Taizé que le samedi). Demain sera donc une sorte de jour de repos ici, puis je visiterai des choses avec différentes personnes. C’est pourquoi j’écrirai plus sur Paray le Monial demain.

 Il est maintenant temps de dormir.

A demain !

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Neuvième jour. Jour de repos???

 

Pas sur la route aujourd’hui mais en visite à Paray le Monial. J’ai été invité hier soir.

Paray le Monial est le lieu de culte du Saint Coeur. Au XVIIe siècle, la religieuse Marguerite-Marie Alacoque a reçu ici des apparitions de Jésus montrant son Sacré-Cœur. Beaucoup de gens le savent peut-être grâce aux beels du Sacré-Cœur que l’on trouve dans de nombreuses églises (et, comme vous ne le savez pas, la prochaine fois que vous serez dans une église catholique, voyez si vous pouvez trouver une image de Jésus avec son cœur visible).

Ce matin, je suis allé pour la première fois avec Dina qui m’a fait visiter la Chapelle de Visitation. L’église sur le lieu des apparitions. Ici, je suis allé à la messe. Après cela, je suis resté un moment pour visiter cette belle église. 

Il était alors temps d’aller dans une deuxième église. C’était l’église de “Saint Claude la Colombiere”. Voici de très belles mosaïques. Le reste de l’église est également très beau. Beaucoup de vitraux. Le tout avec des photos de membres de l’ordre des jésuites (qui comprend également le pape actuel) qui ont été canonisés.

 

Puis nous sommes allés dans une autre chapelle proche de la basilique du XIIe siècle où j’étais hier soir et où j’ai vu un film/documentaire sur Paray le Monial et l’histoire de Marguerite-Marie Alacoque et de Saint Claude la Colombiere. Ensuite, j’ai parlé au prêtre qui m’a expliqué le film.

J’ai presque oublié de mentionner que j’étais dans le journal aujourd’hui. J’ai été présenté à beaucoup de gens pendant la visite de la ville et j’ai souvent fait mon reportage et montré le journal. Je vais redevenir célèbre en France.

Ce soir, nous avons encore dîné et discuté jusqu’à (trop) tard. Dormir si vite parce que demain est un autre jour de voyage.

salutations,

 Pèlerin en fauteuil roulant

Paray-le-Monial à Charolles

Le dixième jour, ça tourne encore

10 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant 

Il s’est levé ce matin vers 7h30 et a rapidement fait ses valises pour prendre son petit déjeuner. Vers 8h45, je suis parti après que le frère et la soeur m’aient fait signe de partir, où j’ai été le bienvenu pendant deux nuits. J’ai même eu un délicieux pain pour le déjeuner.

Après mon départ, je suis allée à l’église du monastère des Clarisses (où vivent des sœurs qui sont en fait la branche féminine des Franciscains). Malheureusement, je suis arrivé avec seulement 5 minutes de retard, mais heureusement, j’ai quand même pu entrer. C’était une belle église. Malheureusement, je ne comprends pas grand-chose, mais heureusement, j’ai pu suivre les conférences en néerlandais, car elles se déroulent selon un certain horaire et je connaissais donc les conférences à l’avance.

Dans tous les monastères de Franciscains et de Clarisses, il y a une belle icône de la croix. La croix de Saint-Damien. Ce sont des répliques de la croix qui est suspendue à Assise dans le monastère de Sainte-Clara.  

Après la messe et les adieux de quelques autres que j’ai rencontrés ces derniers jours, j’ai quitté Paray le Monial. Mais juste avant de quitter la ville, je suis passé devant une boutique où ils vendent des choses que certains de mes disciples reconnaissent. À savoir mes disciples qui font partie du groupe musical Kisi dans lequel mon fils siège également. 

Cela m’a rappelé la comédie musicale Georges et le Dragon. 

 

Une fois sur la route, j’ai évité une route un peu encombrée. J’ai ensuite roulé sur de belles routes de campagne qui, malheureusement, venaient d’être asphaltées. Cela semble bien, mais en France, on jette sur ce genre de routes une couche de gravier qui est pressée dans la chaussée collante par les voitures et, dans mon cas, par le fauteuil roulant. Ce gravier est meuble et à cause de la couche collante qui se trouve en dessous, des cailloux collent régulièrement à mes roues. Heureusement, ce n’était que quelques kilomètres.

Après le morceau de gravier, j’ai trouvé un bon moyen. La route longeait la route à péage et était droite et tranquille. A gauche la route principale et à droite les vaches et les prés. Les nuages étaient très beaux aujourd’hui !

En cours de route, j’ai eu un bon déjeuner qui m’a été offert. Du pain savoureux qui a aussi l’air bon !

Puis je suis arrivé à Charolles. Je suis d’abord allé à l’église pour la voir et j’ai frappé à la porte de la maison voisine où vit le prêtre. Malheureusement, il n’était pas chez lui. J’ai donc obtenu un timbre de l’office du tourisme. Je leur ai demandé s’ils connaissaient un endroit où dormir pour demain, mais jusqu’à présent, c’est encore assez difficile. Donc pour demain, je dois attendre et voir où je peux dormir. Peut-être dans un monastère, mais comme ils n’ont pas de maison d’hôtes là-bas, je ne savais pas si c’était possible. Les gens où j’ai dormi à Paray le Monial sont en train de le découvrir pour moi. Et j’entends au moment où j’écris ces lignes que je peux effectivement dormir ici. C’est ce qui est bien dans le fait que je connaisse maintenant plusieurs personnes en France. (Merci !)

Après avoir pris quelques photos du bâtiment d’information touristique parce qu’il y avait un panneau sur cet ancien monastère disant que Sainte Marguerite Marie de Paray le Monial avait reçu sa première communion dans ce monastère. En outre, c’était aussi un très beau bâtiment. Le reste de cet endroit est également magnifique. Beaucoup de beaux bâtiments.

Maintenant, je suis au camping et je vais me coucher très tôt. Demain, je reprendrai la route et je suis content d’avoir un endroit où dormir.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Charolles à Verosvres

Onzième jour, en haut de la montagne

Le 11 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant

 

Je me suis réveillé ce matin vers 7 heures. Puis j’ai commencé à me changer et à faire mes valises. J’ai discuté avec les Néerlandais sur le camping et j’ai essayé d’expliquer en français aux campeurs français ce que je fais. Quand j’ai fait mes valises, je suis parti.

Hier, j’étais déjà allé à l’église de Charolles et il n’y avait personne pour me donner un timbre. Ce matin, avant de quitter la ville, j’ai fait une autre tentative qui a eu plus de succès. Cette fois-ci, le prêtre était présent et il m’a donné un autre beau tampon dans mon passeport de pèlerin. J’ai déjà une belle collection. 2 passeports de pèlerin complets et maintenant le 3ème déjà bien rempli. Tous les timbres sur la photo sont de cette année.

J’ai passé la plus grande partie de la journée à me rouler. Surtout au début, je conduisais dans les prés avec beaucoup de vaches et surtout beaucoup de taureaux. Peu à peu, je commence à me demander pourquoi je vois tant de taureaux ici. Aujourd’hui, j’ai vu plus de taureaux que de vaches. Ils sont énormes et musclés mais ne se tiennent que derrière un mince fil de fer barbelé. Apparemment, ils sont assez calmes.

Au milieu de la journée, il y avait encore un peu de forêt et il y avait aussi de grands tas d’arbres coupés. Je ne les avais pas vus depuis que j’avais quitté le Morvan.

J’ai rencontré beaucoup d’insectes aujourd’hui. Les sauterelles étaient souvent sur la route et ont sauté/volé quand je suis arrivé. Ils ont de très belles ailes bleues et rouges que je peux très bien voir, mais ils sautent ou volent trop vite pour une photo. Il y avait aussi beaucoup de lézards et les fleurs étaient pleines d’abeilles et d’autres insectes.

J’ai aussi trouvé toutes sortes de friandises en chemin. Pommes, noix et mûres. Savoureux !

Je suis maintenant arrivé à Verosvres. J’ai d’abord regardé l’église, puis j’ai reçu un timbre de la Mairie. Ensuite, je suis allé dormir chez moi. En chemin, je suis tombé sur un autre lavoir. La première cette année. L’année dernière, j’avais rencontré beaucoup de choses, mais pas encore.

Je suis ici avec deux sœurs franciscaines dans la maison natale (bien que je dorme dans l’ancienne écurie) de Sainte Marguerite Marie Alacoque dont j’ai déjà parlé quand j’étais à Paray le Monial.

Je viens de pouvoir très bien pratiquer mon français car les sœurs ne parlent que le français. J’ai dîné avec eux ce soir et demain à 8 heures, le petit déjeuner sera de nouveau prêt. Nous avons eu une discussion agréable et nous en sommes sortis avec des gestes et, à l’occasion, une traduction sur Google.

Je vais me coucher très tôt. Je suis de nouveau très fatigué. Je vais à Cluny demain. 

Salutations,  

Pèlerin en fauteuil roulant 

Verosvres à Cluny

Douzième jour, des sœurs à la ville monastique historique

12 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant
 
Ce matin à 7h15, mon réveil a sonné. J’ai fait mes valises et je suis allée prendre le petit déjeuner chez les sœurs à 8 heures. Joli petit déjeuner avec du pain, des fruits, de la confiture et un grand bol de thé d’un plat de Taizé. J’ai parlé dans mon meilleur français avec les sœurs au petit déjeuner et elles m’ont aussi donné un bon panier-repas.

Après le petit déjeuner, je suis allé à la chapelle pendant un moment, puis il était temps de partir. On m’a chaleureusement fait signe de partir ! Mes sœurs, si vous pouviez lire ceci, merci encore!

Après être parti, j’ai suivi la navigation sur mon téléphone portable. C’était sur les pistes cyclables, donc ça devrait bien se passer. J’ai roulé sur une route asphaltée dans la montagne. Assez raide. A mi-chemin, j’ai décidé de rouler à reculons sur la montagne parce que je pourrais alors mettre plus de puissance (pensez à un bateau à rames) et ne pas basculer en arrière. Alors, lentement mais sûrement, je me suis enroulé. Très lentement, la route est passée d’un chemin goudronné à un chemin non goudronné. Seulement des traces de tracteur. J’ai également été dépassé par un fermier en tracteur qui se demandait si je devais vraiment aller par là, mais c’était de loin le chemin le plus court, alors j’ai continué. Heureusement moins escarpé mais non pavé. A mi-chemin, j’ai atteint le sommet et j’ai été récompensé par une belle vue. Après cela, je n’ai fait que descendre. Cela s’est bien passé et j’ai même fini par me retrouver sur une route pavée. Après cela, malheureusement encore une fois une pente très raide. Il fallait aussi revenir en arrière, se reposer et boire tous les quelques mètres. Au sommet, il y avait déjà des résidents qui m’avaient vu arriver, qui m’attendaient et qui ont rempli à nouveau ma bouteille vide d’eau. Après une discussion, j’ai continué. À ce moment, j’avais roulé 5 km et le premier jeu de batteries était presque vide (seulement 2 des 5 lumières étaient allumées, normalement je peux rouler encore 5 km). Encore 20 km pour aller à Cluny

Après cette montée, j’étais épuisée et affamée, alors il était temps de manger le déjeuner des sœurs. J’avais déjà mangé la banane à mi-chemin de la pente, mais il était maintenant temps de manger du pain et du fromage.

Après le déjeuner, j’ai continué. À partir de ce moment, la route s’est en grande partie dégradée et le reste du trajet a continué ainsi. Très bien ! J’ai rapidement été traité au raisin. Un plant de vigne sauvage avec de nombreuses grappes de raisin et de beaux fruits sucrés ! Savoureux !

J’ai continué à rouler dans les prés. Beaucoup de vaches françaises et 1 prairie avec des vaches néerlandaises en noir et blanc. 

Dans un village, j’ai vu un autre lavoir, il était si propre qu’il pouvait être réutilisé en un rien de temps. Souvent, il y a de l’eau sale dedans, mais ici, c’était propre.

Plusieurs fois, j’ai traversé de minuscules villages qui, malgré leur petite taille, disposaient de toilettes publiques. Idéalement, ils devraient aussi le faire aux Pays-Bas

Je suis allé dans une église en cours de route avec des sortes de peintures modernes. On aurait dit que c’étaient des histoires bibliques dans des vêtements “modernes”. Extraordinaire.

Après quelques kilomètres de route, je suis arrivé à Cluny. J’ai dîné ici, puis je suis allé au camping. 

 

La tente est à nouveau montée et je suis allongé sur mon lit. Le fauteuil roulant est en train de charger dans le bâtiment des toilettes.

Demain, je vais voir la ville, puis je me rendrai à Taizé. Alors, c’est déjà la fin du pèlerinage pour cette année.

Salutations 

 Pèlerin en fauteuil roulant

Cluny à Taizé

Treizième jour 

13 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant

Il a quitté Cluny ce matin. L’église Saint-Marcel a été fondée au XIIe siècle. Je remarque que mon français s’est vraiment amélioré au cours des deux dernières semaines car je peux maintenant suivre l’histoire qu’ils lisent et aussi, grâce au sermon, je peux en comprendre les grandes lignes. Après la célébration, j’ai demandé au prêtre un timbre, mais malheureusement il n’en avait pas. Il m’a conseillé d’aller à la maison paroissiale un peu plus loin. C’est donc ce que j’ai fait. En chemin, une femme qui était aussi à l’église m’a rattrapé et m’a montré la maison de la paroisse et m’a offert un timbre. Elle l’a donc remis en place.

Ensuite, je suis allé au monastère de Cluny. Dans le centre, on s’adressait régulièrement à moi. Certaines personnes ont vu ma coquille (marque de pèlerin) ou m’ont vu à l’église et/ou dans le journal. Maintenant, je comprends un peu ce que ressentent les gens célèbres.

Au monastère lui-même, je n’ai malheureusement pas pu entrer. Selon les gardiens, mon fauteuil roulant ne rentre pas dans leur ascenseur. Je sais que cela correspond parce que je suis déjà passé par là, mais je n’ai pas pu les convaincre. Je n’ai vu que la boutique et l’extérieur du monastère ou ce qu’il en reste. Au Moyen Age, le monastère de Cluny était très important et immense. Partout dans la ville, on trouve des vestiges de bâtiments ayant appartenu au monastère d’origine. C’est agréable à voir.

Cluny est également célèbre pour ses chevaux. Il y a un très grand haras de chevaux. Il y a environ 5 ans, je l’avais déjà visité et maintenant je viens de le dépasser. Dans ce haras, plusieurs chevaux spéciaux sont élevés et des compétitions et des spectacles sont organisés. Aujourd’hui, il y a eu un concours de dressage que j’ai regardé. Une fois que j’ai aussi monté un cheval, je l’aime toujours et les chevaux sur la route reçoivent toujours un peu plus d’attention de ma part. Maintenant, je monte mon cheval en acier (titane/aluminium) !

Sur la route de Taizé, j’ai emprunté une belle piste cyclable appelée “voies vertes”. Il s’agit souvent de pistes cyclables qui longent d’anciennes voies ferrées, comme celle-ci. Et c’était bon à voir régulièrement. Il y a même une gare, seule la voie ferrée a été transformée en piste cyclable.

Après environ 10 km de roulage, j’ai une première vue sur Taizé.

Taizé est construit sur une colline. Après l’avoir conquise (il m’a fallu presque une heure pour y monter alors que ce n’est qu’une toute petite partie, voir aussi le profil d’altitude), j’ai d’abord visité la petite église romane du 12ème siècle.

Ensuite, je suis allé au clocher de Taizé, que beaucoup connaissent, et là, je me suis inscrit. On m’a assigné ma baraque (117B) et après y avoir mis mes affaires, je suis retourné à la tour pour l’heure du thé et j’ai pris du thé et du gâteau. Ensuite, j’ai obtenu un tampon dans mon passeport de pèlerin et avec cela, le pèlerinage de cette année est terminé.

Dans les prochains jours, je vais écrire quelque chose de temps en temps. Si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser, ci-dessous ou par courrier électronique. Je leur répondrai dans les prochains jours.

Je vais aller à la prière du soir et ensuite je dormirai. Je suis très fatiguée de ce voyage, mais c’était à nouveau magnifique !

Salutations ,

Pèlerin en fauteuil roulant

un après-midi sur le chemin de l’église

Le 16 septembre 2020 par un pèlerin en fauteuil roulant


Plus de blog quotidien maintenant que je ne suis plus sur la route, mais la semaine prochaine j’écrirai de temps en temps sur ce que je vis à Taizé et au-delà et peut-être aussi sur des choses que j’ai vécues sur la route mais que je n’ai pas encore décrites.

Hier après-midi, j’ai passé un après-midi loin de Taizé. J’ai été ramassé par la femme où j’ai séjourné à Paray le Monial. Nous sommes allés dans son joli bus adapté aux fauteuils roulants. Son frère et celui qui m’a fait visiter Paray le Monial étaient là aussi. Nous sommes sortis tous les quatre.

Nous avons d’abord visité une chapelle spéciale. Chappel de Charcuble. Cette chapelle a été construite le 1er mai 1941 par un groupe de jeunes en 24 heures. La chapelle est dédiée à Sainte Jeanne d’Arc et à Saint Philippe.

Puis nous avons continué vers Blanot. Une très belle vieille ville avec une belle église romane du 11ème et 12ème siècle. Je pense que les églises romanes sont très belles et qu’il y en a beaucoup dans la région.

Nous avons également vu un beau vieux four à pain. Je travaille comme bénévole à l’Archeon, un musée historique en plein air. Dans la partie médiévale du parc, nous avons aussi un four à pain et ce four me l’a rappelé.

Après Blanot, nous sommes allés à Tournus. En chemin, nous avons vu beaucoup de belles choses. Plusieurs châteaux, des églises médiévales, de belles maisons et de belles vues sur les collines.

IÀ Tournus se trouve une abbatiale romane du XIe siècle. Très beau. Lors de la restauration du sol en 2002, une mosaïque du 11e siècle a été trouvée sous des couches de carreaux et de béton posées sur la mosaïque entre le 16e et le 18e siècle. Une partie de cette mosaïque est maintenant visible. Très beau.

J’aime toujours chercher dans l’église des choses amusantes faites par les constructeurs. Par exemple, il y a souvent des images amusantes de personnes, d’animaux et/ou de monstres au sommet des piliers. Dans cette église aussi.

Puis il était temps de retourner à Taizé. Sur le chemin du retour, on m’a offert une pizza et quelques minutes après le début de la prière du soir, nous sommes revenus à Taizé. Nous sommes allés ensemble à la dernière partie de la prière du soir et après cela, nous nous sommes dit au revoir.

C’était un bel après-midi, nous avons vu beaucoup de choses agréables. Merci beaucoup !

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Taizé

Je suis à Taizé depuis près d’une semaine maintenant. J’ai mentionné Taizé à plusieurs reprises dans mes blogs, mais qu’est-ce que Taizé de toute façon ?

Taizé est un petit village de Bourgogne, en France. Environ 800 km en voiture depuis Utrecht. Voici un monastère avec des frères.

 En 1940, le Suisse Roger Schütz est arrivé ici et a acheté une maison avec l’idée de fonder une sorte de monastère, mais cela n’a vraiment commencé que plus tard. En temps de guerre, il a attrapé ici des gens qui avaient besoin d’aide. De 1942 à 1944, il est revenu en Suisse à cause de la guerre. Il est ensuite revenu à Taizé en 1944 et c’est là qu’une communauté de frères a vu le jour. Frère Roger était protestant comme les autres premiers frères, mais à la fin des années 60, le premier frère catholique est entré et depuis lors, c’est une communauté œcuménique.

Bientôt, de nombreux jeunes sont venus rendre visite aux frères. Souvent des jeunes d’origines diverses, protestants, orthodoxes catholiques orientaux et aussi beaucoup de personnes qui recherchent. Chaque semaine, le dimanche, arrivent les nouveaux arrivants qui restent une semaine. D’autres années, pendant les mois d’été, ce sont souvent jusqu’à 2 ou 3 000 personnes par semaine qui sont accueillies ici. Ils dorment dans des tentes et des casernes (dortoirs avec plusieurs lits superposés, parfois pour 4 personnes mais pouvant aussi être de 12 personnes). Mais cette année, en raison de la couronne, un maximum de 500 personnes sont autorisées, mais il y a moins de 200 personnes cette semaine. Je viens ici depuis environ 9 ans et c’est très différent pour moi d’être ici maintenant parce que nous sommes avec un si petit groupe, mais malgré cela c’est très bien.

Mais que peut-on faire à Taizé pendant une journée ? Je vous écris ci-dessous.

8h15 prière matinale avec chant, silence, lecture et communion. puis mon petit déjeuner préféré avec du pain, des barres de chocolat (les barres de chocolat servent aussi à faire des croissants au chocolat) et du thé ou du lait au chocolat.

À 10 heures, la Bible est présentée par un frère. Chacun reçoit une feuille de texte biblique et un certain nombre de questions auxquelles il doit réfléchir. Il ne s’agit pas seulement de questions sur le texte biblique, mais surtout de questions personnelles et profondes telles que “qu’aimeriez-vous retirer de cette semaine”, “y a-t-il quelque chose que vous voulez changer dans votre vie ou dans la société”, “comment faites-vous l’expérience de Dieu dans votre vie ? Après l’explication du frère, il y a un temps de silence pendant lequel vous pouvez réfléchir à ces questions par vous-même.

12h20 prière de l’après-midi avec chants, lecture, silence et ensuite un déjeuner chaud.

14h00 il y a eu d’autres années de répétition de chant où nous pouvons apprendre les différentes voix des chants de Taizé. Mais à cause de la situation avec covid19, il n’y a pas de formation chorale cette année, ce que je regrette, mais d’un autre côté, c’est maintenant le moment pour moi de m’allonger sur mon lit pour me reposer un peu.

15.15 nous avons une conversation à l’occasion de l’introduction de la Bible avec le petit groupe dans lequel tout le monde est divisé. Cette année, j’ai un groupe international très sympathique avec tous les jeunes de 30 à 40 ans. Parce que nous sommes dans des groupes de personnes très différentes, de nationalités différentes, de milieux religieux différents, etc. cela donne lieu à des conversations agréables et intéressantes. De toute façon, j’ai un groupe très sympathique et aussi avec les repas que nous prenons habituellement ensemble.

17h00 Thé. Quiconque est déjà venu ici connaît le doux thé de “Taizé”. Par temps froid, vous obtenez du thé chaud et par temps chaud, c’est du thé glacé mais toujours le même thé dissolvant qui est très sucré. Et un biscuit avec.

Après le thé, il y a des ateliers quelques fois par semaine. Sur des sujets variés. Cette semaine, il était question d’écologie et il y a eu un atelier d’un prêtre orthodoxe d’Amsterdam.

19 heures, c’est l’heure du repas chaud. Habituellement, il est également temps de se retrouver avec le groupe.

Prière de 20h30. Il y a des chants, de la lecture de la Bible, de la prière, et toujours une période de silence, puis de nouveau des chants. Il n’y a pas vraiment de fin à ce service. Même si, à un moment donné, les frères partent et qu’après cela, tout le monde est libre de partir, mais certains continuent à chanter jusque tard dans la nuit. Ou bien les gens retournent dans l’église quand ils ne peuvent pas dormir.

Le vendredi et le samedi, les prières du soir sont un peu différentes. À Taizé, la Pâque est célébrée tous les week-ends. Le vendredi, comme les bons vendredis, on commémore la mort de Jésus. Cela se fait selon la méthode orthodoxe orientale avec une prière autour de la croix.

Le samedi soir, la résurrection de Jésus est célébrée (Pâques) avec une fête lumineuse où chacun reçoit une bougie et où la lumière est transmise aux autres pendant le service. Toujours très belle.

  Le soir après 22 heures, il est possible de visiter Oyak, une sorte de café où l’on peut prendre un verre ou une collation. Souvent, les gens jouent de la musique en direct. Un lieu de rencontre agréable.
Et après, c’est l’heure de se coucher.

Si vous êtes curieux, vous pouvez écouter les prières en direct ici et le samedi soir (également ce soir) vers 20h30, vous pouvez regarder la diffusion en direct de la célébration sur Facebook. Vous pouvez également le regarder plus tard. Pour cela, il n’est pas nécessaire d’avoir un facebook.

Demain matin, il y aura une célébration eucharistique de clôture et après cela, il est temps de repartir lentement vers les Pays-Bas. Il me faudra encore environ 3 jours.

Si je rencontre des choses agréables ou spéciales en cours de route, j’écrirai un blog à ce sujet, et sinon, à mon retour chez moi.

Salutations,

Pèlerin en fauteuil roulant

Retour à la maison

 

 

Je suis à la maison depuis quelques jours maintenant.
J’ai fait un bon voyage de retour.

Les derniers jours à Taizé ont été très bons. De belles célébrations de prières, des ateliers intéressants et des noix fraîches provenant des noyers ! J’avais un groupe très sympathique avec lequel j’ai passé beaucoup de temps. Non seulement le temps des groupes de conversation, mais nous avons aussi mangé ensemble et passé d’autres moments de temps libre ensemble. Nous nous sommes beaucoup amusés et avons également eu beaucoup de bonnes conversations. 
Mais samedi soir, le premier et dimanche le reste sont partis, je pense que j’étais le dernier de notre groupe à quitter le terrain et la semaine de Taizé était terminée. Nous avons échangé nos coordonnées et nous espérons rester en contact de temps en temps. Ce voyage m’a quand même permis d’avoir de bons contacts. 

Après mon départ de Taizé, j’ai d’abord pris la direction du nord-ouest, vers le château Guedelon à Treigny. C’est le contraire des nombreux autres châteaux que j’ai rencontrés en chemin, pas un vieux château mais un château qu’ils n’ont commencé à construire qu’en 1998. Il est construit comme un lieu de recherche, les scientifiques peuvent tester par eux-mêmes comment les choses étaient réellement construites et faites au Moyen Age, l’archéologie expérimentale.

Le château est construit avec tous les matériaux qu’ils prennent sur le site même, différents types de pierre pour les murs du château, du bois pour les poutres, de l’argile pour les tuiles et les pots et casseroles, et du sable, de la chaux et toutes les autres fournitures pour le ciment permettant d’assembler toutes les pierres. 

Le site est entièrement construit à la manière médiévale (12ème siècle) avec des outils de cette époque, également ces outils sont fabriqués sur place par le forgeron. Les grandes pièces (troncs d’arbres, pierres) sont transportées à cheval et en charrette au bon endroit.
Et beaucoup d’autres métiers sont actifs ici, menuisiers, teinturiers de laine, peintres qui peignent avec des pigments qui viennent aussi de leur propre terre, vanniers. Très intéressant à voir. 

Je suis allé à Guedelon environ 4 fois au cours des 5 dernières années et c’est très agréable de voir comment le château prend forme. En ce moment, ils travaillent sur la façade du château où se trouvera le pont de ramassage. Les pierres sont soulevées à l’aide d’une sorte de grue où tout est soulevé par des gens qui marchent dans une sorte de roue de hamster.

Pour moi, tout cela est particulièrement intéressant à voir car je travaille moi-même comme bénévole au musée en plein air de l’Archéon. Il s’agit d’un parc où les maisons médiévales, l’artisanat et leurs habitants sont représentés. Je suis moi-même assis dans la maison du cordonnier depuis plusieurs années (seulement cette année par covid19 malheureusement pas) en tant que cordonnier médiéval. Très agréable à faire.

Les autres jours, j’étais sur la route (4 jours au total), je roulais tranquillement sur de petites routes où je suis tombé sur de belles choses. de beaux villages historiques français, beaucoup de beaux châteaux et églises. J’ai également conduit dans de nombreux endroits où j’étais passé en tant que pèlerin l’année dernière.

Les nuits, je dormais dans des campings. Le dernier jour, j’ai rendu visite à un ami en chemin et je suis finalement rentré chez moi dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 septembre.

Ces derniers jours, j’ai été occupé à tout nettoyer et à me réhabituer à la vie normale. après un tel pèlerinage, il faut toujours que je m’habitue à l’agitation de la vie quotidienne. mais c’est aussi bon d’être à nouveau chez soi.

 

Bientôt, je vais recommencer avec les premiers préparatifs de l’année prochaine. Puis probablement de Taizé au Puy en Velay.

Mais avant de commencer, je vais laisser toutes les belles expériences du dernier voyage s’imprégner. Je vais également écrire un blog avec une rétrospective et avec toutes les statistiques de ce pèlerinage, comme les distances, les coûts, etc. Je pense que je le suivrai quelque part la semaine prochaine.

 

Inscrivez-vous à la newsletter sur la page d’accueil et vous serez informé de mes nouvelles publications.

 

Salutations,

 

 Pèlerin en fauteuil roulant

2020, un beau pèlerinage, clôture et statistiques

Cela a pris un certain temps mais voici enfin mon blog de clôture avec toutes les statistiques de mon pèlerinage passé.
Ces dernières semaines, j’ai mis à jour le site web et décrit mon blog ici, afin de présenter toutes les cartes routières et les profils d’altitude. C’est très agréable à faire parce qu’en parcourant toutes ces photos et ces histoires, beaucoup de souvenirs reviennent, ceux que j’ai écrits mais aussi beaucoup d’autres choses.
J’ai également travaillé sur la traduction anglaise (pour l’instant encore partiellement automatique par manque de temps) et la traduction française (traduction entièrement automatique car malheureusement mon français n’est pas assez bon pour le traduire moi-même) de mon site web, car de plus en plus d’adeptes non néerlandophones s’y ajoutent.

En parlant de mes disciples, je tiens à remercier tous mes fidèles lecteurs et tous ceux qui m’ont répondu et/ou envoyé des messages par courrier électronique, ces messages m’ont aidé à faire ce beau et spécial pèlerinage, surtout dans les moments difficiles ; il était agréable de savoir que tant de personnes voyagent avec moi. J’ai vraiment apprécié de pouvoir partager mes expériences avec vous tous les jours, savoir que les gens lisaient avec moi m’a également aidé à regarder les choses consciemment et à faire attention aux choses que je passe souvent devant (ces beaux champignons, fleurs ou créatures comme les sauterelles).

Il y a beaucoup de gens qui m’ont aidé en cours de route, certains avec de petites choses comme toutes les fois où quelqu’un m’a dit bonjour, et les pouces levés qui sont sortis des voitures qui m’ont dépassé alors que je roulais sur une pente raide.
Et aussi des gens qui m’ont aidé à trouver mon chemin, ont rempli ma bouteille d’eau, ont discuté ou partagé leur repas avec moi. Des petites choses qui étaient très importantes pour moi.
Parfois, des choses encore plus importantes, des gens que je ne connaissais pas et qui m’ont accueilli chez eux où j’ai pu profiter de leur hospitalité pendant 1 ou même 2 nuits. des gens qui sont venus me chercher pour m’amener chez eux quand j’étais dans le besoin parce que je me trouvais devant un camping fermé. Certains d’entre eux sont maintenant devenus des amis.

Ce sont ces choses qui ont rendu mon pèlerinage encore plus beau.
Merci!

Mais voici les statistiques :

Dates, étapes et nombre de kilomètres

1er septembre, Avallon – Marigny-l’Eglise 19,55km
2 septembre, Marigny-l’Eglise – Brassy 13,3km
3 septembre, Brassy – Planchez 21,94 km 
4 septembre, Planchez – Arleuf 25,37km
5 septembre, Arleuf – Larochemillay 22,86km
6 septembre, Larochemillay – Issy-l’Évêque 22,81km
7 septembre, Issy-l’Évêque – Gueugnon (Autun) 26,55km
8 septembre, Gueugnon – Paray le Monial 34,99km
9 septembre, jour de Paray le Monial
10 septembre, Paray le Monial – Charolles 21,52km
11 septembre, Charolles- Verosvres 19,31km
12 septembre, Verosvres – Cluny 28,13km
13 septembre, Cluny – Taizé 15,94 km

Total 272,27 km
13 jours de roulage font une distance moyenne de 20,94 km par jour.

Combien ça coûte ?

En ce qui concerne les coûts, j’essaie de vivre le plus sobrement possible pendant un tel pèlerinage pour plusieurs raisons. La première est que je vis avec un minimum de prestations (en raison de ma santé, je suis désapprouvé) et la seconde est que j’aime aussi vivre le plus sobrement possible pendant un tel pèlerinage, ce qui me rend encore plus conscient qu’un être humain n’a pas besoin de beaucoup. Je ne veux pas dépendre de l’argent que j’apporte avec moi (ce qui facilite grandement la résolution de la plupart des problèmes en cours de route) mais je veux avoir confiance en Dieu et en la bonté des gens. Mon expérience est que lorsque je résous des problèmes avec de l’argent au lieu de la confiance, je vis des choses beaucoup moins spéciales et j’ai moins de contacts avec les gens en cours de route.

Lorsque j’ai soif, j’appelle quelque part pour remplir ma gourde, ce qui me permet généralement d’avoir une conversation agréable et parfois même un repas. ou si je suis en face d’un camping à budget serré, je peux bien sûr prendre un hôtel cher, mais si j’ose croire qu’il y aura une solution, cela m’amène dans les endroits les plus spéciaux, que l’on peut lire sur ce blog où le voyage est décrit, e.a. au jour 4, au jour 7 et au jour 9, vous pouvez lire combien cette confiance m’a apporté.

Ce sont surtout les choses qui ne coûtent pas d’argent qui ont été les plus précieuses et les rencontres les plus spéciales. Gratuit mais inestimable !

Mais malgré cette confiance, je dépense de l’argent, et je vais décrire ci-dessous combien j’ai dépensé et à quoi je l’ai consacré.

les nuitées

Voyage aller 

1 Alphen – Revin , camping municipal les bateaux 8 euro
2 Revin – Vitteaux, camping municipal Vitteaux pas de possibilité de paiement … personne n’était présent.
3 Vitteaux – Taize, Baraque à Taize (sans frais)
4 Taize-Challon sur Saone-Dijon-Avallon, Camping Sous Rouche 7,65 euros

Total 15,65 euros 

Pèlerinage
1 Avallon – Marigny-l’Eglise Pilgrim’s Hostel, L’auberge du Crescent 15,-
2 Marigny-l’Eglise – Camping municipal de Brassy 6
3 Brassy – Planchez camping Municipal pas de gestion
4 Planchez – Camping Arleuf Dense, séjourné chez des néerlandais à Cussy et dans le Morvan) Gratuit mais inabordable !
5 Arleuf – Larochemillay Camping la Forrêt du Morvan 15,85
6 Larochemillay – Camping Issy-l’Évêque Les portes du Morvan 10 euros (tarif pèlerinage)
7 Issy-l’Évêque – Gueugnon (Autun) Fermer le camping, dormir à l’évêché. Gratuit mais inestimable !
8 Gueugnon – Camping Paray le Monial Close, 2 nuits chez des personnes que j’y ai rencontrées. Gratuit mais inestimable
9 jours Paray le Monial
10 Paray le Monial – Camping municipal de Charolles 7,50
11 Charolles- Verosvres Sœurs franciscaines Verosvres gratuit mais sans prix !
12 Verosvres – Cluny camping Municipal Cluny 7,80
13 Cluny – Taize Taize

Coût total des nuitées – 62,15

Taizé

105 euros, semaine incluant la nourriture

Voyage de retour

1 Taizé – Camping municipal de Saints-en-Puisayes 4,80 euros
2 Saints en Puisayes- Arcis-sur aube camping Arcis sur aube 12 euros ? (perte du reçu)
3 Arcis-sur-Aube – Revin Camping municipal les Bareaux 8 euros
4 Revin ! House !

Voyage aller-retour 24,80 euros par nuitée

Prix total pour 4 semaines de nuitées 207,60

Les repas.

 

En plus de dormir, bien sûr, je dois manger. Pendant mes pèlerinages, j’essaie de garder les repas sobres.

Faites payer la nourriture :

-Baguette quotidienne (parfois à moitié ou petite), en moyenne 60 centimes
-1 fois par morceau de fromage pendant 3 jours, la moyenne de 3 euros par morceau est de 1 euro par jour
-Quelque chose d’énergique pour les morceaux lourds et parce que c’est tout simplement délicieux ! chocolat, confiserie, barre de muesli en moyenne 0,50 par jour
-fruits naturels (pommes, poires, mûres), gratuit
-déjeuner et gâteries que j’ai reçus sur la route ou dans des lieux de séjour, gratuits et sans prix !


Moyenne totale de
2,10 euros par jour

Pendant le pèlerinage, environ 30 euros ont été dépensés en nourriture.
aller / retour environ 20 euros.

À Taizé, la nourriture/boisson était incluse dans le prix de la nuitée. 3 repas et dans l’après-midi, collation et thé. le soir, possibilité d’acheter quelque chose à Oyak (café), fait 2 fois, coûtait 20 cents pour la tasse de tisane que j’y ai bue. donc 40 cents dépensés.

J’ai également apporté un sac de couscous complet biologique avec des fruits secs de la maison et j’ai ajouté un mélange à crêpes pour une personne avec seulement de l’eau. c’était la première fois que je cuisinais plusieurs fois sur un petit brûleur de gaz de camping. je ne compte pas la somme que j’ai dépensée pour cela. en termes de nourriture, cela pourrait être 3 euros pour toute la période des repas instantanés.

Je le maintiens donc à environ 50 euros de frais de nourriture.

Frais de voyage


Comme j’ai décidé de partir avec ma voiture cette année à cause de Covid19, j’ai beaucoup plus de frais de déplacement que les années précédentes.
Sur la route que j’ai parcourue, elle faisait 1964 km (aller-retour) avec une consommation de 5,1 litres aux 100 km. L’essence coûtait en moyenne 1,35 euros par litre.
J’ai utilisé environ 100 litres et j’en suis arrivé à environ 135 euros de frais d’essence (d’autres frais de voiture comme l’usure, que je ne compte pas maintenant, deviennent trop compliqués).

J’ai également dû payer des frais de transport public pour me rendre de mon point de stationnement (voiture/point d’arrivée) à mon point de départ. Cela a représenté un total de 12 euros.

Dépenses totales

sommeil 207,60
manger 50 euros
essence 135 euros
billets de train/bus 12 euros


Pour 4 semaines (1 semaine de montée et de descente, 2 semaines de pèlerinage, 1 semaine de Taizé) le total est de 414,60 euros.
sans le voyage, c’est pour le pèlerinage 92,15 Euro et Taizé 105 Euro = 197,15 Euro.

 

Le pèlerinage (seulement la partie roulante) me coûtait environ 7,10 par jour.
Pendant tout le voyage, cela m’a coûté 14,80 par jour.

Aller en voiture m’a coûté une somme d’argent supplémentaire considérable, cette année ce n’était pas différent à cause de la Corona, mais l’année prochaine j’espère pouvoir y aller à nouveau avec flixbus. alors les frais de voyage ne dépassent pas 40 à 60 euros aller-retour (selon le moment où je réserve). m’aurait fait économiser au moins 150 euros de frais.
Mais je suis heureux et aussi reconnaissant que ce pèlerinage en voiture ait été possible en cette période de corona.

J’espère que vous me suivrez tous à nouveau l’année prochaine, en attendant que les premiers plans pour l’année prochaine commencent déjà à prendre forme. J’espère commencer à rouler en mai de l’année prochaine, le trajet sera de Taizé à Le-Puy-en-Velay.
Dès que les projets prendront forme, j’enverrai une autre lettre d’information et je publierai un blog.

Ceux qui ne l’ont pas encore fait peuvent s’abonner à la page d’accueil de la lettre d’information (n’oubliez pas de confirmer l’abonnement dans le courriel qui vous sera envoyé directement, si vous ne le recevez pas dans quelques minutes, vérifiez vos courriers indésirables).

Restez en bonne santé !

Salutations,

 Pèlerin en fauteuil roulant

Merci de lire mon blog de 2020, Avallon à Taizé. Si vous voulez rester informé, inscrivez-vous à ma newsletter, vous recevrez de temps en temps un email avec toutes les mises à jour sur les préparatifs de mes prochains pèlerinages. Important : n’oubliez pas de confirmer le courriel après l’inscription.

Je peux également être suivi via
 facebook et Instagram chercher le pèlerin en fauteuil roulant (en néerlandais) pour me trouver. 

 

Laisser un commentaire

Instagram
RSS